Suite aux discussions entre les ministres des Affaires étrangères du Soudan et de l'Iran à Bakou en juillet, le gouvernement iranien a décidé d'envoyer un soutien militaire à l'armée soudanaise

Comment l'Iran cherche à renforcer son influence en mer Rouge par une aide militaire au Soudan

AFP/IRANIAN FOREIGN MINISTRY - El ministro de Asuntos Exteriores de Irán, Hossein Amir-Abdollahian
photo_camera AFP/MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DE L'IRAN - Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian

Selon Al Arab, des sources soudanaises ont confirmé qu'une cargaison d'armes avait été envoyée par l'Iran dans l'est du pays. Cette cargaison est destinée à aider l'armée soudanaise à lutter contre les forces paramilitaires de soutien rapide (RSF). 

Les affrontements entre l'armée soudanaise et les forces paramilitaires de soutien rapide (RSF) se poursuivent après que des tensions aient éclaté en avril. Les tensions entre les deux parties proviennent de la tentative d'intégration des FAR dans les forces armées soudanaises. 

Les deux pays ont discuté de la reprise des relations diplomatiques après leur rencontre début juillet dans la capitale azerbaïdjanaise, lorsque les deux ministres des Affaires étrangères se sont rencontrés à l'occasion de la réunion du Mouvement des non-alignés.

Ces retrouvailles étaient les premières en sept ans, depuis que les relations diplomatiques ont été rompues à la suite de la prise d'assaut de l'ambassade d'Arabie saoudite à Téhéran en 2016. La reprise des relations diplomatiques entre Téhéran et Riyad a suscité l'espoir que les autres pays arabes suivraient la position saoudienne sur le rétablissement des liens diplomatiques.  

Les deux pays n'ont pas annoncé officiellement la reprise des relations de peur qu'elle n'affecte les combats déjà compliqués au Soudan, mais le ministre soudanais des Affaires étrangères par intérim, Ali Sadeq, a rapidement remercié le gouvernement iranien d'avoir fourni une aide humanitaire par l'intermédiaire du Croissant-Rouge iranien (une organisation iranienne à but non lucratif membre de la Croix-Rouge internationale) pendant le conflit entre l'armée et les forces paramilitaires, mentionnant également son vif intérêt pour la recherche de "moyens de rétablir les liens le plus rapidement possible" entre les deux pays.

AFP/ASHRAF SHAZLY - Fuerzas de seguridad sudanesas hacen guardia en la capital de Sudán, Jartum
AFP/ASHRAF SHAZLY - Les forces de sécurité soudanaises montent la garde à Khartoum, la capitale du Soudan

Le régime des Ayatollahs est particulièrement soucieux d'assurer son influence en Mer Rouge.

Suite à la réouverture des relations diplomatiques avec l'Arabie Saoudite, l'Iran a maintenu sa volonté de renouer des liens diplomatiques avec les pays arabes, évitant ainsi un isolement politique et économique. En particulier, dans le cadre de ses relations avec l'Égypte (autre enclave précieuse sur la mer Rouge), l'Iran a décidé d'inviter des parlementaires égyptiens afin de "renforcer les liens et d'améliorer les relations".  

On espère également que le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi pourra rencontrer son homologue iranien Ibrahim Raisi lors des réunions de l'ONU à New York en septembre, afin d'entamer des négociations entre les deux pays. La diplomatie iranienne a également cherché à renforcer les liens politiques et économiques avec plusieurs pays africains, suite à la tournée du président iranien Ibrahim Raisi en Ouganda, au Kenya et au Zimbabwe.  

L'Iran continue de rechercher le soutien de la communauté internationale afin d'atténuer la pression et l'isolement dus aux sanctions économiques étouffantes imposées par les États-Unis. 

Plus dans Politique
argelia sierra leona
Une intense activité au plus haut niveau entre l’Algérie et la Sierra Léone, ces derniers temps, marque un rapprochement entre les deux pays que ne manque pas d’exploiter Alger pour ramener dans son giron un pays qui non seulement reconnaît la souveraineté marocaine sur le Sahara, mais, la concrétise par l’ouverture d’un consulat dans la ville de Dakhla.

Pressions algériennes sur la Sierra Léone pour l’amener à revenir sur la reconnaissance de sa souveraineté du Maroc sur le Sahara