Le régime des ayatollahs poursuit sa stratégie de belligérance et de déstabilisation au Moyen-Orient

L'Iran menace les complexes de missiles souterrains le long de ses côtes

PHOTO/ARCHIVO - Le commandant de l'Armée des Gardiens de la révolution iranienne Ali Reza Tangsiri

La République islamique d'Iran reste ancrée dans la menace constante et la tâche de déstabiliser la région du Moyen-Orient. Dans cette optique, elle a annoncé le déploiement de structures souterraines équipées de missiles le long de son propre littoral afin de donner un avertissement clair à ses rivaux sur la puissance de l'armement du pays.  

Ali Reza Tangsiri, chef de la marine des Gardiens de la révolution iranienne (le corps d'élite de l'armée perse), a été accusé d'avoir lancé un sérieux avertissement à ses opposants sur la scène internationale suite à des déclarations faites aux médias Sobh-e Sadegh et à l'agence de presse Tasnim. Selon les mots du chef de la marine perse, la nation iranienne dispose d'un vaste réseau de complexes de missiles sur toute la côte. Selon le commandant lui-même, ces infrastructures sont situées partout dans le golfe Persique et dans le golfe d'Oman et sont un signal d'alarme pour les ennemis politiques de la nation.  

Ali Reza Tangsiri, commandant de la marine depuis août 2018, date à laquelle il a remplacé Ali Fadavi, a souligné que ces bâtiments militaires peuvent être un véritable « cauchemar » pour ses rivaux (lire surtout les États-Unis ou l'Arabie Saoudite, par exemple). « L'ennemi sait que l'armée et les Gardiens de la révolution ont des villes de missiles souterraines le long du golfe Persique et de la côte de Makran (la côte iranienne dans la mer d'Oman), mais cette information n'est pas exacte », a déclaré le commandement militaire. Dans ce contexte, le commandant lui-même a déclaré que « toutes les côtes sont armées » avec des villes militaires souterraines qui « sont dispersées » le long de la côte sud du pays. « Nous sommes présents partout dans le golfe Persique et le golfe d'Oman et dans des endroits qu'ils ne peuvent même pas imaginer. Nous sommes son cauchemar », a-t-il déclaré. Il a également déclaré que la Marine contrôle le passage de tous les navires entrant dans le détroit d'Ormuz. « Nous avons des missiles à longue portée et nos ennemis doivent attendre d'entendre d'autres nouvelles sur des missiles à longue portée et des navires qu'ils ne peuvent même pas imaginer », a-t-il déclaré.  

 Pie de foto: Una imagen tomada de las imágenes obtenidas de la agencia de noticias estatal Iran Press el 9 de febrero de 2020 muestra el lanzamiento del nuevo misil Raad-500

La menace est allée si loin qu'Ali Reza Tangsiri est allé jusqu'à dire qu'au cas où les forces armées américaines feraient une erreur au Moyen-Orient, elles seraient poursuivies jusqu'au Golfe du Mexique également.

L'escalade de la tension régionale s'accentue avec la position d'affrontement de l'Iran, un pays qui est ciblé et qui, par son attitude, met en péril la sécurité régionale et mondiale. Le brouillage des positions avec le régime des ayatollahs s'est surtout intensifié après la sortie des États-Unis du pacte nucléaire signé en 2015 avec le pays persan et d'autres puissances telles que la France, la Russie, le Royaume-Uni, la Chine et l'Allemagne (JCPOA) qui a limité le développement nucléaire iranien, notamment dans le domaine des armes. L'exécutif américain de Donald Trump a quitté l'accord en 2018 après avoir dénoncé le non-respect de l'Iran et lui avoir imposé des sanctions politiques et économiques ; parmi lesquelles se distinguent celles liées au pétrole, principale source de financement de l'État iranien.  

La nation persane n'a pas été intimidée et, par la bouche de son président Hassan Rohaní, a menacé de ne pas respecter en grande partie ses engagements concernant son programme atomique (notamment ceux liés à l'enrichissement de l'uranium et au traitement des eaux lourdes) et de bloquer le détroit d'Ormuz (principale zone de passage pour le commerce mondial du pétrole). 

El presidente de Irán, Hasán Rohaní

Dans le contexte de cette atmosphère raréfiée, il y a eu des incidents impliquant des cargos dans les eaux du Golfe et des attaques contre le pétrole et les infrastructures aéroportuaires en Arabie Saoudite (un grand rival régional de l'Iran et le principal représentant de la branche sunnite de l'Islam par opposition à la branche chiite parrainée par la nation iranienne) ; des agressions dont le régime des ayatollahs et des agents à son service ont été tenus responsables ; tel est le cas des milices houthis, chiites, qui se battent dans la guerre au Yémen pour saper le gouvernement internationalement reconnu d'Abd Rabbuh Mansur al-Hadi et qui font face à une coalition arabe dirigée par le royaume saoudien.

Esta combinación de imágenes de folletos creados y puestos a disposición por la oficina de las Fuerzas Armadas iraníes muestra un misil golpeando un barco objetivo durante un ejercicio militar iraní en el golfo de Omán

L'embargo a porté un coup majeur aux coffres de l'Iran, qui sont maintenant aussi gravement touchés par le ralentissement économique qui fait suite à la crise sanitaire actuelle du COVID19. Cette situation exceptionnelle a même conduit l'Union européenne à agir en apportant une assistance au pays iranien par le biais du mécanisme INSTEX, qui a servi à fournir des fournitures médicales tout en permettant d'échapper aux sanctions américaines en effectuant des transactions sans utiliser de dollars.  

Le revers financier a conduit l'Iran à se rapprocher d'autres partenaires afin d'obtenir un certain répit économique, ce qui a entraîné un rapprochement avec le Qatar et la Turquie, deux pays qui sont également en question. La monarchie du Golfe souffre également d'un embargo depuis 2017 décrété par l'Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, l'Egypte et le Bahreïn, qui l'accusent de soutenir le terrorisme transfrontalier ; pendant ce temps, la nation eurasienne présidée par Recep Tayyip Erdogan s'est impliquée dans les guerres civiles en Libye et en Syrie pour obtenir des bénéfices géostratégiques et économiques (exploration de gaz et de pétrole) en Méditerranée.  

Buque de la Marina iraní en el norte del océano Índico y cerca de la entrada del Golfo, Irán, el 17 de junio de 2020

L'Iran est également pointé du doigt pour son ingérence permanente dans les affaires intérieures d'autres pays. On a déjà beaucoup parlé de l'ingérence dans l'activité étatique des nations voisines par l'action de groupes chiites de même sensibilité qui coopèrent avec l'État persan. Dans cette stratégie, la participation des forces du Quds (division internationale des gardiens de la révolution) opérant avec ces forces chiites en faveur des intérêts iraniens est vitale.

Ces groupes chiites sont connus et se trouvent dans des pays clés. Comme c'est le cas au Liban, avec les milices du Hezbollah ; au Yémen, avec les rebelles houthis ; en Syrie, avec la guérilla afghane de Liwa Fatemiyoun ; en Irak, avec les Forces de mobilisation populaire ; ou en Palestine, avec les milices du Hamas.  

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato