Severo Moto, opposant à Teodoro Obiang, accuse le gouvernement et les partis politiques de l'avoir abandonné

L'Espagne efface la Guinée équatoriale de sa mémoire

Severo Moto Nsa, presidente del Partido del Progreso de Guinea Ecuatorial – PHOTO/AFP PHOTO/Javier SORIANO
Severo Moto Nsa, président du Parti du progrès de Guinée équatoriale - PHOTO/AFP PHOTO/Javier SORIANO

Severo Moto, fondateur il y a 41 ans du parti d'opposition à la dictature de Teodoro Obiang Nguema en Guinée équatoriale, le Parti du progrès de Guinée équatoriale (PPGE), accuse le gouvernement et les partis politiques espagnols de l'avoir oublié et abandonné. 

"L'Espagne que je connais et à laquelle nous nous identifions continue à nous soutenir ; mais cette autre Espagne, celle du gouvernement et des partis politiques, est passée de nous soutenir à tomber dans les bras d'Obiang", accuse Severo Moto dans des déclarations exclusives à Atalayar.

Depuis la création du PPGE en exil à Madrid en 1983, le gouvernement de Felipe González l'a protégé et soutenu. Le gouvernement de José María Aznar a fait de même jusqu'en 2004. Lorsque José Luis Rodríguez Zapatero est devenu Président du gouvernement et que son ministre Miguel Ángel Moratinos s'est rendu en Guinée équatoriale, tout a changé : "C'est à ce moment-là que la trahison a commencé", affirme Severo Moto. "J'ai effectué trois voyages dans mon pays, à l'époque de González, et l'ambassade d'Espagne m'a protégé. De même avec Aznar. Après cela, plus rien, je n'ai trouvé que haine et rejet de la part du gouvernement espagnol". 

L'histoire est là, témoin muet de la négligence. Ce samedi, le Parti du progrès de Guinée équatoriale fête le 41e anniversaire de sa constitution. C'est le 25 février 1983 qu'une poignée de militants équatoguinéens, emmenés par Severo Moto, se sont réunis à Madrid pour fonder un parti d'idéologie démocrate-chrétienne, dont l'objectif principal était de lutter pour l'organisation d'élections démocratiques en Guinée équatoriale. Il ne s'agit pas de renverser le régime par les armes, mais par les urnes. La Guinée équatoriale est passée du statut de colonie espagnole à celui de province, puis à celui de nation indépendante après une période d'autonomie. Mais ses liens avec l'Espagne sont toujours restés très forts. 

Le PPGE prônait les droits et les libertés et a donc tenté d'être reconnu en 1988 par le gouvernement d'Obiang Nguema, le président du pays, sans succès. Il ne parvient à être légalisé qu'en octobre 1992 et, lors des premières élections de 1993 où il a pu s'exprimer, il demande à ses électeurs de s'abstenir. Deux ans plus tard, lors des élections municipales de 1995, il s'est présenté et a affirmé avoir gagné dans la plupart des localités importantes. Obiang reconnaît les résultats des élections, mais les met en garde : "Vous avez gagné, d'accord. Mais c'est moi qui ai le pouvoir", et tout est resté en l'état. "Les gens ont cru en nous et nous ont soutenus", affirme Severo Moto. Le PPGE a de nouveau été interdit en avril 1998. 

"Grâce au soutien que nous avons reçu à l'époque du Parti populaire, du PSOE, du PNV et de Convergencia i Unión, nous avons adhéré à l'Internationale démocratique centriste. En 2003, le dirigeant du PPGE a formé un gouvernement provisoire en exil basé à Madrid. Les hostilités, les arrestations et les procès contre les militants et les sympathisants du PPGE se sont intensifiés. 

En 2008, plusieurs membres du PPGE ont été arrêtés à Malabo, capitale de la Guinée équatoriale, dont l'ancien secrétaire de Severo Moto, Gerardo Angüe Mangue. Le propriétaire présumé des armes, Saturnino Nkogo, est mort en prison quelques jours après son arrestation dans des circonstances étranges.  Six autres militants du parti ont été jugés en même temps qu'un citoyen britannique, Simon Mann, qui avait participé à l'organisation d'une tentative de coup d'État en 2004, bien qu'il s'agisse d'affaires distinctes. Les membres du groupe ont été condamnés à des peines de prison allant de un à cinq ans chacun. Leur emprisonnement a fait l'objet de protestations de la part du département d'État américain qui, à l'époque, affirmait encore soutenir l'opposition démocratique, tout comme la France et d'autres pays.

Des mercenaires britanniques et sud-africains ont été impliqués dans les différentes tentatives de coup d'État et insurrections armées en Guinée équatoriale au cours de ces années. La découverte de pétrole au large des côtes équatoguinéennes à partir de 1996 a fait de ce petit pays d'Afrique centrale un "eldorado" juteux pour les multinationales de l'énergie fossile.  

Le Parti du progrès ne remettait pas en cause la transformation économique et sociale induite par le boom pétrolier, mais plutôt les structures politiques du pays. Le PPGE prône une transition politique, à l'image de l'Espagne des années 1970. 

En 2018, le Parti démocrate-chrétien a promu et participé à la signature de la "Proposition de loi pour la transition pacifique vers la démocratie en Guinée équatoriale" avec d'autres mouvements, tels que l'Action populaire de Guinée équatoriale, également membre de l'Internationale démocrate centriste, l'Union populaire, d'idéologie démocrate-chrétienne, et le Mouvement pour l'autodétermination de l'île de Bioko, d'idéologie sociale-démocrate.

Considèrent-ils encore qu'une transition pacifique est possible ?

Notre peuple le croit. Mais nous devons être clairs et loyaux envers eux. Lorsque le dictateur Obiang disparaîtra - c'est la loi de la vie - il n'y aura pas de guerre civile, car ils ont tous les armes, mais je crains qu'il y ait un massacre de personnes, car le peuple croit encore en nous et pense que l'Espagne, la France et les États-Unis continuent de nous soutenir, ce qui n'est pas vrai. Nous sommes seuls et il faut que les gens le sachent. C'est ce dont nous allons discuter lors de la réunion de célébration du 41e anniversaire du PPGE. Nous allons être clairs et dénoncer ceux qui nous ont abandonnés.

Pourquoi cet abandon ?

Obiang a de l'argent, beaucoup d'argent, et il achète des ministres et des personnalités espagnoles et européennes. Un exemple : son parti, le Parti démocratique de Guinée équatoriale, au pouvoir depuis sa création en 1987, est invité par l'Internationale démocrate centriste, le même parti qui nous a intégrés et qui nous a maintenant abandonnés. 

Severo-Macías Moto Nsa reste un caudillo ostracisé. Avec plus de quatre décennies de lutte, il a dirigé son parti et un gouvernement en exil. Il croit toujours en une transition démocratique, mais il affirme qu'il ne se taira pas cette fois-ci.

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato