Avec des programmes de financement et de formation ambitieux, le pays d'Afrique du Nord mise sur son potentiel d'énergies renouvelables pour faire face à la mise en place de la taxe carbone. Pour verdir l'économie marocaine et atteindre le développement durable escompté, le Royaume doit optimiser la logistique, le transport et alléger les procédures et les délais pour encourager les investissements dans le secteur de l'énergie

L'éolien et le solaire, deux piliers des énergies renouvelables au Maroc

FOTO/AP - Vista aérea de la central solar marroquí Noor 3 en Ouarzazate, en el centro de Marruecos
photo_camera PHOTO/AP - Vue aérienne de la centrale solaire marocaine Noor 3 à Ouarzazate, au centre du Maroc

Lors de la 5ème édition de la rencontre d'affaires hispano-marocaine sur les énergies renouvelables organisée par la Chambre de commerce espagnole à Tanger, les panélistes ont analysé les défis du développement de l'énergie solaire et éolienne au Maroc en tant que source de grand potentiel pour les énergies renouvelables au niveau national. 

Dans le premier panel consacré à l'énergie solaire au Maroc, Amine Yamou, chef de projet pour les énergies renouvelables à l'Agence marocaine pour les énergies renouvelables (MASEN), créée en 2009, a souligné qu'"après avoir contribué à la construction de la grande centrale solaire Noor Ouarzazate, l'agence a lancé un appel d'offres en août dernier pour la centrale Noor Midelt III qui fait partie d'un mégaprojet d'intégration massive de l'énergie solaire et qui sera plus grande que la centrale de Ouarzazate avec une capacité installée finale de 1 600 MW". 

Le représentant de MASEN a précisé que "plusieurs entreprises espagnoles ont été qualifiées pour participer à l'appel d'offres pour la construction de la première phase de cette centrale avec une capacité initiale de 400 MW" ; soulignant que "les investissements dans les énergies renouvelables ne profiteront pas seulement au Maroc, mais aussi aux pays voisins". Avec des clients finaux présumés en Espagne et dans d'autres pays de l'UE, le Maroc mettra en œuvre une série de projets en 2024 qui marqueront des étapes fermes vers une élimination complète du carbone prévue pour 2040, grâce au nouveau modèle de développement marocain qui prône un développement durable et vert, a expliqué Amine Yamou. 

AFP/FETHI BELAID - Paneles solares utilizados para alimentar bombas de agua para riego
AFP/FETHI BELAID - Des panneaux solaires alimentent les pompes d'irrigation

Selon l'intervention de Roger Pasola, directeur du stockage de l'hydrogène et des nouveaux développements à l'Union photovoltaïque espagnole (UNEF), en Espagne la réalité du marché a démontré les avantages de l'énergie solaire, puisqu'en 2018 on parlait d'une capacité installée de 4G qui a été ensuite multipliée par six, de même au Maroc où les données sont très positives. Le premier avantage de l'énergie solaire est la modularité capitalisant sur un espace où elle contribue à une activité productive propre en favorisant l'autoconsommation.

"Au cours des cinq dernières années, l'Espagne a compté des centaines d'entreprises, dont beaucoup se sont spécialisées dans l'énergie solaire dans le domaine électrique. Nous avons les ressources suffisantes pour être les plus compétitifs et saisir l'opportunité d'accéder à une plus grande croissance économique et à un développement social et durable", a poursuivi Roger Pasola.

Mouhcine Karaoui, chargé de la promotion et de l'accompagnement à Maroc PME, l'Agence marocaine de promotion des petites et moyennes entreprises liée au ministère de l'Industrie, a souligné que l'agence a mis en œuvre le programme "Tatwir Croissance Verte" destiné aux entreprises du secteur industriel dont le chiffre d'affaires est inférieur à 200 millions de dirhams. Ce programme est composé de trois grands projets : le Conseil d'expertise technique à travers lequel Maroc PME intervient pour prendre en charge le coût de la prestation de services à hauteur de 80% sous forme d'assistance technique, le deuxième est la prime d'Etat pour soutenir l'investissement et qui peut atteindre jusqu'à 30% dans l'installation photovoltaïque par exemple et l'intégration des équipements, tandis que le troisième est l'accompagnement à l'innovation et à la créativité qui peut atteindre jusqu'à 50% du développement des profils ou des technologies, a expliqué le responsable de la promotion et de l'accompagnement à Maroc PME.  

Mohammed Nabil Lahlou, chef du département planification de l'Agence pour le développement du Nord (APDN), créée en 1996, a souligné la mission de l'agence, qui est de promouvoir et de soutenir toutes les actions de développement économique et social dans la région du Nord. "En ce qui concerne la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, composée de huit préfectures et provinces incluses dans ce plan, la stratégie repose sur cinq axes stratégiques de développement : le progrès et la modernisation à long terme, l'amélioration de l'accès de la population locale aux services sociaux (santé et éducation), et donc la stimulation de l'économie locale et régionale", a souligné Lahlou.

AFP/FADEL SENNA - Un trabajador se encuentra frente a un panel solar que forma parte del proyecto de energía solar Noor 1 en Ouarzazate
AFP/FADEL SENNA - Un ouvrier devant un panneau solaire faisant partie du projet d'énergie solaire Noor 1 à Ouarzazate

L'agence de développement collabore avec l'ensemble des acteurs économiques pour tout ce qui concerne les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique en réalisant des études techniques sur le réseau d'éclairage public en partenariat, dans ce cas, avec la commune de Tanger et l'AMEE, ainsi que l'élaboration d'une base de données géographiques et d'un schéma directeur des énergies renouvelables. "L'agence est également impliquée dans d'autres projets tels que la gestion des déchets ménagers et 7 millions d'euros pour la réalisation de projets structurants et le développement de tous les secteurs d'activité dans les domaines industriels", poursuit Lahlou de l'APDN.

Le PDG de Greening e-Maroc, Omar Vallecillos Carretero, a précisé que "le projet pilote d'énergie renouvelable investit dans le développement d'installations photovoltaïques en autoconsommation". Spécialisée dans le secteur industriel, Greening e-Maroc planifie et exécute des installations photovoltaïques à la recherche de solutions pour la mise en œuvre de stratégies d'économie d'énergie et de durabilité des entreprises ; elle vise également à maximiser l'efficacité et la productivité des installations photovoltaïques grâce à une maintenance adéquate, selon Vallecillos Carretero.

L'entreprise Shreya Clothiers a lancé un plan de durabilité basé sur la réduction et la bonne gestion des déchets industriels et l'élimination de la consommation de combustibles fossiles dans les processus industriels. Ainsi, l'investissement dans les énergies renouvelables est essentiel pour améliorer l'empreinte carbone, selon le PDG de l'entreprise, Vinod Nebhwani. 

PHOTO/FILE - Energía solar en Marruecos
PHOTO/FILE - L'énergie solaire au Maroc

Le représentant de Shreya a souligné qu'"après un an d'investissement dans l'énergie verte, l'entreprise dispose d'une capacité installée de 386 kWc, et d'un taux d'autoconsommation de 44%, réalisant ainsi une réduction d'émission de 148 tonnes de CO₂". "Grâce à cela, l'entreprise a amélioré sa compétitivité ainsi que son engagement dans le développement durable de l'industrie pour accompagner le client dans les défis de l'avenir", a-t-il conclu. 

L'entreprise chinoise Aelon, créée en 2007 à Shanghai, a participé au panel sur l'énergie éolienne au Maroc, un pôle international en plein dynamisme, avec une longue trajectoire qui a généré une grande expertise dans le domaine de l'énergie éolienne. Dans ce cadre, Carles Eustaquio Ruiz, chef de projet, a présenté la partie du projet Aelon Maroc avec un investissement de 266 millions d'euros générant 3.200 emplois avec plus de 30% de participation féminine, 30% d'intégration locale et 12 lignes de production.

Aelon Morocco Project est un projet pilote d'énergie éolienne situé dans la Zone d'Accélération Industrielle de Nador et est la première entreprise à être installée dans le port de Nador West Med (NWN). "Partant de l'intérêt de s'internationaliser sur les marchés du monde entier, en Europe comme premier choix, en Amérique, en Inde, en Turquie où il existe un hub logistique avec de nombreux avantages (à l'horizon 2050), le Maroc a réuni les conditions pour attirer les investissements grâce à la stabilité politique et à l'expérience de nombreuses entreprises du secteur, en plus de la prospérité économique et d'une situation géographique qui se distingue par sa proximité avec l'Union européenne", a déclaré le chef de projet. 

Selon Hasnaa Nabil, chef de division à la Direction des industries aéronautiques, ferroviaires, navales et des énergies renouvelables au ministère de l'Industrie et du Commerce, le Maroc a progressé dans le domaine des énergies renouvelables depuis 2009, estimant que la taxe carbone donnera une impulsion secondaire à l'économie verte. 

AFP/ABDELHAK SENNA - Una imagen de archivo tomada el 8 de junio de 2010 muestra turbinas eólicas en el parque eólico recientemente inaugurado de Dahr Saadane en Tánger
AFP/ABDELHAK SENNA - Une image prise le 8 juin 2010 montre des éoliennes dans le parc éolien de Dahr Saadane, récemment inauguré à Tanger

"Il ne faut pas perdre de vue les enjeux de la taxe carbone, car la mise en place de ce type de taxe va générer plus de charges pour les entreprises, ce qui aura un impact direct sur leur compétitivité", a déclaré Hasnaa Nabil. Depuis l'annonce de la taxe, le ministère de l'Industrie et du Commerce et le ministère de la Transition énergétique travaillent ensemble à la mise en œuvre d'un programme de décarbonisation industrielle qui vise à fournir aux zones industrielles une énergie propre, a-t-il précisé. "La taxe carbone agira comme un catalyseur pour élargir l'accès aux énergies renouvelables et l'émergence d'un écosystème productif basé sur des technologies énergétiques propres", a-t-il ajouté. 

Pour Santiago Muelas, Area Manager Shipping Division West Africa chez Romeu Group, la logistique est la clé de l'énergie éolienne car les composants sont de plus en plus grands et lourds. Le représentant de Romeu Group a souligné l'importance du sud du Maroc en ce qui concerne les entreprises chinoises qui s'installent dans ce pays d'Afrique du nord pour contribuer à la vague de constructions éoliennes que connaîtra le Royaume en 2025.

Répondant à la question de savoir pourquoi opter pour le sud du Maroc, Santiago Muelas a indiqué que "l'avantage réside dans les centaines de kilomètres vides avec beaucoup de vent, où le Sahara occidental a tout : un espace idéal, un vent constant et une surface énorme pour produire de l'énergie pour toute l'Afrique, ce qui représente une ressource impressionnante pour le Maroc". "Le défi est le transport, dont le coût est très élevé et il est très difficile d'avoir des équipements spéciaux et des camions pour transporter les composants des turbines. De plus, il faut de plus en plus de camions avec une plus grande capacité et une plus grande expertise, ce qui nous pousse à penser à deux solutions : des solutions maritimes et portuaires pour résoudre les problèmes de transport, de stockage, de douane et de longs délais d'autorisation qui entravent la mobilité", a souligné le représentant du Groupe Romeu.

PHOTO/FILE - Energía eólica en Marruecos
PHOTO/FILE - L'énergie éolienne au Maroc

Carlos Vicente Martinez, directeur de la société Lasser Wind Africa, a déclaré qu'"après avoir été surpris par le grand potentiel du Maroc, la société a réalisé en 2023 plusieurs activités dans le domaine de l'énergie éolienne, en prenant toutes les mesures nécessaires pour réaliser des progrès dans les années à venir, comme l'optimisation des coûts et la vente au Maroc d'un produit national de qualité".  

Le doyen de la Faculté des Sciences et Techniques de Tanger, Mohamed Addou, a indiqué que "depuis le lancement du plan marocain des énergies renouvelables en 2009, les universités marocaines ont créé de nombreuses formations qui complètent l'offre de l'IFMEREE que ce soit à travers les facultés des sciences ou les écoles d'ingénieurs".   

"Les profils que nous aurons dans un futur proche pourront répondre aux besoins spécifiques des entreprises travaillant dans le domaine des énergies renouvelables, nous leur apporterons toutes les compétences requises par ce marché orienté vers le domaine de l'hydrogène vert, du dessalement de l'eau de mer et de l'efficacité énergétique dans l'industrie", a conclu Addou.

Plus dans Économie et Entreprises