Ankara renforce ses liens avec Riyad dans un contexte de crise économique, d'isolationnisme hérité et d'élections imminentes

Relations stratégiques entre la Turquie et l'Arabie Saoudite

photo_camera AFP PHOTO/SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE TURQUE - En avril dernier, le président turc a fait preuve d'apaisement avec le prince héritier saoudien lors d'une visite en Arabie Saoudite, la première en cinq ans

Les fondations de l'ère présidentielle d'Erdogan s'effritent. Le pronostic d'une politique économique ratée, qui a conduit à la dévaluation de la livre turque et à une inflation galopante dans le pays, est en train d'envahir la campagne électorale turque qui a pratiquement débuté par le tremblement de terre de février.  

Et l'image d'un Erdogan "plus faible que jamais" s'est facilement répandue dans l'opposition turque, réunie dans la coalition dirigée par Kemal Kiliçdaroglu, le chef du Parti républicain du peuple, qui aspire à détrôner l'usé Erdogan lors des prochaines élections du 14 mai, pour la première fois depuis 2003. Mais le président toujours en place continue de tisser une politique étrangère grandiose pour résoudre les problèmes intérieurs. 

Le président turc a depuis longtemps rééquilibré ses relations avec ses voisins après s'être lancé dans une politique étrangère agressive. C'était une façon de reconstruire son statut politique et de sortir de l'isolationnisme qu'Erdogan lui-même avait encouragé. Depuis, le gouvernement turc s'est rapproché de l'Égypte, des Émirats arabes unis et surtout de l'Arabie saoudite, le poids lourd du Golfe qui promet de venir à la rescousse de la Turquie en proie à une crise économique désastreuse.  

Il est donc dans l'intérêt d'Erdogan d'être prudent dans ses relations avec son nouveau partenaire. Cette semaine, le vice-ministre turc des Affaires étrangères, Burak Akcapar, a rencontré son homologue saoudien, Waleed Al-Khuraiji, à Riyad, afin de discuter de questions régionales et internationales d'intérêt et de renforcer la coopération dans le cadre du premier cycle de consultations politiques entre les deux pays, y compris dans le domaine de l'économie.

Burak Akcapar a également visité le succulent siège du Congrès de coopération du Golfe (CCG) et s'est entretenu avec son secrétaire, Jassem Albudaiwi, et le secrétaire général adjoint pour les affaires politiques et les négociations, Abdulaziz Aluwaisheg. Cet intérêt a été encouragé par Ankara après que Riyad a injecté 5 milliards de dollars dans la banque centrale turque le mois dernier, une aide catalytique majeure dans la lutte contre la crise économique du pays. 

turquia-arabia-saudi

Quoi qu'il en soit, ce renforcement des liens intervient dans la foulée de la détente d'Erdogan avec le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, scellée il y a un an par la visite du président turc dans le royaume wahhabite et celle du prince héritier en Turquie deux mois plus tard. La tension ayant été enterrée après l'affaire Khashoggi, bin Salman a adopté une approche mesurée de la coopération économique avec Erdogan, notamment en levant le boycott saoudien des produits turcs. 

Le royaume saoudien a pris l'initiative de soutenir la Turquie au lendemain du tremblement de terre qui a dévasté le sud de la Turquie en envoyant de l'aide humanitaire et des secours. Mais Riyad est allé au-delà d'une pilule d'aide à un moment critique : les nouvelles relations commerciales d'Ankara avec le golfe Persique. Erdogan, comme s'il s'agissait de sa dernière carte dans les limbes présidentielles, vise à obtenir des échanges étrangers avec le Golfe similaires au volume d'affaires qu'il a déjà avec la Chine, le Qatar, la Corée du Sud et les Émirats arabes unis, d'une valeur de plus de 28 milliards de dollars.  

Plus dans Politique
Yahya Sinwar, jefe de Hamas en la Franja de Gaza- MAJDI FATHI / NurPhoto / NurPhoto vía AFP
Israël nie que le chef du Hamas à Gaza se soit enfui en Égypte par un tunnel, comme l'affirment les médias arabes. La photo d'un homme arrêté qui ressemble beaucoup à Sinwar a également circulé ces dernières heures

Où est Yahya Sinwar ?

Tinduf - PHOTO/FILE
Alger ne s’attendait nullement à pareil coup de la part de l’ambassadrice américaine Elizabeth Moore Aubin. Au moment où elle posait pour une photo souvenir avec les magistrats de la cour suprême à l’issue d’une visite qu’elle venait de rendre à leur institution, l’ambassade US diffusait un communiqué dissuadant les occidentaux à se rendre à Tindouf pour cause de terrorisme

Les Etats-Unis, l’Espagne et le Royaume Uni mettent en garde leurs ressortissants désireux de se rendre à Tindouf

Las princesas Lalla Meryem, Lalla Asmae y Lalla Hasnaa fueron recibidas por Brigitte Macron en Francia
Les princesses Lalla Meryem, Lalla Asmae et Lalla Hasnaa ont été reçues par l'épouse du président français Emmanuel Macron et l'ambassadeur de France a exhorté à clarifier la question du Sahara occidental, qui sépare toujours les deux nations

La France et son rapprochement avec le Maroc