Un chavismo moribond qui ne peut pas perdre le pouvoir

Nicolás Madurom - PHOTO/FILE
Nicolás Maduro - PHOTO/FILE
Une voix aussi autorisée que celle de Carlos Malamud, professeur d'histoire américaine et chercheur à l'Institut royal Elcano, affirme que "Maduro et ses partisans ne peuvent pas perdre cette élection [présidentielle], car s'ils la perdent, ils pourraient se retrouver en prison ou en exil, et même avec une perte totale ou partielle de leurs biens mal acquis".  

Il fait référence à la chaîne de manipulations grossières que le régime Castro-Chavista au Venezuela a mis en œuvre pour empêcher l'alternance du pouvoir.  

L'opposition au régime a vu comment María Corina Machado a été entravée et empêchée par tous les moyens de se présenter contre un Nicolás Maduro, un concours sur lequel des sondages d'opinion fiables disent que le président actuel et, par conséquent, un régime considéré par de nombreux analystes comme une narco-dictature, qui étend ses tentacules à travers les Amériques, l'Afrique et l'Europe, serait écrasé. Machado, bien qu'elle continue à affirmer qu'elle n'abandonnera pas la lutte politique pour le retour de la démocratie au Venezuela, a accepté d'accepter sa disqualification et de se retirer de la liste électorale en faveur d'une octogénaire, Corina Yoris.  

Mais le régime chaviste ne l'a pas aimée non plus, qui l'a empêchée de s'inscrire de manière si grossière que même les défenseurs internationaux habituels du chavisme, tels que les présidents Lula da Silva (Brésil) et Gustavo Petro (Colombie) et l'ancien président de l'Uruguay, José Mujica, n'ont eu d'autre choix que de qualifier les sales tours de Maduro d'"anti-démocratiques".  

Il s'agit d'un recul par rapport à la défense habituelle et acharnée du chavisme par Brasilia et Bogota, mais beaucoup moins que les qualificatifs utilisés contre le régime de Caracas dans divers pays d'Europe et d'Amérique latine où l'idéologie néo-communiste est tenue en échec. Des critiques auxquelles l'actuel président de l'Assemblée nationale bolivarienne, Jorge Rodríguez, a répondu avec le langage versaillais qui les caractérise : "Mettez vos opinions là où elles conviennent".  

Le sous-secrétaire d'État américain pour l'Amérique latine, A. Nichols, s'est également rendu à Madrid et n'a pas manqué, dans son discours à la Casa de América, d'exprimer son "espoir" que le Venezuela respecte les accords de la Barbade.  

Selon ces accords, signés entre le gouvernement chaviste et l'opposition démocratique, et soutenus par les Etats-Unis et le Brésil, Caracas s'est engagé à faciliter un processus électoral propre et démocratique en échange de la levée progressive des sanctions internationales et de la libération de personnalités telles qu'Alex Saab, l'homme d'affaires colombo-vénézuélien, incarcéré dans une prison de Floride pour son rôle d'homme de paille présumé du président Maduro.  

Nichols a déclaré qu'il attendrait la mi-avril pour que les États-Unis prennent une décision sur le Venezuela, c'est-à-dire pour confirmer ce qui semble être une preuve irréfutable que Caracas a obtenu ce qu'il voulait : récupérer Saab, un témoin à charge potentiel en raison de tout ce qu'il est supposé savoir sur les rouages prétendument inavouables du régime, et laisser l'opposition électorale de Maduro à un candidat qui a toutes les chances de le déloger.  

C'est à ce stade que la vice-présidente vénézuélienne Delcy Rodríguez, qui s'est élevée au rang de célébrité universelle depuis qu'elle a débarqué à l'aéroport de Barajas avec quarante valises au contenu mystérieux, a présenté un projet de "loi contre le fascisme", qui doit être rédigé par une Haute Commission d'État contre le fascisme et le néo-fascisme.  

Dans la droite ligne de l'ami russe Vladimir Poutine, la manœuvre sent une nouvelle fois le tour de vis d'une répression qui ne faiblit pas. Sous prétexte de punir encore plus sévèrement ceux qui provoquent des "actes de violence", le nouveau désordre législatif chaviste semble donner un dernier avertissement à ceux qui ont encore l'héroïsme de leur résister, et faire comprendre que le régime ne cédera le pouvoir sous aucun prétexte.  

Maduro lui-même et ses proches ont mis en avant de prétendues tentatives d'assassinat de la part de l'opposition, qui impliqueraient des membres des forces armées. Ces accusations, qui n'ont jamais été prouvées de manière fiable, ont servi à la fois à durcir la répression et à accroître la peur au sein d'une population dont la principale préoccupation quotidienne est de mener une lutte acharnée pour échapper à la faim qui sévit dans un pays dont le sous-sol regorge de richesses naturelles. Et surtout, pour purger les Forces armées nationales bolivariennes (FANB), au sein desquelles 33 militaires ont été rétrogradés, emprisonnés et expulsés, tous accusés de "conspiration en vue de commettre un assassinat".  

Les gouvernements démocratiques ont probablement besoin de plus de preuves pour être convaincus que les régimes qui soumettent leurs peuples, comme le Venezuela lui-même, le Nicaragua et bien sûr Cuba, n'abandonneront jamais le pouvoir par la force ou par la ruse. Ou peut-être sont-ils déjà convaincus, mais aussi que les intérêts géopolitiques et économiques rendent l'apaisement et la conciliation souhaitables. Et puis, plus tard, si nécessaire, ils invoqueront à nouveau les grandes valeurs de la liberté et de la démocratie.