La coopération entre la Russie et l'Arabie saoudite en matière de réduction de l'offre a parfois provoqué l'ire de Washington

Poutine et Mohammed bin Salman appellent à la coopération pétrolière alors que les prix chutent

Foto de Alexey NIKOLSKY / POOL / AFP - El presidente de Rusia, Vladimir Putin, y al príncipe heredero saudí, Mohamed bin Salman
photo_camera Photo de Alexey NIKOLSKY / POOL / AFP - Le président russe Vladimir Poutine et le prince héritier saoudien Mohamed bin Salman.

Les dirigeants de l'Arabie saoudite et de la Russie ont profité d'une rencontre inhabituelle en tête-à-tête pour exhorter les producteurs de pétrole à respecter les réductions d'offre promises, selon un communiqué conjoint publié jeudi. 

Le voyage du président russe Vladimir Poutine dans la capitale saoudienne un jour plus tôt s'est déroulé alors que les prix du pétrole continuaient de chuter, le brut américain passant sous la barre des 70 dollars le baril pour la première fois depuis le mois de juillet.

Les analystes ont commencé à envisager la possibilité que l'Arabie saoudite décide brusquement d'ouvrir les robinets, rappelant une mesure prise par le royaume en 2014 pour contrer la hausse de la production américaine. 

Réunis à Riyad, Poutine et le prince héritier Mohammed bin Salman, dirigeant de facto du royaume du Golfe, ont souligné le travail du groupe des 23 producteurs de pétrole de l'OPEP+ "pour améliorer la stabilité des marchés pétroliers mondiaux".

"Ils ont souligné [...] la nécessité pour tous les pays participants d'adhérer à l'accord de l'OPEP+, d'une manière qui serve les intérêts des producteurs et des consommateurs et soutienne la croissance de l'économie mondiale", indique un communiqué de l'agence de presse officielle saoudienne.

Le bloc OPEP+ a dévoilé de nouvelles réductions de l'offre après une réunion virtuelle la semaine dernière, au cours de laquelle la Russie a déclaré qu'elle réduirait ses exportations de pétrole de 500 000 barils par jour entre janvier et mars, après avoir déjà introduit une réduction de 300 000 barils par jour au début de l'année. 

L'Arabie saoudite a déclaré qu'elle étendrait sa réduction volontaire de production d'un million de barils par jour au cours de la même période.

L'Irak, les Émirats arabes unis, le Koweït, le Kazakhstan, l'Algérie et Oman ont accepté des réductions moins importantes.

La coopération entre la Russie et l'Arabie saoudite en matière de réduction de l'offre a parfois suscité l'ire de Washington.

Le voyage de Poutine, qui comprenait également une escale aux Émirats arabes unis, n'était que le troisième qu'il effectuait en dehors de l'ancienne Union soviétique depuis l'invasion de l'Ukraine en février 2022. 

Poutine et le prince Mohammed se sont également déclarés "profondément préoccupés par la catastrophe humanitaire à Gaza", où Israël a lancé des opérations militaires pour éradiquer le Hamas après que des militants palestiniens ont mené l'attaque la plus meurtrière de l'histoire d'Israël le 7 octobre, tuant 1 200 personnes et prenant environ 240 otages, selon des responsables israéliens.

Selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas, le nombre de morts à Gaza a dépassé les 16 200. 

Plus dans Politique