La dette extérieure de la Tunisie a atteint 100 % du produit intérieur brut de la Tunisie

La Tunisie est victime de la corruption et des "voleurs", déclare le Président Saied

PHOTO/PRESIDENCIA DE TÚNEZ - Le Président de la Tunisie, Kais Saied

Le président tunisien Kais Saied, qui s'est rendu mardi à Paris pour participer à un sommet sur le financement des économies africaines, a déclaré que la Tunisie était victime de la corruption et de "voleurs", regrettant l'absence de réformes.

La Tunisie, qui a une dette croissante, négocie avec le Fonds monétaire international dans l'espoir d'obtenir de nouveaux prêts en échange de réformes pour assainir son budget. Au sommet de Paris, le président tunisien a demandé l'annulation ou la suspension de la dette des pays pauvres.

"La Tunisie a besoin d'argent", mais aussi de "justice sociale et d'éradiquer la corruption", a déclaré le président dans une interview à la chaîne de télévision France 24. Le pays "a toutes les richesses, mais, malheureusement, plus il y a de textes (législatifs anti-corruption), plus il y a de voleurs", a déclaré cet universitaire indépendant élu président en 2019. Et "ils se vantent de réformes" sans les mettre en œuvre, a poursuivi M. Saied, faisant référence au parti d'inspiration islamiste Ennahda, la principale force parlementaire avec laquelle il entretient des relations tendues.

Fotografía de archivo, el presidente de Francia, Emmanuel Macron (d), y su esposa, Brigitte Macron (i), reciben al presidente de Túnez, Kais Saied, a su llegada a una cena en el Palacio Presidencial del Elíseo, en París, el 17 de mayo de 2021

Les élections législatives d'octobre 2019 ont donné lieu à un parlement fragmenté en une douzaine de partis et une vingtaine d'indépendants. Le parti islamiste Ennahda, qui dispose de 52 des 217 sièges du Parlement, a été un acteur clé dans les négociations pour former un gouvernement - le troisième en un peu plus d'un an - et est devenu le principal soutien de l'exécutif.

Ennahda accuse Saied, qui a été élu dans un contexte de rejet de la classe politique au pouvoir après la révolution de 2011, de vouloir étendre ses prérogatives au mépris de la Constitution. Selon les derniers sondages sur les intentions de vote, le Parti destourien libre (PDL), formé par les nostalgiques de l'ancien régime du général Ben Ali, serait en tête avec 36%, vingt points devant Ennahda, son plus grand adversaire idéologique.

Le 26 janvier, le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, obtient une large majorité parlementaire pour changer onze des vingt-cinq portefeuilles - dont ceux de l'intérieur, de la justice et de la santé - mais le président de la république, Kais Saied, s'y oppose au motif qu'il n'a pas été consulté au préalable et que cinq des nouveaux ministres seraient impliqués dans des affaires de corruption et de conflits d'intérêts.

El primer ministro tunecino Hichem Mechichi, de pie a la derecha, pronuncia su discurso mientras el Gobierno se enfrenta a una votación de confianza, el martes 26 de enero de 2021 en el Parlamento en Túnez

La Tunisie, qui traverse une profonde crise politique et socio-économique, doit rembourser quelque 4,5 milliards d'euros de dette cette année. En conséquence, la Tunisie a besoin de 5,7 milliards d'euros supplémentaires pour boucler son budget 2021. Sa dette extérieure a atteint la barre symbolique des 100 milliards de dinars (environ 30 milliards d'euros), soit 100% du produit intérieur brut de la Tunisie.

Après la visite d'une délégation ministérielle à Washington début mai, les discussions techniques avec le FMI ont commencé, selon la Tunisie, qui espère un accord de trois ans. Il s'agirait du quatrième recours au Fonds en une décennie. En échange du soutien du FMI, la Tunisie prévoit de restructurer les entreprises publiques et de remplacer les subventions sur les produits de première nécessité par une aide directe aux ménages d'ici 2024. Le FMI et d'autres donateurs ont souligné la nécessité d'une large consultation politique pour mener à bien ces réformes socialement sensibles.

Pour les mettre en œuvre, l'administration du Premier ministre Hichem Mechichi prévoit un programme de départs volontaires qui permettra aux employés de conserver 25 % de leur salaire net, en plus de leurs cotisations de sécurité sociale, tout en exerçant une activité privée et rémunérée. Le plan prévoit également des retraites anticipées dans lesquelles l'État compensera la différence économique de la pension correspondante, ainsi que la promotion de la réduction de 50 % de la journée de travail en échange d'une réduction proportionnelle de leur salaire.

El primer ministro designado de Túnez, Hichem Mechichi (izquierda), presentando la lista de su gabinete al presidente tunecino Kais Saied (derecha) en el palacio de Cartago, al este de la capital, Túnez, el 24 de agosto de 2020

Parallèlement, le gouvernement propose d'attirer de nouveaux entrepreneurs parmi les fonctionnaires grâce à un congé temporaire de cinq ans maximum pour la création d'une entreprise et à la possibilité de pouvoir réintégrer leur poste avec un préavis de six mois.

Il défend également la nécessité de réajuster les salaires et les primes avec les syndicats et les employeurs en fonction de l'augmentation de la productivité et de l'évolution de l'inflation, notamment en limitant le nombre de promotions par département ou ministère.

El centro de Túnez está desierto, en medio de un confinamiento general impuesto por las autoridades en un intento de frenar un aumento de las infecciones por coronavirus, el 9 de mayo de 2021

Une autre des propositions sera d'encourager les programmes de formation et de mobilité entre l'administration centrale et locale afin de pallier le manque de personnel dans certaines fonctions et d'améliorer le service aux citoyens.

Les autorités sont en contact avec la Banque mondiale, qui s'est engagée à verser près de 100 milliards de dollars aux pays africains pour financer les plans de vaccination. Le pays a demandé à rejoindre le programme COVAX mis en place par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour garantir un accès équitable aux vaccins. 

El distrito de La Marsa, a las afueras de Túnez, está desierto el lunes 10 de mayo de 2021

La corruption endémique du pays, les troubles politiques et la crise financière n'arrangent rien. Si le pays a fait le plus de progrès, les gouvernements successifs n'ont pas réussi à améliorer la situation économique. La pandémie a encore aggravé cet ensemble de conditions, et la population reste désenchantée par le manque de progrès et le taux de chômage élevé.