Don Felipe et Doña Letizia ont présidé la réunion annuelle du conseil d'administration au palais d'Aranjuez

Le roi d'Espagne célèbre l'étape importante franchie par l'Institut Cervantès, qui a étendu sa présence à 100 villes dans le monde

PHOTO/Instituto Cervantes/Fernando Llorente - Don Felipe y doña Letizia posan con el hispanista Dieter Ingenschay (centro), además del presidente del Gobierno, los tres ministros que forman parte del Patronato y Luis García Montero
photo_camera PHOTO/L'Institut Cervantes/Fernando Llorente - Don Felipe et Doña Letizia posent avec l'hispaniste Dieter Ingenschay (au centre), ainsi qu'avec le président du gouvernement, les trois ministres membres du conseil d'administration et Luis García Montero

Le roi et la reine d'Espagne ont présidé la réunion annuelle du conseil d'administration de l'Institut Cervantes, au cours de laquelle Don Felipe a célébré la présence de l'institution dans cent villes du monde, ce qui signifie avoir atteint " un objectif symbolique et magnifique ", et a décrit l'intelligence artificielle (IA) comme un " défi d'une importance considérable ", " la technologie qui définira notre époque et qui affectera sans aucun doute l'apprentissage, l'enseignement et la promotion de l'espagnol et de notre culture ". 

C'est ce qu'il a déclaré lors du déjeuner qui a suivi la session du Conseil d'administration, qui s'est déroulée au Palais royal d'Aranjuez (Madrid), en présence du président du gouvernement, Pedro Sánchez, et des ministres des Affaires étrangères, José Manuel Albares, de l'Éducation, Pilar Alegría, et de la Culture, Ernest Urtasun.

Le roi a déclaré que le fait d'atteindre cent villes où l'Institut Cervantes est présent est " un jalon qui marque l'avenir de l'action culturelle et de l'enseignement de l'espagnol, qui sera bientôt rejoint par d'autres, comme l'ouverture officielle du centre de Séoul, en Corée du Sud, l'année prochaine, ainsi que de nouvelles extensions en Afrique, où notre langue est l'une des plus demandées " (avec plus de 1 500 000 étudiants d'espagnol). C'est pourquoi "il est bon de célébrer le fait qu'en 2023, l'Institut aura continué à étendre son précieux réseau de centres dans le monde entier". 

Le monarque a insisté sur le fait que sa joie "est multipliée par l'intense activité académique et culturelle" de Cervantès et "la façon dont elle continue de croître en nombre et en influence dans le monde". Après avoir évoqué "la transformation numérique que vit l'Institut Cervantès lui-même", il a ajouté que cette révolution "a déjà un fort impact sur la langue". "Un défi, sans aucun doute, d'une importance énorme pour l'institution et pour la société".

Avec ce toast "aux 32 ans de succès de l'Institut Cervantès dans la défense de notre langue, de la richesse de l'espagnol, de notre précieux patrimoine commun", et le déjeuner offert par le Roi et la Reine aux mécènes et au corps diplomatique hispano-américain accrédité en Espagne, s'est achevée une réunion qui, cette année, a été retardée par rapport aux dates habituelles (la veille de la fête nationale du 12 octobre). 

La séance du Conseil d'administration a commencé par un discours du directeur de l'Institut, dans lequel il a résumé le bilan, en huit points, non seulement de la dernière année académique, mais aussi de la dernière législature, profitant du fait que la nouvelle, qui a été ouverte par le Roi et la Reine au Congrès la semaine dernière, vient de commencer. 

Entre autres chiffres, Luis García Montero a souligné que les transferts de l'État sont passés de 66,3 millions (en 2018) à 80,9 millions (cette année), et que les revenus propres (provenant des frais de scolarité, de la certification linguistique et des activités culturelles) dépasseront pour la première fois ceux obtenus avant la pandémie. Elle a également augmenté le nombre d'employés de 937 (en 2019) à 951, un revirement par rapport à 2012, où l'on comptait 1 126 employés, et aux années suivantes, où ce nombre a continué à diminuer.

PHOTO/Instituto Cervantes/Fernando Llorente - Pedro Sánchez y Luis García Montero charlan tras concluir la reunión del Patronato en presencia de los ministros José Manuel Albares (de espaldas), Pilar Alegría y Ernest Urtasun
PHOTO/L'Institut Cervantes/Fernando Llorente - Pedro Sánchez et Luis García Montero discutent à l'issue de la réunion du conseil d'administration en présence des ministres José Manuel Albares (de dos), Pilar Alegría et Ernest Urtasun

Doublement de la "courbe de détérioration" de l'institution

"La courbe de dégradation de l'institution a doublé", a déclaré le directeur lors d'une précédente rencontre avec des journalistes, devant lesquels il a réclamé "plus d'investissement dans la culture" pour qu'elle cesse d'être "la sœur pauvre", car "investir dans la culture, ce n'est pas créer du clientélisme".  

Il a également informé les administrateurs de la "profonde transformation numérique" mise en œuvre grâce aux fonds de relance européens (plus de 20 millions d'euros ont été exécutés ou sont en cours d'exécution), de l'augmentation des activités liées aux langues coofficielles et à leur culture de 34 % cette année (225 % par rapport à 2019), ou encore de l'expansion susmentionnée des centres, salles de classe et autres entités mineures dans le monde entier, "après une paralysie de plus de 10 ans". 

Cette année, l'Instituto Cervantes a renforcé ses activités d'enseignement et de certification. Plus de 132 000 personnes se sont inscrites pour apprendre l'espagnol (12 % de plus que l'année précédente) ; le nombre d'heures-étudiants a augmenté de 16 %, les centres de New Delhi, Tanger et Rabat étant en tête ; et le nombre de candidats au diplôme officiel DELE d'espagnol a dépassé les 125 000 en 2023 (6 % de plus). 

En termes de culture, plus de 7 400 activités ont été organisées avec 5 000 invités, dont près de la moitié (47 %) étaient des femmes, soit une augmentation de 110 % par rapport à il y a seulement quatre ans. L'activité la plus fréquente a été le cinéma en espagnol (sous-titré dans la langue de chaque pays), avec 550 cycles de films. 

García Montero a conclu son discours en présentant les cinq objectifs pour la période triennale 2024-2026 : être plus pertinent dans la diplomatie culturelle espagnole, promouvoir la présence de l'espagnol, augmenter le réseau de centres, améliorer la gamme de produits et de services, et renforcer la structure organisationnelle et les ressources humaines.

PHOTO/Instituto Cervantes/Fernando Llorente - Los Reyes, con Dieter Ingenschay tras entregarle en el Palacio Real de Aranjuez la estatuilla del Premio Ñ, una distinción del Instituto Cervantes que alcanza su tercera edición
PHOTO/L'Institut Cervantes/Fernando Llorente - Le roi et la reine d'Espagne, avec Dieter Ingenschay après lui avoir remis la statuette du prix Ñ au palais royal d'Aranjuez, une distinction décernée par l'Institut Cervantès lors de sa troisième édition

Prix Ñ

Avant le début de la réunion, Felipe VI a remis le prix Ñ 2023 de l'Institut Cervantes à l'hispaniste Dieter Ingenschay (1948), grand promoteur de la culture espagnole en Allemagne, professeur émérite de littérature hispanique à l'université Humboldt de Berlin et ancien professeur de philologie romane à l'université de Munich. 

Ingenschay, qui a présidé l'Association allemande des hispanistes (1998-2003) et qui a fait des recherches et écrit sur les littératures hispaniques, a déclaré sa joie de "recevoir ici aujourd'hui la statuette de la lettre eñe, la plus haute distinction qui puisse être accordée à un hispaniste étranger". Le prix, a-t-il ajouté, "doit être compris comme une récompense pour l'hispanisme allemand dans son ensemble, pour un hispanisme à l'étranger qui se consacre, dans ses recherches et son enseignement, à la créativité débordante de la culture espagnole et à sa diversité exemplaire".

Soumis par José Antonio Sierra, conseiller en hispanisme.

Plus dans Culture