Les 22 membres de l'organisation arabe évitent de se positionner dans le conflit, mais sont favorables à la recherche d'une voie diplomatique pour parvenir à une solution

La Ligue arabe plaide pour une "solution diplomatique" pour mettre fin à la guerre en Europe

photo_camera AFP/MOHAMED el-SHAHED - Réunion de la Ligue arabe

L'organisation politico-économique arabe a tenu une réunion d'urgence en début de semaine afin d'entendre les opinions et les différents points de vue des États membres et de discuter des événements découlant de l'invasion russe, considérée comme le plus grand conflit à survenir en Europe après la Seconde Guerre mondiale.

La réunion a été convoquée à la demande de l'Égypte, comme l'a annoncé l'organisme dimanche. "L'Égypte a convoqué une réunion d'urgence du Conseil de la Ligue des États arabes au niveau des délégués pour discuter des développements actuels en Ukraine", a déclaré Hosam Zaki, sous-secrétaire général du Forum régional, dans un communiqué. Pendant ce temps, au sein de la Ligue elle-même, les pays doivent faire face à une série de conflits régionaux et de loyautés contradictoires. 

À aucun moment depuis le début de l'invasion, les pays arabes n'ont pris parti. Ils évitent de prendre parti pour les deux blocs existants, tout comme les gouvernements d'Afrique du Nord, qui se montrent très prudents dans leur réponse à la Russie. En effet, le géant russe est un fournisseur majeur de ces régions, tant dans le secteur de l'alimentation que dans celui de l'armement, et une prise de position pourrait rendre les nations vulnérables à d'éventuelles pénuries alimentaires. D'autre part, le géant américain est l'un des principaux alliés historiques des puissances du Moyen-Orient, c'est pourquoi elles ne veulent s'allier à aucun bloc. 

refugiados-ucrania-rusia-polonia

Néanmoins, le bloc arabe s'est montré très préoccupé par la guerre russo-ukrainienne et a souligné "l'importance de respecter les principes du droit international", comme en témoigne la réunion extraordinaire tenue au cinquième jour de l'invasion russe. Les 22 membres de la Ligue arabe ont publié un communiqué dans l'intention de ne froisser aucun pays et d'éviter de prendre position, mais en appelant à une "solution diplomatique" et à la "modération". Les États arabes ont également déclaré qu'ils s'engageaient à coopérer et à assurer la sécurité de leurs ressortissants, notamment des étudiants vivant en Ukraine.

Vendredi dernier, les Émirats arabes unis, seul pays arabe présent au Conseil, ont rejoint la Chine et l'Inde en s'abstenant de voter sur la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies proposée par les États-Unis. La résolution a fait l'objet d'un veto de la Russie, qui, en tant que membre permanent du Conseil, empêche toute action, alors qu'elle a été soutenue par 11 membres. 

Pour l'essentiel, les pays du Golfe, tels que les Émirats arabes unis et le Qatar, sont également restés silencieux sur le conflit européen, bien qu'ils soient depuis de nombreuses années à l'écart de l'administration américaine. De même, les Émirats arabes unis se sont limités à appeler à une "solution pacifique" au conflit, ou le Koweït, qui a condamné et rejeté le recours à la force dans la résolution du conflit, rejoint par le Maroc et la Jordanie. 

consejo-seguridad-onu

Certains pays asiatiques et africains ont pris parti dans le conflit, se rangeant du côté de la Russie. La Syrie, qui a été suspendue de la Ligue arabe en 2011, a montré son soutien à Moscou, car le pays apporte son aide à la guerre civile syrienne depuis de nombreuses années. "Mon pays condamne les mesures punitives et comprend qu'être du bon côté de l'histoire signifie répudier les politiques de guerre des États occidentaux afin de protéger les intérêts des peuples qui s'opposent à leur hégémonie et à leur interventionnisme", a déclaré Bassam Sabbagh, représentant diplomatique de la Syrie auprès de l'ONU. L'Algérie et le Soudan penchent également plus vers le côté russe, en raison de leurs anciens liens militaires avec l'ancienne Union soviétique et de leurs liens actuels avec la Russie.

Alors que les différentes instances internationales se réunissent pour mettre fin à la guerre en Ukraine, des centaines de civils ont été tués, ainsi que des milliers de citoyens qui ont été blessés, sans compter les plus de 400 000 personnes déplacées vers les pays voisins. "La plupart de ces civils ont été tués par des armes explosives ayant de larges zones d'impact, y compris des bombardements par l'artillerie lourde et des systèmes de roquettes à lancement multiple, ainsi que des frappes aériennes", a déclaré Michelle Bachelet, la responsable des droits de l'homme des Nations unies.
 

Plus dans Politique
Josua Harris usa argelia
A l’approche des élections présidentielles qui se dérouleront au mois de novembre prochain, le président Joe Biden ne compte pas quitter la Maison Blanche sans avoir marqué de son empreinte le rôle des Etats Unis d’Amérique dans le règlement du conflit algéro-marocain qui n’a que trop duré

Joe Biden choisit « Monsieur Sahara » ambassadeur à Alger