Susana Solís Pérez a demandé à la Commission européenne si elle considère l'Algérie comme un partenaire énergétique fiable. Elle a également fait allusion aux liens du pays nord-africain avec la Russie

Une députée européenne met en garde contre l'utilisation du gaz par l'Algérie comme "arme politique"

photo_camera REUTERS/ALBERT GEA - L'Algérie est apparue comme un allié potentiel dans ce domaine et a conclu des accords avec des pays comme l'Italie

La guerre en Ukraine a contraint l'Europe à chercher de nouveaux partenaires énergétiques afin de réduire sa dépendance à l'égard de la Russie. L'Algérie est apparue comme un allié potentiel dans ce domaine et a conclu des accords avec des pays comme l'Italie. Cependant, malgré le besoin de l'Europe de trouver de nouveaux marchés, de nombreux analystes ont mis en garde contre l'Algérie et son utilisation potentielle du gaz pour atteindre ses objectifs politiques. 

Une députée européenne a également mis en garde contre l'"utilisation par l'Algérie de l'approvisionnement en énergie comme arme politique", ce qui, selon elle, "a des conséquences directes pour les citoyens européens".

argelia-gas

Susana Solís Pérez, du groupe Renew Europe, a demandé à la Commission européenne si elle continue de considérer l'Algérie comme un partenaire fiable en termes d'approvisionnement énergétique. Elle a également demandé à l'institution européenne si elle envisage la possibilité que l'Algérie "agisse à la demande de la Russie pour aggraver la crise énergétique"

Solís Pérez rappelle qu'après la rupture des relations diplomatiques entre l'Algérie et le Maroc en août 2021, le gouvernement d'Abdelmadjid Tebboune a décidé de ne pas renouveler le contrat d'exploitation du gazoduc Maghreb-Europe (MGE). Ce gazoduc, qui relie l'Algérie à l'Espagne et au Portugal via le Maroc, a coûté quelque 2,3 milliards d'euros. 

argelia-tebboune

Sa fermeture a "réduit la quantité de gaz reçue par l'Europe et a contribué à la hausse des prix de l'énergie", a-t-elle déclaré. Solís Pérez a également fait allusion à la crise diplomatique entre l'Algérie et l'Espagne après que le gouvernement de Pedro Sánchez ait considéré la proposition marocaine pour le Sahara occidental comme la base "la plus sérieuse, réaliste et crédible".

Alger a réagi à ce revirement politique en augmentant le prix des fournitures de gaz à l'Espagne par le biais du gazoduc Medgaz. "Cette augmentation des prix s'ajoute aux conséquences dramatiques que les politiques économiques et énergétiques erratiques du gouvernement espagnol ont sur la population", déclare Solís Pérez. L'Algérie a également imposé des restrictions au commerce avec l'Espagne pendant près de deux mois.

argelia-comercio
Le Parlement européen met en garde contre une alliance russo-algérienne dans le contexte de la guerre en Ukraine

Ce n'est pas la première fois que le Parlement européen met en garde contre l'Algérie. A la mi-novembre, 17 députés européens ont exprimé leur "profonde inquiétude" concernant les liens "croissants" entre l'Algérie et la Russie. Ils ont également reconnu leur "étonnement" après qu'Alger se soit abstenu de voter les résolutions de l'ONU condamnant l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Les députés ont rappelé que l'Algérie s'est jointe à des pays comme la Syrie pour voter contre l'expulsion de la Russie du Conseil des droits de l'homme de l'ONU. 

Selon les députés, ces décisions démontrent "le soutien de l'Algérie aux aspirations géopolitiques de Moscou" ainsi que son "double standard". La Russie est le principal fournisseur d'armes de l'Algérie, un fait également souligné par les députés. Alger figure "parmi les quatre premiers acheteurs d'armes russes dans le monde", ajoutent-ils. En 2021, les deux pays ont conclu un accord militaire d'une valeur de plus de 7 milliards d'euros. Cette importante somme d'argent, soulignent-ils, aidera "la machine de guerre russe en Ukraine". 

argelia-rusia-lavrov-tebboune

Les liens entre Alger et Moscou ont également été condamnés par plusieurs membres du Congrès américain, qui demandent également des sanctions contre le régime algérien sur la base de la loi CAATSA (Countering America's Adversaries Through Sanctions Act). Par le biais de ce décret fédéral, Washington sanctionne les pays qui concluent des accords de défense ou de renseignement avec certaines nations, comme la Corée du Nord, l'Iran ou la Russie.

"La relation croissante de l'Algérie avec la Russie constitue une menace pour toutes les nations du monde", a écrit la républicaine Lisa McClain en septembre dernier dans une lettre adressée au président Joe Biden et signée par un groupe de membres du Congrès, dont des démocrates. Le sénateur républicain Marco Rubio a également fait pression sur l'administration pour qu'elle adopte un ensemble de sanctions contre Alger.