Raha Bahreini : "Les forces de sécurité tirent des boulettes de métal sur les civils"

Les Iraniens se révoltent et mettent en échec la théocratie iranienne

PHOTO/FILE - Les Iraniens se soulèvent contre l'oppression du gouvernement et une théocratie qui est obsolète dans le temps et l'espace

Ce n'est pas la première fois, et ce ne sera pas la dernière. Les Iraniens se soulèvent contre l'oppression du gouvernement et une théocratie qui est obsolète dans le temps et l'espace. La République islamique d'Iran vit une révolution interne. Des centaines de milliers de civils, en particulier des jeunes - quelque 88 % de la population a moins de 54 ans - manifestent dans les rues des grandes villes après que les autorités iraniennes ont battu à mort l'étudiante d'origine kurde Mahsa Amini, arrêtée le 13 septembre pour avoir "mal porté le hijab", selon des sources policières. 

Ce jour-là, Amini, qui était allée rendre visite à sa famille, a été arrêtée à la sortie d'une station de métro de Téhéran par la police religieuse islamique iranienne, officiellement appelée Gasht-e Ershad (patrouilles d'orientation) ou "police des mœurs". Amini était accusée d'avoir enfreint la loi exigeant que les femmes se couvrent les cheveux d'un foulard et les bras et les jambes de vêtements amples. La jeune femme de 22 ans est décédée dans un hôpital de Téhéran après avoir passé trois jours dans le coma à la suite de son arrestation. 

Depuis lors, des dizaines de milliers de citoyens ont étendu leurs revendications à tout le pays. Toutefois, les affrontements avec les forces de police, qui font preuve de brutalité pour réprimer les manifestations, sont si graves que près de 80 personnes sont mortes à ce jour, toutes des manifestants, selon les organisations non gouvernementales actives dans le pays. Parmi tous les morts, le cas de Hadas Najafi, une autre jeune femme de 22 ans qui a été tuée par la "police des mœurs" le 21 septembre, le jour où elle manifestait, et qui a été touchée par un plomb métallique, selon des sources proches de la victime, se distingue. 

Raha Bahreini, chercheur d'Amnesty International sur l'Iran, a confirmé que des dizaines de personnes ont été tuées et des centaines blessées : " Les éléments que nous avons recueillis sur le terrain montrent que les forces de sécurité tirent sur les manifestants et les passants des boulettes de métal - comme celle qui aurait touché Hadas Najafi - utilisées pour la chasse. Des centaines de femmes, d'enfants et d'hommes ont été blessés. Nous avons vu des images horribles de manifestants blessés à la tête, à la poitrine et à l'estomac. Les forces de sécurité tirent des boulettes de métal à courte distance, ce qui montre leur intention de causer un maximum de dégâts".

Cependant, malgré les pertes civiles et la terreur semée par les autorités, les manifestations se sont intensifiées ces dernières semaines dans tout le pays, en raison de l'oppression accrue de la "police des mœurs". Selon un ancien membre des Gardiens de la révolution, dont l'identité ne sera pas révélée pour sa sécurité, il déclare à ATALAYAR : "Nous sommes déjà foutus. Ils nous tuent". La source qui raconte les atrocités qui se déroulent dans les rues de l'Iran est actuellement absente temporairement de son pays, loin des rues de Téhéran, craignant pour sa propre vie. 

De son côté, l'influenceuse Majo Clutet, qui se trouvait en Iran au début de la barbarie, déclare sur son réseau social Instagram : "Pour la première fois, j'ai manqué d'être dans mon pays où la lutte féministe a fait de grandes réalisations. La liberté de m'exprimer à travers les médias sociaux m'a manqué. Cela m'a manqué de sortir dans les rues pour manifester sans avoir peur d'être tué. En Iran, ils tuent des personnes courageuses qui descendent dans la rue parce qu'elles n'en peuvent plus. Certaines zones sont déjà militarisées. Leur peuple est censuré. Il est important que nous élevions nos voix". 

Mais elle devra se faire derrière les frontières d'un pays où, une fois de plus, le black-out de l'internet est arrivé, permettant aux forces de sécurité d'intensifier une répression déjà sanglante.

Les médias sociaux comme arme

L'Iran déconnecte une nouvelle fois l'accès à l'internet, limitant ainsi la liberté d'information et d'expression de ses citoyens. L'accès aux réseaux sociaux a été restreint, mais les manifestants ne plient pas et ont averti que le gouvernement a commencé à utiliser Telegram comme une "arme" de dissuasion pour identifier et blesser les manifestants qui défilent dans les rues. En fait, la chaîne Setade114, qui a été liée par des militants au gouvernement iranien, a gagné jusqu'à 20 000 abonnés. Le but : diffamer le nom de la victime et la cause des protestations. Selon Mahsa Alimardani, chercheuse et militante basée à l'université d'Oxford : "Telegram est la troisième application de réseau social la plus utilisée et la deuxième plus importante en Iran". 

Entre-temps, les bassidji, une force paramilitaire composée de miliciens volontaires, ont été en première ligne pour réprimer les manifestations en cours, de même que le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), une branche des forces armées iraniennes, sans obtenir le succès escompté.  Selon le gouvernement iranien, plus de 65 % de la population âgée de plus de 15 ans possède un compte Telegram, soit plus de 55 millions de personnes sur les 85 millions d'habitants que compte le pays. 

Cependant, malgré les restrictions, le hastahg #mahsa_amini a été utilisé ces jours-ci par plus de 40 millions d'utilisateurs sur le réseau social Twitter et de nombreux jeunes à l'intérieur du pays utilisent déjà des systèmes VPN pour échapper aux tentacules du manque de liberté d'expression

De son côté, l'application Signal a lancé un appel international à l'aide aux Iraniens pour qu'ils mettent en place des serveurs proxy après l'interdiction de son service en Iran, dans une tentative apparente de faire face aux protestations actuelles liées à la mort de Mahsa Amini. Selon le communiqué de l'application : "Si vous avez configuré un proxy Signal et que vous voulez le faire savoir au monde entier, vous pouvez utiliser le hashtag #IRanASignalProxy", explique-t-elle dans un communiqué offrant des détails sur la façon de configurer le serveur proxy.

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato