Il ne fait aucun doute que l'opération lancée par le Hamas a été un effort incroyable qui a ébranlé Israël

À quoi ressemblera la bande de Gaza au lendemain de la guerre ?

AFP/SAID KHATIB - Los palestinos toman el control de un tanque israelí después de cruzar la valla fronteriza con Israel desde Khan Yunis en el sur de la Franja de Gaza el 7 de octubre de 2023
photo_camera AFP/SAID KHATIB - Des Palestiniens prennent le contrôle d'un char israélien après avoir franchi la barrière frontalière avec Israël depuis Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 7 octobre 2023

Le samedi 7 octobre 2023, le mouvement militant palestinien Hamas a lancé une attaque soudaine contre Israël qui, à ce jour, a tué plus de 1 400 Israéliens, en a blessé environ 3 000 et a capturé quelque 240 soldats et civils. Le premier jour de l'attaque, Israël a déclaré l'état de guerre, appelé les forces de réserve à se préparer à une intervention terrestre et lancé une vaste campagne de bombardements aériens dans la bande de Gaza, qui a fait plus de 10 000 victimes.

Il ne fait aucun doute que l'opération lancée par le Hamas a été une entreprise incroyable qui a ébranlé Israël d'une manière qui rappelle la guerre d'octobre 1973 lancée par l'Égypte et la Syrie il y a exactement un demi-siècle. Il est clair que le Hamas a symboliquement choisi cette date anniversaire pour lancer son opération en ouvrant une brèche spectaculaire dans la barrière de sécurité entourant la bande de Gaza, évoquant la traversée historique du canal de Suez par l'armée égyptienne pour reprendre le Sinaï occupé. L'opération du Hamas s'est déroulée le jour de la fête juive de Souccot, qui tombe un samedi, parallèlement à la prise de la fête religieuse de Yom Kippour par les forces arabes il y a un demi-siècle.

Les militants du Hamas ont franchi la fameuse "barrière infranchissable", équipée de capteurs, de caméras et d'autres équipements de surveillance, et entourée d'un mur métallique souterrain de plusieurs mètres de profondeur. La barrière de sécurité s'étend sur 65 kilomètres depuis la frontière égyptienne, encercle la bande de Gaza et s'étend jusqu'à la mer. Elle est considérée comme un "joyau de haute technologie" destiné à assurer un siège hermétique de la bande de Gaza.

AFP/AHMAD GHARABLI - Las fuerzas de seguridad israelíes inspeccionan un automóvil dañado en un ataque con cohetes desde Gaza en Har Adar, un asentamiento acomodado al noroeste de Jerusalén, en lo alto de las colinas cercanas a la Línea Verde que separa la ocupada Cisjordania de Israel, el 9 de octubre de 2023
AFP/AHMAD GHARABLI - Les forces de sécurité israéliennes inspectent une voiture endommagée par une attaque à la roquette en provenance de Gaza à Har Adar, une colonie aisée au nord-ouest de Jérusalem, dans les collines près de la Ligne verte séparant la Cisjordanie occupée d'Israël, le 9 octobre 2023

La guerre que le Hamas a lancée contre Israël ne ressemble à aucun des conflits précédents menés par ce mouvement contre Israël en 2008, 2012, 2014, 2019, 2021 et 2022, tant par son ampleur que par l'effet de surprise.

En ce qui concerne l'élément de surprise, il était inattendu que le Hamas déclenche une guerre contre Israël, qui affirmait depuis la guerre d'octobre 1973 qu'un tel événement ne se reproduirait jamais. C'est pourtant ce qui s'est produit, même si ce n'est pas le fait d'une armée régulière, mais d'une organisation militaire dont les capacités en matière d'armement et de renseignement sont à peine comparables à celles des forces militaires conventionnelles d'un État. Il s'agit d'une défaite importante pour Israël, quelle que soit l'issue de cette confrontation dans un avenir prévisible.

En termes d'échelle, le Hamas a déployé ses attaques en utilisant des capacités militaires imprévues sur tous les fronts - terre, mer et air. Il s'agit d'une nette évolution par rapport aux attaques précédentes, qui se limitaient à des tirs (non) ciblés de roquettes improvisées sur des villes et des colonies israéliennes.

Dans les évaluations israéliennes, les comparaisons entre les échecs de ce conflit et ceux de la guerre d'octobre 1973 sont fréquentes. Toutefois, les analystes israéliens ont souligné que si l'échec de 1973 était dû à des erreurs individuelles commises par les dirigeants militaires, l'échec actuel reflète une défaillance de l'ensemble de l'appareil militaire et de sécurité. En outre, en 1973, Israël était confronté à deux des plus puissantes armées arabes, l'Égypte et la Syrie, alors que récemment, il a dû faire face à un acteur non étatique sous la forme d'un groupe militant, dont on estime qu'il compte quelque 30 000 membres.

© UNICEF/Mohammad Ajjour - Un niño de cinco años sostiene a su gato entre los escombros de su casa en Gaza
UNICEF/Mohammad Ajjour - Un garçon de cinq ans tient son chat dans les décombres de sa maison à Gaza

La politique israélienne

Ce à quoi Israël est confronté aujourd'hui et la voie qu'il entend suivre ressemblent à ce à quoi les États-Unis ont été confrontés au lendemain des attaques terroristes du 11 septembre 2001, lorsqu'un symbole de la puissance économique américaine a été détruit à New York.

Aujourd'hui, après l'attaque du Hamas, Israël a plus que jamais besoin de la guerre pour rétablir la confiance des Israéliens dans la sécurité et la stabilité, et pour réaffirmer la conviction qu'Israël est le seul État et le sanctuaire du peuple juif. L'écrivain et journaliste israélo-américain respecté Yossi Klein Halevy, de l'Institut Shalom Hartman, estime qu'Israël "est devenu le pays le plus dangereux au monde pour les Juifs".

Cette guerre pourrait marquer la fin politique du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (Likoud), quelle qu'en soit l'issue. L'organisme d'enquête israélien, la Commission Agranat, a publié son rapport en trois parties sur la guerre de 1973. Le rapport intérimaire, publié le 1er avril 1974, demandait le renvoi de plusieurs officiers supérieurs des FDI et a suscité une telle controverse que le premier ministre israélien de l'époque, Golda Meir, a été contraint de démissionner. Une commission similaire devrait être mise en place une fois la guerre actuelle terminée, comme c'est la coutume en Israël après la plupart de ses conflits armés.

Dans un avenir proche, l'opposition est en passe d'obtenir un soutien important au sein de la société israélienne en capitalisant sur les avertissements qu'elle a lancés contre le gouvernement de droite dirigé par Netanyahou, ce qui remettra en question la viabilité de son gouvernement une fois la guerre terminée.

AFP/ JACK GUEZ  - Soldados israelíes están posicionados fuera del kibutz Beeri, cerca de la frontera con la Franja de Gaza
AFP/ JACK GUEZ - Des soldats israéliens sont positionnés à l'extérieur du kibboutz Beeri, près de la frontière avec la bande de Gaza

Le 29 décembre 2022, lors de la passation de pouvoir, le chef de l'opposition et Premier ministre israélien sortant, Yair Lapid, s'est adressé au nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Il a déclaré : "Nous vous remettons un État en excellent état. Essayez de ne pas le détruire", ajoutant que son gouvernement "est parvenu à un accord avec le Liban sur la démarcation des frontières maritimes, a empêché la re-signature de l'accord nucléaire avec Téhéran et a jeté les bases d'une reconnaissance mutuelle avec l'Arabie saoudite".

L'orientation laïque de l'opposition israélienne devrait prendre de l'ampleur, d'autant plus qu'elle appelle à mettre fin à l'influence politique des partis religieux. L'objectif est d'éviter à Israël des conflits armés inattendus, souvent déclenchés précisément lors de fêtes religieuses. Ces partis religieux imposent une paralysie quasi-totale des activités du pays.

La position de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie

La guerre en cours entre la bande de Gaza et Israël a montré que les autorités palestiniennes, dirigées par le président Mahmoud Abbas, n'ont plus aucune influence sur le cours des événements. Au contraire, le Hamas a réussi à s'imposer comme un acteur majeur de l'équation existante par son attaque soudaine et sans précédent, dictant l'agenda politique et militaire du conflit.

Le président Abbas a condamné ce qu'il a appelé la "pratique du meurtre de civils", tant du côté israélien que du côté palestinien, et a exhorté les mouvements Hamas et Jihad islamique à libérer les Israéliens capturés au cours de l'opération. Il a également souligné que les politiques et les actions du Hamas ne représentaient pas le peuple palestinien, l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) étant le seul représentant légitime des Palestiniens. 

AFP/JACK GUEZ - Soldados israelíes inspeccionan los daños causados ​​por los ataques con cohetes desde la Franja de Gaza en el kibutz de Kfar Aza, en el sur de Israel, en la frontera con el territorio palestino
AFP/JACK GUEZ - Des soldats israéliens inspectent les dégâts causés par les tirs de roquettes en provenance de la bande de Gaza dans le kibboutz de Kfar Aza, au sud d'Israël, à la frontière avec le territoire palestinien

Au fil du temps, le statut de l'Autorité palestinienne, créée par les accords d'Oslo de 1993, a perdu de son importance et de son influence. L'entité palestinienne, initialement chargée d'établir un État palestinien, reste suspendue à ce jour en raison de la position de négociation inflexible d'Israël et des divisions internes palestiniennes. À Gaza, le Hamas a renversé l'Autorité palestinienne par la force en 2007. Mahmoud Abbas est président de l'Autorité palestinienne depuis plus de 18 ans, bien que son mandat ait officiellement expiré en 2009. Cependant, il reste en poste sans organiser d'élections, réclamées par les factions politiques et une grande partie de la population palestinienne. À l'heure actuelle, les autorités palestiniennes n'exercent aucun contrôle sur Gaza et le Hamas, ni aucune influence sur Israël, et sont donc reléguées à une position insignifiante dans les développements actuels.

La politique de la Russie à l'égard du conflit

Position officielle de la Russie sur le conflit israélo-palestinien : la Russie maintient une stratégie claire et cohérente au Moyen-Orient. À l'exception de la crise syrienne, elle s'est efforcée de rester impartiale dans tous les différends et conflits de la région. Ces dernières années, les relations de Moscou avec le Hamas ont été positives. Contrairement aux États-Unis, au Royaume-Uni et à certains autres pays européens, la Russie s'est abstenue de désigner le Hamas comme une organisation terroriste.

Dans un contexte historique, Vladimir Poutine a été l'un des premiers à féliciter le Hamas et ses dirigeants après leur victoire aux élections législatives de 2006. Au début de l'opération du Hamas, le 7 octobre, la Russie a maintenu son approche précédente tout en cherchant à s'engager politiquement dans cette crise. Poutine a attribué la crise aux politiques subversives des États-Unis au Moyen-Orient, les identifiant comme la cause première. Le président russe et son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, ont appelé à une approche équilibrée de la résolution du conflit et ont condamné les victimes civiles des deux côtés.

En réalité, outre sa stratégie de neutralité dans ce conflit, la Russie tente de détourner l'attention de sa guerre contre l'Ukraine. Les Russes ont vu dans le conflit de Gaza une occasion favorable de se libérer de l'attention des médias occidentaux et des campagnes de propagande dont ils font l'objet. D'autre part, la Russie a mobilisé tous ses outils de soft power et ses médias pour dépeindre le déclin de l'influence des États-Unis, leur faiblesse et leur politique irrationnelle d'escalade des conflits militaires. En outre, la Russie tente également de persuader le monde que les États-Unis sont incapables de protéger leurs alliés les plus proches, en se référant principalement à Israël.

Les médias russes affirment que des armes occidentales initialement destinées à l'Ukraine ont été expédiées en Israël. Ce récit vise à éroder toute sympathie arabe pour l'Ukraine en faisant passer le message que l'Ukraine peut être perçue comme un allié dans le conflit contre la population palestinienne.

AFP/MAHMUD HAMS - Miles de personas, tanto israelíes como palestinas han muerto desde el 7 de octubre de 2023, después de que militantes palestinos de Hamás con base en la Franja de Gaza entraran en el sur de Israel en un ataque sorpresa que llevó a Israel a declarar la guerra a Hamás en Gaza el 8 de octubre
AFP/MAHMUD HAMS - Des milliers de personnes, israéliennes et palestiniennes, ont été tuées depuis le 7 octobre 2023, après que des militants palestiniens du Hamas basés dans la bande de Gaza ont pénétré dans le sud d'Israël lors d'une attaque surprise qui a poussé Israël à déclarer la guerre au Hamas à Gaza le 8 octobre 2023

La guerre contre l'Ukraine a précipité un déclin relatif du rôle de la Russie au Moyen-Orient et dans le Caucase. Son influence en Syrie a diminué au profit de l'Iran en raison de la réduction de sa présence militaire dans la région et du redéploiement de ses systèmes de défense aérienne et de ses avions de chasse de la Syrie vers le front ukrainien. La prise de contrôle rapide de la région du Haut-Karabakh par l'Azerbaïdjan a également mis en évidence la fragilité de l'alliance russo-arménienne et les tensions dans ces relations, en raison de la position neutre de la Russie dans cette crise. Dans ce contexte, la Russie considère actuellement le conflit israélo-palestinien comme un moment opportun pour détourner l'attention de la crise ukrainienne et comme un autre moyen de réaffirmer son rôle au Moyen-Orient. Moscou s'efforce de dépeindre le rôle des États-Unis comme celui d'un obstructionniste et d'un belliciste, incapable de créer des opportunités de paix. C'est précisément l'agenda que poursuit la Russie, qui mène les efforts diplomatiques aux Nations unies d'une part, tout en accueillant les dirigeants du Hamas à Moscou d'autre part.

La politique de conflit de la Chine

La Chine exerce son poids politique pour atténuer les ramifications du conflit dans l'ensemble de la région du Moyen-Orient. Les États-Unis ont exhorté la Chine à user de son influence pour empêcher l'escalade du conflit. Cet appel intervient à un moment où le rôle de Pékin dans la région a été renforcé, à la suite d'un accord historique qui a permis de résoudre le différend diplomatique entre les rivaux régionaux que sont l'Iran et l'Arabie saoudite en 2023.

Washington espère que l'amitié entre la Chine et l'Iran, qui soutiennent tous deux le Hamas, contribuera à la désescalade du conflit. Entre-temps, Téhéran met en garde contre d'éventuelles mesures préventives à l'encontre d'Israël, qui mène une incursion terrestre dans la bande de Gaza. L'éventualité d'une attaque du Hezbollah libanais, soutenu par l'Iran, qui ouvrirait un second front, plus dangereux, contre Israël, suscite également des craintes.

Les relations amicales de la Chine avec les Palestiniens, l'Iran, l'Arabie saoudite et Israël représentent des avantages qui pourraient être exploités pour tenter de désamorcer la situation. Dans le cas d'Israël et du Hamas, Pékin vise à entreprendre ce que d'autres ont trouvé difficile : établir et maintenir de bonnes relations sur une période prolongée avec toutes les parties impliquées dans le conflit.

Tout au long de l'histoire, Pékin a toujours exprimé sa sympathie pour les Palestiniens et soutenu l'Organisation de libération de la Palestine en tant que représentant légitime du peuple palestinien, plutôt que le Hamas. Au début de ce conflit, la Chine s'est abstenue de condamner explicitement le Hamas.

© UNRWA/Mohammed Hinnawi Un edificio desplomado en Gaza
UNRWA/Mohammed Hinnawi Effondrement d'un bâtiment à Gaza

Le conflit donne à la Chine l'occasion de souligner ce sur quoi Pékin insiste depuis longtemps : "l'hypocrisie de l'Occident en ce qui concerne le droit international et les droits de l'homme".

L'influence de Pékin sur le conflit entre Israël et le Hamas sera probablement bien moins importante que son rôle dans l'accord entre l'Iran et l'Arabie saoudite. Il convient de noter que dans le cas de Riyad et de Téhéran, les Chinois ont "sauté dans un train qui était déjà en marche".

La politique de conflit de la Turquie

Gaza pose un dilemme majeur pour la politique étrangère de la Turquie, car elle a mis un frein à tous les efforts récents d'Ankara pour ne pas s'impliquer au Moyen-Orient et a forcé la Turquie à se réengager dans la région. On pensait auparavant qu'Ankara s'abstiendrait de s'enliser dans les conflits régionaux du Moyen-Orient après avoir semblé déplacer son attention vers la région du Caucase. Cette réorientation était motivée par la volonté de tirer des avantages géopolitiques de la victoire majeure remportée par l'Azerbaïdjan, allié de la Turquie, sur son rival arménien dans la région contestée du Nagorno-Karabakh. La Turquie semble explorer les possibilités d'étendre son influence dans le bassin de la mer Noire, en particulier à la lumière du déclin de l'influence de la Russie en raison du conflit en Ukraine.

La guerre de Gaza a bouleversé les calculs de la Turquie concernant la normalisation des relations avec Israël. Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait même prévu de se rendre en Israël pour signer d'importants accords énergétiques. À la suite des élections turques de mai 2023, Erdogan a simultanément dégradé ses relations chaleureuses avec le Hamas et renforcé ses liens avec Israël. Sous la pression considérable de l'opinion publique turque, il a dû adopter une position plus déterminée.

Le 25 octobre 2023, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré : "Le Hamas n'est pas une organisation terroriste ; c'est un mouvement de libération nationale qui défend sa terre", et a annoncé dans son discours aux masses lors d'un rassemblement du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir qu'il avait annulé ses projets de visite en Israël en raison de sa guerre inhumaine.

Les options de la Turquie sont de plus en plus limitées et le deviendront encore plus en raison des actions de son rival historique, l'Iran, qui a beaucoup plus d'influence sur le Hamas et, par conséquent, sur l'issue de ce conflit. En conséquence, la Turquie se voit privée de la possibilité d'agir en tant que médiateur, car ni Israël ni le Hamas n'ont confiance en son rôle.

AFP/MAHMUD HAMS - Explosión en un edificio residencial en la ciudad de Gaza, por un ataque israelí
AFP/MAHMUD HAMS - Explosion dans un immeuble résidentiel de la ville de Gaza, causée par une frappe israélienne

Le Hamas, soutenu par Téhéran, était bien conscient des conséquences d'une attaque de cette ampleur, qui rendrait difficile la normalisation des relations avec Israël, tant pour les Turcs que pour les pays arabes. Il convient de noter que le Hamas et l'Iran ont eu beaucoup plus de succès qu'ils ne l'avaient prévu, obligeant les acteurs régionaux non seulement à prendre leurs distances avec Israël, mais aussi à adopter une position déterminée à son égard.

Il est très peu probable que la Turquie empêche Israël de mener une opération militaire visant à chasser le Hamas de Gaza. En conséquence, la Turquie sera contrainte d'adopter une position diplomatique plus dure à l'égard d'Israël et des États-Unis, ce qui pourrait aggraver la position géopolitique d'Ankara en Méditerranée, en particulier en Syrie, où elle est présente militairement. 

La Turquie a dû adopter une position ferme pour maintenir sa crédibilité en tant qu'alliée du peuple palestinien et préserver sa position spirituelle au sein du monde arabe et islamique.

Les dilemmes auxquels la politique turque est confrontée dans cette situation géopolitique complexe risquent de dépasser ses capacités diplomatiques.

L'avenir de la bande de Gaza

Les débats stratégiques les plus cruciaux concernant la sécurité nationale israélienne au cours de cette guerre sont les suivants : quels sont les objectifs de la guerre, ou à quoi ressemblera la bande de Gaza au lendemain de la guerre ?

La question se pose de savoir qui dirigera la bande de Gaza au lendemain de la guerre? Plusieurs options sont envisagées. La première consiste pour Israël à administrer directement la bande de Gaza, comme il le fait pour la zone C de la Cisjordanie. La seconde option implique que les pays arabes, l'Égypte et potentiellement le Qatar, prennent en charge la gouvernance de Gaza jusqu'à ce que les institutions de l'Autorité palestinienne, expulsées après la guerre civile de 2007, puissent revenir sur le territoire. Toutefois, ce dernier scénario est moins susceptible de se produire immédiatement après la guerre, car il pourrait donner l'impression que les autorités palestiniennes entrent symboliquement dans la bande de Gaza "sur des chars israéliens".

Israël doit commencer à réfléchir "maintenant et pas demain" à la manière de combler un éventuel vide après la défaite du Hamas. La question de la gouvernance à Gaza constitue l'une des erreurs stratégiques les plus importantes découlant des politiques de Netanyahou de 2009 à aujourd'hui. Elle a systématiquement soutenu les divisions palestiniennes et, bien qu'il s'agisse d'une politique saine pendant un certain temps, elle comportait intrinsèquement sa propre contradiction. 

Cette politique israélienne a été conçue pour arrêter le processus de paix et reporter toute initiative de négociation, sous le prétexte que la partie palestinienne est divisée et qu'il n'y a personne qui représente l'ensemble de la nation palestinienne. L'hypothèse israélienne était donc basée sur le principe de "l'apaisement" du mouvement Hamas, lui donnant l'opportunité de consolider son influence à l'intérieur de la bande de Gaza, contribuant ainsi à l'affaiblissement des autorités palestiniennes. Cette politique a donc conduit au renforcement constant du Hamas au cours des 15 dernières années, alors que les autorités palestiniennes ont été progressivement affaiblies.

© PMA/Ali Jadallah - Los trabajadores humanitarios distribuyen pan en escuelas de la UNRWA en Gaza que sirven como refugio a los desplazados
PAM/Ali Jadallah - Des travailleurs humanitaires distribuent du pain dans les écoles de l'UNRWA à Gaza qui servent d'abris aux personnes déplacées

L'Institut de Washington pour la politique du Proche-Orient, aux États-Unis, recommande la mise en place d'une "administration transitoire pour gouverner la bande de Gaza" qui permettrait aux autorités palestiniennes d'assumer progressivement ce rôle, en commençant au moins trois ans après la fin de la guerre.

Les auteurs de cette proposition estiment que la nouvelle administration devrait servir d'organe autonome intérimaire pendant une période de trois ans avant le retour de l'Autorité palestinienne. Toutefois, les auteurs de cette approche visionnaire ne précisent pas si cette période transitoire peut être prolongée de plusieurs décennies, étant donné le statut non résolu des accords d'Oslo. Cet accord a été initialement créé comme un cadre transitoire limité dans le temps (1993-1999), mais le statu quo persiste et aucun progrès n'a été réalisé dans sa mise en œuvre.

Il n'existe pas de stratégie clairement définie permettant à Israël d'éradiquer le Hamas. Israël reconnaît que le Hamas représente une idéologie profondément enracinée dans le tissu social des habitants de Gaza. Selon le commentateur israélien Zvi Yehezkeli de Channel 13 News, le Hamas n'est pas simplement "un groupe de militants masqués", mais une organisation qui jouit d'une grande popularité non seulement à Gaza, mais aussi dans toute la Cisjordanie, en Israël, dans les pays voisins et dans d'autres parties du monde.

Les analystes géopolitiques considèrent l'histoire comme une "répétition" : dans toutes les précédentes itérations de guerres ou de soulèvements palestiniens (intifadas) qui ont épuisé Israël, une défaite militaire a été suivie d'un triomphe politique pour Israël. Selon David Ignatius, éminent analyste politique du Washington Post, après la défaite d'Israël lors de la guerre de 1973, le pays a remporté une victoire politique grâce aux accords de Camp David avec l'Égypte en 1979, qui ont abouti à la signature d'un accord de paix avec son principal voisin. De même, l'instabilité en Israël lors de la première Intifada en 1987 a été suivie d'une victoire politique majeure marquée par la signature des accords d'Oslo avec l'Organisation de libération de la Palestine en 1995, qui a transformé la lutte armée palestinienne en une lutte diplomatique.

Palestinos protestan pidiendo el fin de las divisiones internas y resolviendo la crisis de poder de larga data, en Khan Younis, en el sur de la Franja de Gaza, el 30 de julio de 2023
REUTERS/IBRAHEEM ABU MUSTAFA
REUTERS/IBRAHEEM ABU MUSTAFA - Des Palestiniens manifestent pour réclamer la fin des divisions internes et la résolution de la longue crise de l'électricité, à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 juillet 2023

L'opération du Hamas et la réponse israélienne représenteront un tournant stratégique non seulement dans les relations d'Israël avec le Hamas et la bande de Gaza, mais aussi dans l'approche plus large d'Israël à l'égard de la question palestinienne. Israël perçoit ce conflit non seulement comme dirigé contre le Hamas, mais aussi comme une confrontation impliquant tous les membres de l'axe hostile (Hezbollah, Iran et ses milices en Syrie, en Irak, au Yémen, etc.) Ces entités surveillent de près les capacités et les vulnérabilités militaires d'Israël. Israël s'est lancé dans une guerre dévastatrice dans la bande de Gaza dans le but de rétablir son système de dissuasion. Sur les fronts international et national, il y a eu une absence constante de responsabilité pour les violations graves du droit humanitaire international au Moyen-Orient, et il semble que cette situation persistera même après ce conflit.

Israël considère également que sa position dans la région repose sur sa force militaire et sa dissuasion, et ne permettra pas qu'elle soit ébranlée. Il est déterminé à éviter toute détérioration de cette position, car de nouveaux revers impliqueraient non seulement la réticence des autres nations arabes à participer à des accords de normalisation, mais aussi une menace existentielle permanente. 

Tout cela peut sembler être une motivation et une justification supplémentaires pour Israël de lancer une invasion terrestre de la bande de Gaza afin d'éradiquer la résistance du Hamas. Cependant, les choses sont loin d'être simples, étant donné que la bande de Gaza est la zone la plus densément peuplée au monde, avec environ 2,3 millions de Palestiniens qui y résident.

L'histoire a toujours montré que les guerres urbaines posent des problèmes considérables, même aux forces militaires les plus redoutables. Cette tendance est évidente depuis la bataille de Stalingrad en 1942 pendant la Seconde Guerre mondiale, en passant par les batailles de Falloujah en 2004 et de Mossoul en 2017 en Irak, jusqu'aux récentes batailles de Mariupol en 2022, en Ukraine.

La défaite subie par Israël le 7 octobre 2023 devrait servir d'impulsion et de catalyseur pour revenir à la table des négociations dans le but de parvenir à un accord de paix global permettant la coexistence des peuples israélien et palestinien. Un tel résultat constituerait une nouvelle victoire historique pour Israël, malgré l'amertume de la défaite militaire actuelle.

IFIMES - International Institute for Middle East and Balkan Studies, basé à Ljubljana, en Slovénie, bénéficie d'un statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social des Nations unies ECOSOC/UN à New York depuis 2018, et est le rédacteur en chef de la revue scientifique internationale "European Perspectives".

Plus dans Reportages
PORTADA 

Una combinación de imágenes creadas el 9 de febrero de 2024 muestra a ucranianos fotografiados entre edificios y casas destruidos durante los dos años de la invasión rusa de Ucrania - PHOTO/AFP
Dans un scénario post-pandémique, le président russe Vladimir Poutine a lancé une offensive majeure contre l'Ukraine, provoquant en Europe la première guerre de grande ampleur depuis la Seconde Guerre mondiale

Cartographie d'une invasion ratée

PHOTO/AP - Mujer en un mercado marroquí
Face au triple défi de la libéralisation, de l'intégration la plus avantageuse de sa croissance dans les chaînes de valeur internationales et du développement humain durable, le pays d'Afrique du Nord envisage trois scénarios pour l'avenir du secteur agricole à l'horizon 2030

Trois scénarios agricoles au Maroc pour 2030