La Chambre de commerce et d'industrie de Madrid a accueilli l'inauguration de la XIIe édition de la Semaine de l'internationalisation IMEX

Financement, géopolitique et secteurs d'avenir pour l'internationalisation seront débattus lors de la première session d'IMEX Madrid

Ponentes de la mesa redonda "Instrumentos financieros de apoyo apara la internacionalización empresarial" - PHOTO/ATALAYAR
photo_camera Intervenants à la table ronde "Les instruments financiers au service de l'internationalisation des entreprises" - PHOTO/ATALAYAR

La première table ronde de la session inaugurale d'IMEX Madrid a été animée par José Terreros, directeur de la foire, et a abordé l'analyse des différents instruments financiers de soutien à l'internationalisation des entreprises.

  1. Cesce
  2. Institut officiel de crédit
  3. Cofides
  4. Secrétaire d'État au Commerce
  5. CaixaBank
  6. Géopolitique et secteurs d'avenir

Cesce

Le président du Cesce, Fernando Salazar, s'est exprimé au nom du Cesce et a précisé que cet organisme n'offre pas de financement, mais que sa mission est de garantir le crédit aux entreprises : "nous veillons à ce que les hommes d'affaires soient payés pour leurs exportations. Nous avons plusieurs produits d'assurance pour le financier du commerce extérieur, comme la lettre de crédit documentaire, qui est notre principal outil".

Fernando Salazar, presidente de CESCE (izqda) y José Terreros, director de IMEX - PHOTO/ATALAYAR
Fernando Salazar, président du CESCE (à gauche) et José Terreros, directeur de l'IMEX - PHOTO/ATALAYAR

Salazar a expliqué qu'il avait conclu des accords avec 138 banques internationales, qui offrent des lignes de crédit, ainsi que des garanties pour les PME ou des politiques de crédit acheteur.  "Nous avons également lancé récemment des politiques d'investissement stratégique dans de nouveaux secteurs de l'économie nationale", a-t-il ajouté.

Institut officiel de crédit

L'Instituto de Crédito Oficial (ICO) était représenté par sa directrice générale des entreprises, Rosario Casero, qui a souligné que le soutien à l'internationalisation des entreprises espagnoles est essentiel pour améliorer leur compétitivité et leur productivité et augmenter la création d'emplois. "Nous avons investi 15 000 millions d'euros pour soutenir les entreprises, dans un total de 11 000 opérations, principalement avec des PME", a-t-elle déclaré.

Rosario Casero, directora general de Negocios del ICO - PHOTO/ATALAYAR
Rosario Casero, directeur général des entreprises à l'OIC - PHOTO/ATALAYAR

Casero a mis l'accent sur deux concepts qu'elle considère comme fondamentaux dans le processus d'internationalisation des entreprises espagnoles. "D'une part, les crises récentes telles que la crise de Covid ou la guerre en Ukraine ont mis en évidence la nécessité de diversifier à la fois les sources de financement, les financeurs et les produits exportés. C'est très important, car lorsque la situation s'aggrave, les marchés se ferment", a-t-elle averti.

Le deuxième concept est la démondialisation : "de plus en plus, les pays protègent leurs industries, en soutenant non seulement le promoteur, mais aussi toute la chaîne de valeur de cette industrie", a-t-elle expliqué.

La directrice de l'ICO a conclu son intervention en soulignant le défi que représente la canalisation des fonds européens vers les entreprises : "nous devons "décrocher" 40 000 millions d'euros de prêts pour les entreprises espagnoles".

Cofides

Ana Cebrián, directrice adjointe du département d'internationalisation de Cofides, une entreprise publique-privée qui gère des fonds au nom de l'État et de l'Union européenne pour soutenir les projets d'investissement à l'étranger des entreprises espagnoles, a souligné que "nous avons soutenu plus de 1 000 projets dans 90 pays, avec un investissement de 4 000 millions d'euros. Nous apportons une complémentarité aux instruments disponibles sur le marché, en nous adaptant aux besoins des entreprises, de 75 000 à 4 millions d'euros.

Ana Cebrián, directora adjunta del departamento de Internacionalización de Cofides (dcha) y José Terreros - PHOTO/ATALAYAR
Ana Cebrián, directrice adjointe du département d'internationalisation de Cofides (à droite) et José Terreros - PHOTO/ATALAYAR

Cebrián a également souligné la présence de Cofides en Amérique latine et, après la pandémie, dans plusieurs pays à moindre risque.

Secrétaire d'État au Commerce

Jordi Fornells, responsable de la promotion financière de l'internationalisation au Secrétariat d'État au commerce, a évoqué les instruments que le ministère met au service des entreprises, en complément de ceux disponibles sur le marché, et a souligné que "la coordination interne entre tous les instruments mis à la disposition des entreprises est essentielle : nous sommes au service des entreprises, dans le but de leur offrir des chances égales par rapport à leurs concurrents étrangers".

Jordi Fornells, responsable de Fomento Financiero de la Internacionalización en la Secretaría de Estado de Comercio (dcha) y Ana Cebrián - PHOTO/ATALAYAR
Jordi Fornells, responsable de la promotion financière de l'internationalisation au Secrétariat d'État au commerce (à droite) et Ana Cebrián - PHOTO/ATALAYAR

Fornells a également rappelé que l'autre objectif principal du secrétaire d'État au Commerce est de remédier aux défaillances du marché, grâce à des instruments de soutien public, complémentaires de l'offre privée et assumant un risque plus important que le secteur privé.

CaixaBank

Le dernier intervenant à la table était Luis Cabanas, directeur des services bancaires aux entreprises de CaixaBank, qui a rappelé que "nous sommes au service de la société depuis plus de 100 ans et que, depuis 1998, nous nous sommes concentrés sur les services bancaires aux entreprises, avec notre propre réseau de plus de 230 centres, qui constituent un modèle de proximité avec nos clients".

Comme l'a souligné Cabanas, CaixaBank est le principal bailleur de fonds des entreprises de ce pays : "la moitié d'entre elles travaillent avec nous, et nous leur offrons toutes sortes de produits, du préfinancement au postfinancement, grâce à un réseau qui dessert plus de 130 pays. Nous sommes donc des collaborateurs indispensables de toutes les institutions présentes ici et nous sommes prêts à répondre à tous les besoins des entreprises espagnoles".

Luis Cabanas, director de Banca de Empresas de CaixaBank (izqda) y Rosario Casero - PHOTO/ATALAYAR
Luis Cabanas, directeur de la banque d'entreprise à CaixaBank (à gauche) et Rosario Casero - PHOTO/ATALAYAR

Géopolitique et secteurs d'avenir

La journée s'est poursuivie avec la table ronde consacrée à la "Situation géopolitique et implications pour le commerce international et l'investissement", animée par le journaliste José María Triper, avec la participation d'Alicia Varela, directrice générale du commerce international et de l'investissement du ministère de l'économie ; Ana Esmeralda Martínez, directrice générale de la diplomatie économique du ministère des Affaires étrangères ; Ricardo Santamaría, directeur de la gestion du risque-pays et de la dette de Cesce ; et Judith Arnal, de l'Institut royal Elcano.

Des exemples de réussite ont ensuite été passés en revue lors de la table ronde consacrée aux "Secteurs d'avenir pour l'internationalisation des entreprises", animée par Jaime Montalvo, directeur des affaires internationales à la Chambre de commerce.

Luis Rodríguez-Ovejero, président de SATEC, Eduardo Mesegué, directeur des affaires juridiques et institutionnelles de GB Foods, José Eugenio Salarich, directeur des relations internationales d'Acciona, et Jon Fernández, directeur général d'Orbea, ont participé à la table ronde.

La conférence a été clôturée par Inmaculada Riera, directrice générale de la Chambre de commerce espagnole.