L'État marocain continue de se battre pour obtenir la pleine souveraineté sur la région sahraouie

Le Maroc et les aspirations à la gestion de l'espace aérien sahraoui

Aviones permanecen en la pista del aeropuerto de Fuerteventura, debido a una tormenta de arena procedente del desierto del Sáhara – PHOTO/SAMUEL ARANDA/AFP
Des avions restent sur la piste de l'aéroport de Fuerteventura en raison d'une tempête de sable provenant du désert du Sahara - PHOTO/SAMUEL ARANDA/AFP

Le Maroc poursuit sa lutte pour obtenir le contrôle total du Sahara occidental, un territoire qu'il considère comme sien et sur lequel il propose une formule de large autonomie sous souveraineté marocaine, dans le respect des résolutions de l'ONU, afin de résoudre le différend sahraoui qui dure depuis plus de quatre décennies, depuis la fin de la présence coloniale de l'Espagne. 

  1. Les aspirations marocaines sur la gestion de l'espace aérien sahraoui

Le gouvernement espagnol a déjà exprimé son soutien à l'initiative marocaine pour le Sahara occidental, qu'il considère comme la voie la plus sérieuse, la plus crédible et la plus réaliste pour mettre fin au différend sur le territoire sahraoui. Ce geste espagnol a conduit à un plus grand rapprochement diplomatique entre les deux voisins méditerranéens et a favorisé une grande harmonie qui a conduit à une feuille de route convenue par le premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, et le roi Mohammed VI lors de leur rencontre à Rabat en mars 2022. Une feuille de route qui a marqué les relations diplomatiques entre les deux nations au cours des derniers mois, conduisant à d'importants accords et même à une réunion de haut niveau tenue à Rabat en février 2023 qui a abouti à d'importants accords sur diverses questions, sous la supervision de Pedro Sánchez lui-même et du chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch. 

Les aspirations marocaines sur la gestion de l'espace aérien sahraoui

L'une des questions qui intéressent le royaume marocain est la gestion de l'espace aérien du Sahara occidental. Rabat entend exercer sa pleine souveraineté sur les provinces dites du sud, ce qui inclut le contrôle de l'espace aérien de la région. 

L'atmosphère positive dans les relations maroco-espagnoles a renforcé la volonté des deux pays d'aborder les questions encore en suspens, telles que la gestion de l'espace aérien du Sahara marocain, qui a été pendant des décennies sous la supervision de Madrid, en gardant à l'esprit que l'Espagne avait le contrôle colonial du territoire en tant qu'ancienne métropole. 

Pedro Sánchez y Mohamed VI - PHOTO/FILE
Pedro Sánchez et Mohammed VI - PHOTO/FILE

Selon des médias tels qu'Al Arab et Morocco World News, le gouvernement espagnol pourrait céder la gestion de l'espace aérien saharien au Maroc, après des décennies de contrôle par le ministère espagnol des transports, par l'intermédiaire du centre de contrôle du trafic aérien des îles Canaries. Ainsi, depuis des décennies, l'espace aérien sahraoui est géré depuis les îles Canaries, comme le prévoit l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) des Nations unies. Il est géré par ENAIRE, une entreprise publique appartenant au ministère des transports. L'espace aérien est de facto contrôlé par l'Espagne, en tant qu'État protecteur du territoire.

Dans le contexte actuel de bonnes relations diplomatiques hispano-marocaines, le gouvernement espagnol a reconnu il y a quelques mois qu'il avait entamé des discussions avec Rabat sur le transfert de la gestion de l'espace aérien au Sahara occidental et l'établissement d'une coordination importante entre les deux parties dans le but d'atteindre une plus grande sécurité dans les connexions et la coopération technique, comme l'a rapporté Confidencial Digital. 

Coïncidant avec la visite du président Pedro Sánchez au roi Mohammed VI à Rabat, Confidencial Digital a lui-même rapporté que le gouvernement espagnol se dirige vers la remise de la gestion de l'espace aérien dans la région du Sahara occidental au Royaume du Maroc.

Puesto de control fronterizo entre Marruecos y Mauritania en Guerguerat, ubicado en el Sáhara Occidental - AFP/FADEL SENNA
Poste de contrôle frontalier entre le Maroc et la Mauritanie à Guerguerat au Sahara Occidental - AFP/FADEL SENNA

Selon des sources diplomatiques consultées par Confidencial Digital, le transfert au Maroc de la gestion de l'espace aérien du Sahara occidental était une condition posée par le monarque Mohammed VI pour la réouverture des bureaux de douane de Ceuta et Melilla, chose qui attend toujours une date précise. 

A ce sujet, Mohammed Tayyar, chercheur en sécurité et études stratégiques, considère que le dossier de la démarcation de la frontière aérienne est lié à une question technique, puisque l'Espagne supervise la sécurité aérienne au Sahara occidental depuis les années 1940, mais le Maroc exerce en réalité une souveraineté totale sur la navigation aérienne au Sahara, les avions militaires marocains n'étant reliés qu'à des tours dans la région, et l'aviation civile étant reliée à des points de contrôle et de gestion marocains.

"Le dossier est de nature technique et devrait être résolu entre les deux pays dans un proche avenir, étant donné que le Maroc exerce sa souveraineté sur la navigation aérienne en même temps que l'Espagne bénéficie de nombreux privilèges et taxes en vertu du fait qu'elle est responsable devant l'autorité internationale chargée de l'aviation et de la navigation aérienne", a déclaré cet expert à Al Arab.

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato