La répression des forces iraniennes ne parvient pas à étouffer les manifestations, alors que le bilan s'élève à 50 morts

L'Iran ferme sa frontière avec le Pakistan dans un contexte de troubles généralisés dans 31 villes iraniennes

photo_camera PHOTO/FILE - Les Iraniens se soulèvent contre l'oppression du gouvernement et une théocratie obsolète dans le temps et l'espace

Les dernières semaines en Iran ont été chaotiques. Les émeutes sont devenues une constante dans tout le pays et la répression par les autorités a été dévastatrice. Cette fois, l'instabilité a atteint Zahedan, une ville du sud-est de l'Iran proche de la frontière avec le Pakistan, entraînant la fermeture de la frontière de Téhéran avec son voisin pakistanais. Le Sistan et Baloutchistan a été le théâtre d'un nouvel épisode de violence déclenché par une manifestation à la mosquée de Makki à la suite du viol d'une jeune fille de 15 ans qui aurait été commis par un commandant militaire local.

Cependant, cette protestation n'a pas été le seul déclencheur, car la lutte pour l'indépendance des deux villes est également l'une des sources d'instabilité. En témoigne l'assassinat d'Ali Moussavi, chef des services de renseignements provinciaux du Corps des gardiens de la révolution islamique, qui a été abattu pendant les émeutes et est décédé quelques heures plus tard à l'hôpital. L'assassinat a été revendiqué par Jaish Al-Adl, un groupe djihadiste militant basé dans le sud de l'Iran. Ils affirment se battre pour l'indépendance du Sistan et du Baloutchistan et la défense des Baloutches, l'ethnie majoritaire de la région.

Le problème découlant de cette escalade de la violence est expliqué par un responsable de l'Agence fédérale d'investigation du Pakistan, qui a déclaré à Arab News sous couvert d'anonymat qu'"ils n'autorisent pas les déplacements du Pakistan vers l'Iran". Il a ajouté que "le samedi, ils ont permis à 780 personnes de traverser (...), mais le dimanche, ils ont complètement arrêté tout commerce et circulation piétonne". Des sources locales estiment que les derniers développements à Zahedan, capitale de la province du Sistan et Baluchestan, sont dus à la "brutalité des forces iraniennes à l'égard de la population de Zahedan".

protestas-iran_

La décision de fermer la frontière avec le Pakistan pourrait ne pas être entièrement positive pour Téhéran. C'est du moins l'avis de Sardarzada Umair Muhammad Hassani, ancien conseiller du Premier ministre du Baloutchistan. Hassani estime que la fermeture du point de passage entre les deux pays aura de graves conséquences pour l'Iran, car une grande partie de l'approvisionnement alimentaire du territoire iranien passe par le Pakistan. Il a également déclaré qu'il reviendrait sur sa vision d'un éventuel rapprochement entre Islamabad et Téhéran. Il affirme que les meurtres de Zahedan rendent tout apaisement impossible en imputant aux forces iraniennes la responsabilité des violences sanglantes dans la région.

Le nombre de morts pendant les manifestations s'élève à 50. L'administration du Sistan et du Baloutchistan avait initialement estimé le nombre de morts à 19, mais l'impossibilité de soigner les blessés dans les hôpitaux par crainte d'une arrestation par les Iraniens a conduit à ce qu'ils soient soignés à domicile, ce qui porte le chiffre à environ 50. La campagne des activistes baloutches affirme que le nombre de blessés s'élève à 270 et que la plupart d'entre eux ont été abattus par les forces iraniennes. Tout au long du week-end, la capitale provinciale iranienne a été coupée jusqu'à tard dimanche, mais l'accès à Internet n'a pas encore été rétabli.

iran-protestas-mujeres

Il est important de garder à l'esprit que les manifestations dans tout le pays ont été déclenchées par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, alors qu'elle était détenue par la police iranienne. Malgré cela, le gouvernement iranien et ses alliés minimisent l'importance de cet événement qui, selon eux, n'a pas été suffisamment clarifié. Hassan Nasrala, chef du Hezbollah, le groupe terroriste le plus puissant de la Méditerranée orientale avec le Hamas, assure que "la mort d'une femme iranienne dans une situation qui n'est pas claire a été exploitée par l'Occident pour s'impliquer", et assure que "l'Iran est trop fort pour être secoué par ce type d'événement".

raisi-iran

Les manifestations contre le gouvernement d'Ebrahim Raisi - considérées comme les plus importantes de la dernière décennie - se sont étendues à 31 provinces du pays et ont eu diverses conséquences, notamment la fermeture de l'université Sharif à Téhéran. Les décès survenus à Zahedan s'ajoutent à ceux causés par la répression des manifestations précédentes, ce qui porte à plus de 100 le nombre total de morts en Iran aux mains des autorités depuis le début des protestations à la mi-septembre.

Plus dans Politique