Mohammed VI a lancé une grande initiative atlantique à vocation africaine qui vise à faire de cet espace maritime continental une zone de paix, de stabilité et de développement, ainsi qu'à réhabiliter ses infrastructures pour faciliter l'accès des pays du Sahel à l'océan Atlantique

Le roi Mohammed VI entend renforcer la façade atlantique du Maroc en commençant par le Sahara

PHOTO/MAP - Mohamed VI
photo_camera PHOTO/MAP - Mohammed VI

Suite aux efforts initiés en 2022 par le Royaume du Maroc, le monarque Mohammed VI a lancé dans son discours à l'occasion du 48ème anniversaire de la Marche Verte l'initiative marocaine visant à inverser la façade atlantique du pays, à partir du Sahara, et à faire de l'Afrique atlantique une nouvelle zone de grande influence dans la politique internationale.
 
Le chemin vers cette décision réelle et pertinente, qui a une vision saharienne comme point de départ vers de grands horizons ouverts sur l'Atlantique sud, nord-est et nord-ouest, a commencé par l'organisation de trois réunions ministérielles dans le cadre du Processus des États africains de l'Atlantique (PEAA). La première a eu lieu à Rabat en juin 2022, la deuxième à New York en septembre de la même année, et la dernière en juillet 2023, toujours à Rabat. Ces réunions ont vu la participation de 20 États africains, soulignant leur engagement politique à mettre en œuvre un partenariat politique, commercial et économique centré sur la façade atlantique.
 
Le 6 novembre a été une date clé où le roi du Maroc a annoncé qu'il axerait la stratégie du pays sur la réhabilitation de la façade atlantique du Maroc à partir du Sahara, soulignant sa valeur géopolitique comme réponse à ce qu'il a décrit comme "les manœuvres des adversaires démasqués, cachés et disparus de la question du Sahara", pour en faire une région et un espace de développement, de sécurité et de stabilité.

PHOTO/MAP - Mohamed VI
PHOTO/MAP - Mohammed VI

Le roi Mohammed VI a affirmé dans son discours que "si la façade méditerranéenne est un trait d'union entre le Maroc et l'Europe, la façade atlantique est la porte du Maroc sur l'Afrique et sa fenêtre d'ouverture sur l'espace américain", ajoutant que "de là découle notre engagement à réhabiliter la zone côtière au niveau national, y compris la façade atlantique du Sahara marocain, ainsi qu'à structurer cet espace géopolitique au niveau africain".

"Notre objectif est de transformer la côte atlantique en un espace de communication humaine, d'intégration économique et de visibilité continentale et internationale. A cet égard, nous sommes prêts à compléter les grands projets dans les régions du sud et à fournir des services et des infrastructures liés au développement humain et économique", a souligné le roi.

Selon des observateurs experts, le roi Mohammed VI veut faire évoluer la réalité du Sahara marocain d'une dimension économique locale basée sur l'interrelation entre les territoires du sud à une nouvelle situation où le Sahara marocain joue le rôle de locomotive entraînant les économies sahélo-sahariennes en s'ouvrant sur l'Atlantique.

A cet égard, Mohammed VI a soutenu que "la récupération des territoires du Sud a permis de renforcer la dimension atlantique du Royaume", expliquant que "la mobilisation de la diplomatie nationale a permis de consolider la position du Maroc, d'accroître le soutien international à son unité territoriale et de contrer les manœuvres des adversaires dévoilés et cachés".

REUTERS/ZOHRA BENSEMR - Campamento de refugiados en Tinduf, al sur de Argelia
REUTERS/ZOHRA BENSEMR - Camp de réfugiés à Tindouf, dans le sud de l'Algérie

Le discours royal a mis un accent particulier sur la mutation qualitative que connaissent les territoires du Sud et les grands projets lancés par le souverain marocain pour promouvoir le développement du Sahara, afin d'en faire un pôle attractif pour l'investissement international.
 
Le souverain a également souligné l'importance de "soutenir le progrès économique et l'urbanisation des villes du Sahara marocain", précisant qu'"il faut continuer à œuvrer pour la mise en place d'une économie maritime qui contribue au développement de la région et sert sa population".
 
Le roi alaouite a souligné l'importance d'une "économie intégrée basée sur le développement de l'exploration des ressources naturelles offshore et la poursuite des investissements dans la pêche et le dessalement de l'eau de mer pour encourager les activités agricoles, promouvoir l'économie bleue et soutenir les énergies renouvelables".
 
Dans le même ordre d'idées, il a insisté sur l'adoption d'une stratégie touristique atlantique, basée sur l'investissement dans la région, afin de la transformer en une véritable destination de choix pour le tourisme balnéaire et le tourisme dans le désert.
 
Hisham Moutadid, expert marocain en affaires stratégiques et internationales, a souligné, dans sa déclaration au journal Al Arab, que le choix par le roi Mohammed VI de l'espace atlantique comme plateforme stratégique reflète l'ambition des dirigeants marocains de faire de ce choix une référence géopolitique, pour soutenir et consolider le développement du Maroc depuis ses territoires du sud jusqu'aux profondeurs de l'Afrique, y compris les pays sahélo-sahariens à travers un accès direct à l'Océan Atlantique à partir du Sahara.
 
Moutadid a expliqué que la transformation rapide du monde, notamment les défis stratégiques de l'espace atlantique, a poussé Rabat à choisir la charte atlantique comme plateforme de construction commune avec l'espace américain en renforçant la façade atlantique de l'Afrique, en ouvrant ses portes et en la préparant à jouer un rôle plus avancé et plus affirmé dans la défense de ses acquisitions.

PHOTO/MAP (AGENCIA DE PRENSA MARROQUÍ) - El rey Mohamed VI preside una reunión de trabajo dedicada a la activación del programa de emergencia para el realojamiento de las víctimas del desastre del terremoto en el Palacio Real de Rabat
PHOTO/MAP (AGENCE DE PRESSE MAROC) - Le roi Mohammed VI préside une réunion de travail consacrée à l'activation du programme d'urgence pour la relocalisation des sinistrés du séisme au Palais Royal à Rabat

"Nous proposons de lancer une initiative au niveau international visant à permettre aux États du Sahel d'accéder à l'océan Atlantique", a souligné le monarque dans le discours de la Marche verte du 6 novembre, en insistant sur la nécessité de disposer d'une flotte maritime marchande nationale forte et compétitive.

Pour sa part, le président du Centre Atlas d'analyse des indicateurs politiques et institutionnels, Mohamed Boden, dans une déclaration à Al Arab, considère que l'orientation atlantique du Royaume du Maroc est en ligne avec les convictions fondamentales de la coopération Sud-Sud, étant une approche cohérente de la vision d'engagement et de solidarité du Maroc envers les profondeurs africaines reflétée dans l'importance qu'il accorde à l'habilitation des pays du Sahel à accéder à l'Atlantique.

Le monarque marocain a averti que la façade atlantique de l'Afrique souffre d'un manque important d'infrastructures et d'investissements, malgré le niveau des compétences humaines et l'abondance des ressources naturelles. "Dans cet esprit, nous travaillons avec nos frères d'Afrique et avec tous nos partenaires pour trouver des réponses concrètes et efficaces, dans le cadre de la coopération internationale", a conclu le roi Mohammed VI.

Le discours royal a souligné qu'en soutenant les régions du sud comme moteur de la nouvelle dynamique de développement national, le Sahara marocain bénéficiera de plus de privilèges politiques et économiques, tout en étant un point de rencontre stratégique pour les pays ayant une façade atlantique, que ce soit en Europe, en Afrique ou en Amérique.

Rappelons que l'initiative royale marocaine, basée sur l'Afrique atlantique, réunira les 23 pays qui représentent 46% de la population du continent et 55% du PIB africain, faisant de la façade atlantique de l'Afrique le cœur des futures rivalités Est-Ouest.

Plus dans Politique