La région du Xinjiang peut être considérée comme un terreau fertile pour d'éventuels nouveaux mouvements terroristes et, par conséquent, comme une nouvelle zone de recrutement pour les grandes organisations qui trouvent dans le Xinjiang un moyen de se dév

Terrorisme djihadiste ou terrorisme d'État ? Le problème chinois au Xinjiang

AP Photo/Ng Han Guan - Il s'agit d'un des camps d'internement de la région du Xinjiang, où, selon certaines estimations, un million de musulmans sont détenus, contraints de renoncer à leur langue et à leur religion et soumis à un endoctrinement politique

Les Ouïghours sont un groupe ethnique situé principalement dans la région chinoise du Xinjiang, une région riche en gaz, en pétrole et en plusieurs minéraux, et qui revêt une grande importance géostratégique sur le plan économique, car elle est un passage de la route de la soie1. Les Ouïghours sont d'origine turque, de religion musulmane sunnite, de langue turque et d'alphabet arabe, et sont essentiellement agricoles. Cette région est la plus grande de Chine et a abrité plus de 12 millions2 de personnes de cette ethnie3

Depuis le VIIe siècle, ils forment un peuple, résultat de la cohésion de plusieurs tribus qui ont décidé de s'installer dans cette région. Fidèles à leur culture et à leur religion, ils ont développé un fort sentiment nationaliste qui s'oppose à l'assimilation de la culture Han que le Parti communiste chinois tente de leur implanté depuis 1949, année où le Xinjiang est tombé sous la souveraineté du PCC, mettant ainsi fin à leur indépendance. 

Les Han étant la grande majorité ethnique en Chine (culture officielle du gouvernement), les Ouïghours sont la minorité ethnique la plus incompatible et en même temps la plus nombreuse. En d'autres termes, le Xinjiang, la région des Ouïghours, "n'est lié à la Chine ni par la culture ni par l'histoire ; les groupes ethniques qui la peuplent sont des musulmans d'origine turque, parlent une langue complètement différente et leur passé n'a que très peu de rapport avec celui des Han", comme le souligne le professeur Ondřej Klimeš4.   

Atalayar_Uigures China Xinjiang (2)

Lorsque le parti communiste chinois est arrivé au pouvoir, il a constaté que l'une des régions les plus importantes, stratégiquement parlant, était peuplée de plusieurs millions de Ouïgours, qui n'avaient aucune intention de céder aux enseignements de Mao. Face à cette situation inacceptable pour le régime, la répression politique et la pression démographique ont été utilisées : les autorités ont encouragé l'arrivée de Chinois Han, dans le but de "diluer la culture ouïghoure avec des émigrants culturellement fidèles au régime"5. Elle a entraîné de fortes tensions qui se sont transformées en attaques terroristes dans les années 1990, revendiquées par le Mouvement islamique du Turkestan6, considéré comme terroriste par la Chine, l'ONU et plusieurs pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni7 ou la Turquie8, et en graves altercations dans les années 20009.  

Cette situation peut nous sembler familière avec d'autres actions de régimes totalitaires qui ont opté pour l'extermination directe de la minorité ciblée. Cependant, dans le cas du régime chinois, son objectif principal est d'obtenir un contrôle absolu sur ses citoyens, de transformer la pensée de l'individu vers la seule façon de penser correcte et permise. D'où son engagement en faveur des programmes de "rééducation"

Le premier d'entre eux est né dans les années 1950. Pour son application, il fallait une accusation formelle, aucune preuve, aucun procès, le simple soupçon de "négation" de l'idéologie de l'État suffisait pour être inculpé et mis en "traitement". 

Au cours du nouveau siècle, la deuxième vague de rééducation a été mise en œuvre, avec le programme "Transformation par l'éducation" axé sur la lutte contre les bouddhistes et les taoïstes. Là encore, la caractéristique principale était son caractère extrajudiciaire, recourant principalement à des dénonciations sur simple soupçon et à des listes noires. 

En 2013, Xi Jinping est arrivé au pouvoir, remaniant le système et mettant en œuvre le programme de rééducation politique, qui s'est finalement concentré sur l'éradication de la culture ouïghoure. La nécessité du programme a été renforcée par un discours basé sur les attaques djihadistes en Occident depuis le 11 septembre10, soulignant la nécessité de la déradicalisation de la région du Xinjiang. De plus, ils ont utilisé le jargon "médical", traitant  les Ouïghours comme un "danger biologique" en raison de leur "dangereuse dépendance religieuse "11

Atalayar_Campamento reeducación uigures en Xinjiang

La méthodologie appliquée depuis l'arrivée au pouvoir de Jinping s'est dégradée à partir de 2017, car elle était considérée comme une mesure préventive et pouvait être appliquée sans discernement. On parle de plus d'un million d'Ouïghours "volontairement"12 emprisonnés dans des camps de "rééducation". 

Depuis près de quatre ans, le gouvernement chinois a construit 380 camps de concentration dans la région, selon l'Australian Strategic Policy Institute (ASPI)13, ce qui contredit la version officielle qui prétend une réduction de l'internement de masse. L'étude a été réalisée à l'aide d'images satellites qui ont montré, outre les 380, qu'il y en avait quatorze autres en cours de construction14

Malgré l'énorme quantité d'informations que diverses ONG et institutions fournissent sur la réalité vécue au Xinjiang, le gouvernement chinois continue de défendre le fait qu'il s'agit de camps de "rééducation volontaire", méthode infaillible pour l'employabilité des individus, garantissant un emploi à tous ses membres après leur libération15.  

Toutefois, cette "assurance emploi" se traduit davantage par du travail forcé16 pour des entreprises telles que Nike, Apple, Huawei et BMW17. Les données de l'ASPI indiquent que plus de 80 000 Ouïghours ont été transférés des camps l'année dernière vers une trentaine d'usines fournissant 83 marques de technologie, de textile et d'automobile18.   

Il est clair qu'une activité d'achat et de vente de main-d'œuvre est en cours : le gouvernement du Xinjiang donne 300 yuans par personne (38,95 euros) à chaque "promoteur" de vente, et 1 000 yuans par personne (129,83 euros) à chaque entreprise qui embauche des Ouïghours dans ses usines pendant un an. Les entreprises qui bénéficient le plus de cette activité, directement ou indirectement, sont Apple, Dell et Sony19

Atalayar_Uigures China Xinjiang (3)

Mais s'agit-il vraiment d'une initiative de "prévention" du terrorisme ou s'agit-il plutôt de motivations économiques ? L'économie de la région du Xinjiang a toujours tourné autour de l'agriculture et de l'élevage20, cependant, depuis 2017, un méga-projet est prévu, situé précisément sur la terre des Ouïghours, le Xinjiang, où il est prévu d'investir la plus grande somme d'argent de l'histoire dans la construction d'infrastructures, englobant économiquement 60 pays, en plus de 75 % des réserves énergétiques ; le projet comprend l'expansion des routes maritimes, en particulier vers les pays arabes21.  

Ainsi, l'intérêt pour les Ouïghours et la propagation de leur ethnicité dans la région est curieux, malgré les fréquentes autodéfenses du gouvernement lui-même à l'égard des camps de "rééducation", insistant sur le fait qu'il s'agit de lieux où les paysans viennent volontairement pour recevoir une éducation aux nouvelles technologies, s'adaptant ainsi au monde moderne22, ainsi que pour réhabiliter les criminels ayant commis des délits mineurs ou les musulmans suspectés de radicalisation terroriste23.   

L'idée de l'émergence de mouvements terroristes dans la région n'est pas farfelue, n'étant pas, bien sûr, sa culture le facteur déclenchant, mais plutôt la répression et les atrocités commises par le gouvernement contre la population de la région. Avec l'émergence, à la fin des années 1990, du mouvement islamique du Turkestan et la perpétration d'attentats pour l'indépendance et la libération du peuple du Xinjiang24, le gouvernement chinois a pu se justifier dans une certaine mesure au niveau international. En bref, la diaspora ouïghoure est un problème international qui touche des pays tels que la Turquie, le Kazakhstan, le Pakistan et l'Afghanistan, d'où provient le soupçon de coopération avec Al-Qaïda et d'autres groupes djihadistes, ce qui n'a jamais été prouvé25 et si cela s'avérait vrai, il serait plus probable que les organisations elles-mêmes cherchent à s'installer au Xinjiang, profitant du désespoir de la population pour s'étendre dans la région.  

Au-delà de la violation des droits de l'homme, nous sommes confrontés à un grief potentiel qui constitue un terreau pour les terroristes et un problème qui, s'il n'est pas stoppé, affectera sérieusement le monde entier. 

Amanda Pérez Gómez, criminologue spécialisée dans le terrorisme international

Notes de bas de page
  1. Morán, P., Bañuelos, J., & Riera, L. (4 de Diciembre de 2019). Así identifica y encierra China a la minoría musulmana uigur "sometiéndola a torturas". Cadena Ser.
  2. Cordero, Á. (31 de Julio de 2019). China en Xinjiang: ¿campos de concentración o centros de educación? France 24.
  3. Ibarra, D. (5 de Octubre de 2020). Identifican por satélite 380 campos de concentración y trabajos forzados en China. Cambio16.
  4. Bauzá, B. (18 de Febrero de 2019). Los uigures: una historia de disidencia en los confines de China. The Objective.
  5. Íbidem.
  6. Pedro, N. d. (1 de Octubre de 2009). El conflicto fuera de Xinjiang:. Real Instituto Elcano.
  7. Europa Press. (20 de Julio de 2016). Reino Unido incluye al Movimiento Islámico del Turkestán Oriental en su lista de organizaciones terroristas. Europa Press.
  8. Europa Press. (4 de Agosto de 2017). Turquía incluye al Movimiento Islámico del Turkestán Oriental en su lista de organizaciones terroristas.
  9. Torres, D. (1 de Noviembre de 2013). China culpa al Movimiento Islámico del Turquestán del atentado en la plaza de Tiananmen. El Mundo.
  10. BBC . (7 de Julio de 2009). ¿Qué ocurre en China con los uigures? BBC.
  11. BBC. (19 de Febrero de 2020). Uigures en China: los motivos por los que China detiene a los miembros de esta minoría musulmana. BBC.
  12. BBC. (11 de Octubre de 2018). Quiénes son los uigures, la etnia que China está deteniendo en "campamentos de reeducación". BBC.
  13. Cadena SER. (24 de Septiembre de 2020). China ha construido 380 campos de concentración en la región de Xinjiang desde 2017. Cadena SER.
  14. Ibarra, D. (5 de Octubre de 2020). Identifican por satélite 380 campos de concentración y trabajos forzados en China. Cambio16.
  15. Europa Press. (24 de Septiembre de 2020). Un estudio denuncia la construcción de 380 campos de concentración en la región china de Xinjiang desde 2017. Europa Press.
  16. Cadena SER. (24 de Septiembre de 2020). China ha construido 380 campos de concentración en la región de Xinjiang desde 2017. Cadena SER.
  17. Cal, L. d. (2 de Marzo de 2020). Uigures en China: de los campos de reeducación a "trabajos forzosos" en fábricas que producen para Nike o Apple. El Mundo.
  18. Ibarra, D. (5 de Octubre de 2020). Identifican por satélite 380 campos de concentración y trabajos forzados en China. Cambio16.
  19. Cal, L. d. (2 de Marzo de 2020). Uigures en China: de los campos de reeducación a "trabajos forzosos" en fábricas que producen para Nike o Apple. El Mundo.
  20. BBC. (11 de Octubre de 2018). Quiénes son los uigures, la etnia que China está deteniendo en "campamentos de reeducación". BBC.
  21. Gualdoni, F. (6 de Mayo de 2014). El valor de Xinjiang. El País.
  22. BBC. (19 de Febrero de 2020). Uigures en China: los motivos por los que China detiene a los miembros de esta minoría musulmana. BBC.
  23. infobae. (15 de Septiembre de 2020). Cómo son los campos de concentración del régimen chino donde se somete a trabajos forzosos a minorías religiosas. infobae.
  24. Torres, D. (1 de Noviembre de 2013). China culpa al Movimiento Islámico del Turquestán del atentado en la plaza de Tiananmen. El Mundo.
  25. BBC. (11 de Octubre de 2018). Quiénes son los uigures, la etnia que China está deteniendo en "campamentos de reeducación". BBC.

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato