La journaliste, envoyée spéciale en Ukraine et collaboratrice d'Atalayar, est intervenue dans les micros de l'émission De Cara al Mundo pour analyser la situation en Ukraine, à Kharkiv, où elle se trouve, et sur le front de Bakhmut

Maria Senovilla : "Bakhmut est le point le plus sombre de la guerre en Ukraine. Jusqu'à 400 soldats ukrainiens par jour sont tués"

photo_camera REUTERS/GLEB GARANINCH - Photo d'archive. Des voitures en feu après une attaque militaire russe, dans le centre de Kiev, en Ukraine, le 10 octobre 2022

Dans le dernier épisode de "De Cara al Mundo", sur Onda Madrid, nous avons eu la participation de María Senovilla, journaliste, envoyée spéciale en Ukraine et collaboratrice d'Atalayar, qui comme chaque vendredi analyse les progrès et la situation en Ukraine, en particulier à Kharkiv, la ville où elle se trouve, et à Bakhmut, où se déroule l'une des batailles les plus dures depuis le début de l'invasion russe du pays. 

Les Russes bombardent-ils toujours la position que vous occupez à Kharkiv ?

Ils continuent de bombarder. Lors de la dernière attaque, qui s'est déroulée vers neuf heures du soir, nous avons entendu trois grosses détonations, puis pendant un moment, nous avons entendu la défense anti-aérienne travailler pour neutraliser d'autres sorties. Les soldats qui assurent cette défense aérienne ont déclaré qu'en raison des conditions météorologiques, la visibilité était très faible, moins d'un kilomètre, et qu'il était très difficile d'arrêter la première vague de missiles. 

Un homme de 40 ans est mort et deux autres femmes ont été blessées et sont hospitalisées en raison de ces trois impacts, l'un des missiles étant tombé dans ce qu'on appelle ici le secteur privé, qui n'est rien d'autre qu'un quartier résidentiel. À 9 heures du soir, les gens sont chez eux. Comme nous l'avons évoqué ici, la nuit tombe à quatre heures de l'après-midi, il n'y a pas d'éclairage public et les jours comme hier, lorsque jusqu'à 15 centimètres de neige se sont accumulés, vous ne pouvez pas faire la différence entre les bordures et les trottoirs, vous pouvez imaginer que tout le monde est à la maison. Ce pauvre homme était là quand le missile a frappé et il n'a pas pu faire grand-chose.

La Russie riposte à ce qui est une attaque ukrainienne contre des bases situées sur son territoire. Cela peut lui donner une nouvelle dimension. Ces attaques ne sont pas nouvelles, mais le fait que l'Ukraine décide maintenant d'attaquer la Russie sur son propre territoire est nouveau.

Et le fait qu'elle attaque avec des armes de sa propre fabrication est également nouveau. Les États-Unis ont rapidement déclaré qu'ils n'avaient pas fourni d'armes à longue portée, et l'Ukraine a fait un pas en avant en disant qu'elle n'allait pas se contenter d'encaisser les tirs sans rien faire. Le problème est que nous savons tous que chaque fois que l'Ukraine attaque une cible russe, que ce soit la dernière attaque qu'elle a subie à Sébastopol, ces deux aérodromes sur le sol russe d'où décollent normalement les avions bombardiers qui nous bombardent ici à Kharkiv, c'est une cible tout à fait légitime du point de vue des forces armées ukrainiennes.

Je pense donc que cela pourrait raviver l'intention du Kremlin de continuer à pilonner l'infrastructure électrique de l'Ukraine qui, soit dit en passant, a été détruite à 30 ou 35 %. Zelenski a actualisé ces chiffres il y a quelques jours et il semble qu'entre 45 % et 50 % de l'infrastructure électrique ukrainienne soit endommagée à l'heure actuelle. C'est un miracle que nous ayons encore l'électricité.

Le froid est devenu une autre arme dans le camp du Kremlin. Ces bombardements, en plus de détruire l'électricité et les communications, ont pour effet de saper le moral des Ukrainiens, n'est-ce pas ? 

Moral, chauffage et vie. Ici, à Kharkiv, le conseil municipal est déterminé à ne laisser personne de côté. En plus d'installer les deux cents points d'invincibilité dont nous avons parlé la semaine dernière, c'est-à-dire des endroits où il y a du chauffage, des générateurs pour que les gens puissent recharger leurs appareils mobiles et des cuisinières où l'on peut même cuisiner, le conseil municipal a lancé une autre initiative qui consiste à distribuer des aliments chauds car les coupures de courant sont de plus en plus longues.

Hier, j'ai été privé d'électricité pendant 5 heures, mais il y a des districts où il y a 9 heures d'affilée sans électricité, et si vous n'avez pas de gaz pour cuisiner, vous ne pouvez pas faire cuire vos aliments. Imaginez avec des températures allant de moins 8 à moins 20 degrés Celsius cette semaine. Ils distribuent donc des repas dans des endroits comme les grandes écoles qui ont des cantines où ils préparent de la nourriture pour les personnes qui ne peuvent pas préparer de nourriture à la maison à cause de ces coupures de courant. Et je pensais que, étant donné que nous avons plus d'électricité que nous n'en avons pas, cette initiative ne serait pas très demandée en ce moment. À ma grande surprise, ils ont publié hier les chiffres de la première semaine de distribution de ces repas chauds et je peux vous dire qu'en 7 jours, 140 000 personnes sont venues chercher des repas chauds, car elles n'avaient pas la possibilité de les préparer chez elles. Et il y a tout l'hiver qui nous attend. 

Que se passe-t-il dans la bataille de Bakhmut ? Les nouvelles que nous recevons sont que beaucoup de gens meurent.

Oui, nous devons nous pencher sur le Donbas, car Bakhmut est le point le plus sombre de la guerre en Ukraine. Cette semaine, l'Institute for the Study of War, un prestigieux groupe de réflexion américain, et d'autres groupes de réflexion internationaux ont convenu que jusqu'à 400 soldats ukrainiens par jour sont tués et blessés à Bakhmut. 

Et au-delà du nombre, qui n'est qu'un chiffre, j'ai pu m'entretenir ces derniers jours avec différentes sources militaires, tant officielles que combattantes, qui se sont rendues sur place, et ce qu'elles disent fait dresser les cheveux sur la tête. La ville est pour l'instant sous contrôle ukrainien, mais les troupes russes ont stationné leur artillerie assez près pour y tirer, mais assez loin pour ne pas trop exposer leurs troupes. Pendant ce temps, l'armée ukrainienne, parce qu'elle doit défendre le terrain, a beaucoup d'infanterie, d'unités légères, d'unités paramilitaires qui peuvent faire très peu contre les bombes. Cette ligne de front est aujourd'hui devenue un véritable hachoir à viande humain. C'est la façon la plus brute dont je peux le dire. 

Actuellement, c'est l'une des principales, sinon la principale, préoccupation des forces armées de Zelenski. Nos auditeurs se demandent probablement quelle est l'importance pour Bakhmut de prendre un tel engagement pour défendre la position à un coût de la vie aussi élevé. Bakhmut n'est pas une ville emblématique comme Severodonetsk, où s'est déroulée l'une des grandes batailles de cette guerre. Bakhmut n'est pas ce genre de ville emblématique. Cependant, il s'agit d'un centre de communication essentiel pour les lignes d'approvisionnement des troupes ukrainiennes dans la province de Donetsk, et c'est également le tampon qui contient l'avancée des troupes du Kremlin vers Sloviansk et Kramatorsk. Si l'armée russe s'emparait de ces deux villes, elle prendrait le contrôle quasi total de la province de Donetsk et donc de l'ensemble du Donbas, ce que Poutine pourrait déjà vendre comme une grande victoire. Vous pouvez donc imaginer à quel point le Kremlin travaille dur en ce moment pour prendre Bakhmut et à quel point il est difficile pour les Ukrainiens de la défendre.
 

Plus dans Politique
argelia sierra leona
Une intense activité au plus haut niveau entre l’Algérie et la Sierra Léone, ces derniers temps, marque un rapprochement entre les deux pays que ne manque pas d’exploiter Alger pour ramener dans son giron un pays qui non seulement reconnaît la souveraineté marocaine sur le Sahara, mais, la concrétise par l’ouverture d’un consulat dans la ville de Dakhla

Pressions algériennes sur la Sierra Léone pour l’amener à revenir sur la reconnaissance de sa souveraineté du Maroc sur le Sahara