Atalayar interroge le chef de l'artillerie de l'une des nouvelles brigades régulières qui subissent actuellement le plus gros de la contre-offensive ukrainienne

Colonel Roman Kuzholni : "Les troupes russes tentent déjà de fuir à certains endroits"

01_MARIA SENOVILLA_ portada_ El coronel Roman Kuzholni, segundo oficial al mando de la 23 Brigada Separada del Ejército de Ucrania
photo_camera PHOTO/MARÍA SENOVILLA - Le colonel Roman Kuzholni, commandant en second de la 23e brigade séparée de l'armée ukrainienne

Il est le commandant en second de la 23e brigade séparée de l'armée ukrainienne, l'une des nouvelles unités formées par Zelensky pour mener la contre-offensive. Sous son commandement, les canons modernes envoyés par les pays alliés dans la guerre font feu, ainsi que les drones qui sont devenus "les yeux des artilleurs". 

Lorsqu'il s'est engagé dans l'armée à l'âge de 16 ans, il n'aurait jamais imaginé que le président de son pays lui confierait la tâche de créer un groupe d'artillerie tactique, à partir de rien et en pleine guerre contre la Russie. Mais il affirme qu'"ils ont bien travaillé" et que les troupes russes "commencent à fuir à certains endroits du front sud" face à leur avancée. 

Le plus dur pour lui a été de quitter la 92e brigade de Lougansk, où il a servi pendant les 22 dernières années de sa vie. Mais comme le reste des Ukrainiens, le colonel Roman Kuzholni "se bat pour son pays" et cette motivation se lit dans ses yeux. Un regard plus usé que son âge - il fait dix ans de plus - et l'usure de la guerre ne laisse personne indifférent.

Il nous accueille près de Dnipro et nous parle du défi que représente la création d'un nouveau corps militaire en pleine guerre, des leçons apprises en temps de guerre et des raisons qui poussent les Ukrainiens à s'engager sur le champ de bataille, même si nombre d'entre eux n'ont aucune expérience militaire.

02_MARIA SENOVILLA_ El coronel Kuzholni durante un momento de la entrevista con Atalayar
PHOTO/MARÍA SENOVILLA - Le colonel Kuzholni lors d'une interview avec Atalayar

Comment construire une nouvelle brigade pour une armée, en partant de zéro et en pleine guerre contre la Russie ? 

Ce n'est pas la même chose de construire des bataillons en temps de paix qu'en pleine guerre. Je savais qu'il y aurait beaucoup de difficultés, mais nous nous en sommes bien sortis. De nombreux civils n'avaient aucune expérience militaire avant l'invasion à grande échelle, et c'est la première chose dont j'ai tenu compte. J'ai également tenu compte de l'expérience acquise au cours des derniers mois, qui nous a permis de constater l'importance des drones dans cette guerre, et c'est pourquoi j'ai envisagé de les intégrer au groupe d'artillerie tactique dès le début. En fait, l'une des premières personnes à qui j'ai parlé était l'actuel commandant de notre groupe de drones, avec qui je travaille sur cette intégration depuis janvier.

Quelle a été la plus grande difficulté ?

Le plus compliqué a été de lui fournir les renseignements aériens nécessaires et des grades intermédiaires bien formés, car, comme je l'ai dit, beaucoup d'entre eux n'ont que peu d'expérience militaire. Nous avons dû réunir les troupes les plus expérimentées avec beaucoup d'autres qui n'avaient aucune expérience militaire, qui ne s'étaient engagées que récemment et qui avaient des antécédents très différents avant l'invasion. En outre, nous avons dû nous entraîner contre la montre.

03_MARIA SENOVILLA_ Insignia del Grupo Táctico de Artillería de la 23 Brigada Separada
PHOTO/MARÍA SENOVILLA - Insigne du 23e groupe d'artillerie tactique de la brigade séparée

Si l'on considère le résultat actuel, quels sont, selon vous, les points forts de la nouvelle 23e brigade, en quoi se distingue-t-elle des autres ?

L'élément le plus décisif de cette brigade est précisément l'artillerie : un seul tir d'artillerie peut décider d'une bataille et y mettre fin, comme ce fut le cas à Kharkiv. Les drones sont également très importants aujourd'hui, j'insiste : les drones sont devenus nos yeux, et l'artillerie est le bras exécutant. De plus, il s'agit d'une arme flexible, qui peut être adaptée à chaque mission en déployant plus ou moins de canons. Un groupe d'artillerie tactique est normalement composé de 1 000 hommes, mais je ne peux pas non plus vous donner le chiffre exact pour celui-ci, car c'est un chiffre qui n'est pas rendu public en temps de guerre.

Vous dites que l'expérience des derniers mois a été prise en compte dans la formation des nouvelles brigades, mais de quoi s'agit-il exactement ?

La guerre est en fait prévue depuis 2014, lorsqu'il est apparu clairement que l'ensemble de l'armée ukrainienne devait être restructurée. Les Russes n'ont pas fait leurs devoirs, c'est pourquoi ils en sont là. Depuis 2022, le rôle des drones au sein de l'armée a également été pris en compte et des travaux ont été réalisés pour les intégrer. Les besoins actuels en matière de performance militaire ont été pris en compte. 

04_MARIA SENOVILLA_ El coronel Kuzholni junto al comandante Georgiy Volkov, al mando del Grupo de Drones de la 23 Brigada Separada
PHOTO/MARÍA SENOVILLA - Le colonel Kuzholni avec le major Georgiy Volkov, commandant du groupe de drones de la 23e brigade séparée

Sur le plan stratégique et militaire, qu'est-ce qui vous préoccupe le plus en ce moment dans la contre-offensive ?

Je n'ai pas le droit de m'inquiéter. Actuellement, la 23e brigade séparée se bat sur la ligne de front, sur le front sud de l'Ukraine, et joue un rôle important dans le désengagement de notre territoire. Nous constatons que les Russes essaient de se protéger avec des mines terrestres et des mines antichars, mais une fois que nous avons traversé ces champs de mines, certains commencent déjà à s'enfuir à certains endroits. Ceux qui restent et se battent le font parce qu'ils ont beaucoup de missiles antichars et que leurs hélicoptères peuvent encore nous attaquer. Mais nous nous battons chaque jour pour chaque mètre de terrain.

Avez-vous été équipés d'armes de nouvelle génération, du type de celles envoyées par les pays alliés dans le cadre des derniers programmes d'aide ?

Oui, nous recevons des armes des États-Unis et d'autres pays. 

Disposez-vous également de personnel formé par les armées des différents pays alliés ?

De plus, nous avons 36 soldats formés par l'armée américaine en Allemagne, dont six sont des commandants. Nous avons 36 soldats formés par l'armée américaine en Allemagne, et six d'entre eux sont des commandants, ce qui est important car ils peuvent maintenant continuer à transmettre leurs connaissances à leurs subordonnés. La différence entre leur formation et celle qu'ils ont reçue ici est très grande, et c'est très enrichissant pour le bataillon de les intégrer dans nos rangs.

Tous les militaires formés à l'étranger apportent beaucoup au bataillon lorsqu'ils reviennent dans nos rangs. Il y a aussi des militaires formés en Angleterre et en Espagne. 

05_MARIA SENOVILLA_ El coronel Kuzholni, quien asegura que todos los ucranianos están peleando por su país y por eso sobra motivación
PHOTO/MARÍA SENOVILLA - Le colonel Kuzholni, qui affirme que tous les Ukrainiens se battent pour leur pays et ont donc beaucoup de motivation pour se battre pour la cause de leur pays, a déclaré que le peuple ukrainien avait beaucoup de motivation

Dans quelle spécialité les Espagnols ont-ils été formés ?

Le personnel de la 23e brigade séparée qui est allé en Espagne a été formé dans la spécialité médicale, même si je n'ai pas beaucoup de détails car ils ne font pas partie du groupe d'artillerie qui est sous mon commandement direct. 

Nous avons assisté à une guerre de positions qui a duré plusieurs mois - avec beaucoup d'attrition et de nombreuses pertes - et pour l'instant la contre-offensive se déroule lentement.

Ce n'est pas compliqué, car beaucoup de soldats ont participé à la contre-offensive à Kharkiv, ce qui leur a donné un moral très élevé, qui est toujours là et qui déteint sur leurs camarades. De plus, ils se battent tous pour leur pays... il y a de quoi être motivé.

Comment avez-vous appris que vous alliez commander le groupe d'artillerie tactique de l'une des nouvelles brigades ukrainiennes ?

C'était un jour de guerre normal, il ne s'est rien passé de particulier. Mais j'ai dû faire face à quelque chose de très difficile : quitter la 92e brigade, où je servais l'Ukraine depuis plus de 20 ans. Cela n'a pas été facile.

J'ai reçu un appel du chef de l'artillerie des forces armées, considérant comme acquis que j'allais accepter. C'était un ordre, allez [il rit]. Ils m'ont ensuite envoyé un tas de documents à signer, et c'était officiel.

Plus dans Reportages
PORTADA 

Una combinación de imágenes creadas el 9 de febrero de 2024 muestra a ucranianos fotografiados entre edificios y casas destruidos durante los dos años de la invasión rusa de Ucrania - PHOTO/AFP
Dans un scénario post-pandémique, le président russe Vladimir Poutine a lancé une offensive majeure contre l'Ukraine, provoquant en Europe la première guerre de grande ampleur depuis la Seconde Guerre mondiale

Cartographie d'une invasion ratée