En plus d'envisager un nouveau gouvernement pour Gaza après la guerre, les pays de la région et les Etats-Unis doivent s'assurer que Téhéran ne réarme pas le Hamas

Empêcher l'Iran de reconstruire le Hamas, un point essentiel après la fin de la guerre de Gaza

PHOTO/FILE - El líder de Hamás, Ismail Haniyeh, y el ayatolá Ali Jamenei
photo_camera Ismail Haniyeh, chef du Hamas, et l'ayatollah Ali Khamenei - PHOTO/FILE

Depuis plusieurs semaines, alors que l'opération militaire israélienne se poursuit dans la bande de Gaza, de nombreuses capitales occidentales commencent à se pencher sur le "jour d'après" la guerre. L'Europe, et surtout les Etats-Unis, ont déjà commencé à élaborer un plan pour la fin de l'offensive terrestre israélienne, qui pourrait intervenir dans les prochaines semaines.  

  1. Une fois la guerre de Gaza terminée, le rôle de l'Iran devra être pris en compte
  2. L'Iran pousse Israël à la guerre par l'intermédiaire du Hamas 
  3. Un gouvernement palestinien fort et modéré est essentiel pour contrecarrer les plans de l'Iran

À cette fin, le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'est rendu à plusieurs reprises dans différents pays du Moyen-Orient, où il a rencontré les dirigeants de la région dans l'espoir qu'ils s'impliquent dans la reconstruction de Gaza une fois la guerre terminée. De même, au niveau politique et administratif, Washington attend de l'Autorité palestinienne, l'entité dirigée par Mahmoud Abbas qui gouverne la Cisjordanie, qu'elle contrôle Gaza avec l'aide des nations voisines lorsqu'Israël retirera ses troupes de l'enclave.  

Ainsi, alors que l'Occident et plusieurs pays de la région, tels que l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, s'efforceront de reconstruire Gaza et de promouvoir un État palestinien conforme aux exigences de sécurité d'Israël et favorisant la paix et la stabilité régionales, d'autres pays, tels que l'Iran, principal sponsor du Hamas et d'autres groupes terroristes, feront le contraire. 

Selon les analystes Michael Singh et Matthew Levitt de l'Institut de Washington pour la politique du Proche-Orient, la République islamique d'Iran se concentrera "sur la reconstruction du Hamas et la préparation de la prochaine guerre". Par conséquent, si Israël et ses alliés veulent éviter une répétition de l'attaque du 7 octobre, ils doivent contrer Téhéran.

Ce n'est pas la première fois qu'une telle situation se présente. En juillet 2006, le Hezbollah, groupe chiite libanais soutenu par l'Iran, a attaqué Israël après avoir franchi illégalement la Ligne bleue, frontière internationalement reconnue entre Israël et le Liban. Au cours de l'attaque, les membres du Hezbollah ont non seulement tué trois soldats, mais aussi kidnappé plusieurs militaires, comme l'a fait le Hamas le 7 octobre.  

El secretario de Estado de Estados Unidos, Antony Blinken, se reúne con el presidente palestino, Mahmud Abbas para abordar el futuro de Gaza tras la guerra - EVELYN HOCKSTEIN / POOL / AFP
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken rencontre le président palestinien Mahmoud Abbas pour discuter de l'avenir de Gaza après la guerre - EVELYN HOCKSTEIN / POOL / AFP

Bien que la réponse de Jérusalem à cette attaque ait considérablement affaibli les capacités du Hezbollah, le groupe a continué à planifier des offensives, attendant le bon moment pour frapper à nouveau le territoire israélien. Il a d'ailleurs qualifié sa survie de "victoire divine".

Des années plus tard, le Hezbollah a réussi à se renforcer et, depuis le 7 octobre, il lance des attaques récurrentes sur le territoire israélien, ce qui a entraîné l'évacuation de milliers de personnes du nord d'Israël.  

Une fois la guerre de Gaza terminée, le rôle de l'Iran devra être pris en compte

C'est pourquoi les deux analystes estiment que les réseaux du Hamas en Cisjordanie, au Liban ou même à Gaza pourraient suivre une trajectoire similaire, malgré la victoire israélienne et le démantèlement du groupe terroriste dans l'enclave palestinienne. 

À cet égard, il convient de noter la grande popularité du Hamas en Cisjordanie, même après l'attaque brutale du 7 octobre et la guerre qui s'en est suivie à Gaza. C'est précisément l'une des raisons pour lesquelles Mahmoud Abbas hésite à organiser des élections dans le territoire. En cas d'élections, il est très probable que le groupe terroriste gagne en Cisjordanie, comme il l'a fait en 2006 dans la bande de Gaza.  

El ministro de Asuntos Exteriores de Irán, Hossein Amir Abdollahian, se reúne con el máximo líder del grupo palestino Hamás, Ismail Haniyeh, en Doha, Qatar, el 20 de diciembre de 2023
PHOTO/Ministerio de Asuntos Exteriores de Irán/WANA (Agencia de Noticias de Asia Occidental) vía REUTERS
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, rencontre le chef du Hamas palestinien, Ismail Haniyeh, à Doha, au Qatar, le 20 décembre 2023 - PHOTO/Ministère iranien des Affaires étrangères/WANA (West Asia News Agency) via REUTERS

En continuant avec le cas du Hezbollah et en le prenant comme exemple de ce qui pourrait arriver au Hamas une fois la guerre à Gaza terminée, le rôle de l'Iran doit être pris en compte. Le rétablissement du Hezbollah après la guerre de 2006 avec Israël a été rendu possible - en partie grâce à l'absence de sanctions sévères de l'ONU et à la faiblesse des rivaux internes du Hezbollah - par le financement iranien.  

Téhéran est considéré comme le chef de file de ce que l'on appelle "l'axe de la résistance", qui regroupe des organisations terroristes du Moyen-Orient telles que le Hamas, le Hezbollah, les Houthis du Yémen et les milices pro-iraniennes en Syrie et en Irak. Tous ces groupes ont intensifié leurs activités à la suite de la guerre de Gaza, non seulement contre Israël, mais aussi contre des cibles américaines dans la région.  

Toutefois, Singh et Levitt soulignent également les différences entre le Hamas et le Hezbollah, notant que ce dernier est une branche du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran, alors que les relations entre l'Iran et le Hamas ont été beaucoup plus volatiles. 

Un palestino sostiene banderas de Hamás
AFP/JOHN MACDOUGALL
Un Palestinien tient des drapeaux du Hamas AFP/JOHN MACDOUGALL

Malgré les hauts et les bas de cette relation, le soutien de Téhéran a été décisif pour le Hamas au cours des dernières décennies. Selon les données recueillies par les analystes, le régime iranien a fourni entre 70 et 120 millions de dollars par an à l'organisation terroriste.

"Le soutien technique et de formation de Téhéran a transformé le Hamas d'une milice hétérogène connue pour ses attentats suicides en une armée terroriste bien entraînée, dotée d'une large gamme de missiles, de tunnels et d'une direction décentralisée en dehors de Gaza", affirment-ils. 

L'Iran pousse Israël à la guerre par l'intermédiaire du Hamas 

Par ailleurs, alors que le Hezbollah est conçu par Téhéran pour dissuader les attaques américaines ou israéliennes contre l'Iran lui-même, le Hamas, en particulier après son attaque brutale du 7 octobre, a poussé Israël dans une guerre qui a provoqué une vague de critiques internationales sévères contre l'État juif, allant même jusqu'à traduire Israël devant la Cour internationale de justice de La Haye pour génocide présumé.  

De plus, cette guerre et l'opération militaire d'Israël à Gaza ont généré des tensions entre Jérusalem et Washington, deux alliés historiques et les deux principaux ennemis de Téhéran. 

L'opération israélienne à Gaza vise à détruire le Hamas et à libérer la centaine d'otages encore retenus. Cependant, selon Singh et Levitt, s'il était possible de détruire complètement le Hamas que nous connaissons aujourd'hui, "l'Iran trouverait d'autres extrémistes pour porter son drapeau, puis les financerait et les équiperait"

Armas encontradas en el distrito de Shajaiya mientras los soldados israelíes operan en la Franja de Gaza, en medio del conflicto en curso entre Israel y el grupo islamista palestino Hamás
PHOTO/Fuerzas de Defensa de Israel VÍA REUTERS
Armes trouvées dans le quartier de Shajaiya, où des soldats israéliens opèrent dans la bande de Gaza dans le cadre du conflit entre Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas - PHOTO/Forces de défense israéliennes VIA REUTERS

De même, Téhéran serait à l'affût des Palestiniens assez courageux pour défendre la paix, qu'il chercherait à éliminer et à maintenir une stabilité qui nuit directement à Israël. "Pour les États-Unis et Israël, se débarrasser du Hamas signifierait non seulement vaincre le groupe lui-même, mais aussi contrecarrer les efforts iraniens pour le faire revivre ou le reproduire", soulignent-ils. 

Pour ce faire, deux points doivent être réglés. Le premier consiste à interrompre les flux de fonds et d'armes de l'Iran vers la Cisjordanie et la bande de Gaza. Les analystes estiment que Téhéran a bénéficié d'une trop grande marge de manœuvre pour envoyer des armes et des fonds à ses mandataires. Ils citent l'exemple des extrémistes houthis, qui ont perturbé le transport et le commerce maritimes mondiaux en entravant la liberté de navigation dans un détroit crucial. Pour Singh et Levitt, il est donc nécessaire de couper les lignes d'approvisionnement de l'Iran vers ses alliés par voie terrestre, maritime et aérienne.  

D'autre part, les efforts visant à bloquer le soutien financier de l'Iran à ses mandataires devraient se concentrer sur la dépendance de Téhéran à l'égard des transferts de fonds en dehors du système financier officiel. Malgré les sanctions et les restrictions imposées au régime iranien, de grandes quantités d'argent continuent d'affluer vers les groupes terroristes du Moyen-Orient, déstabilisant ainsi la région. "Un effort concerté et coordonné est nécessaire pour cibler ces transferts d'argent", ajoutent-ils.  

Líder Supremo de Irán, el ayatolá Ali Jamenei, observa durante una reunión en la exhibición de logros de la Fuerza Aeroespacial del IRGC en Teherán, Irán, el 19 de noviembre de 2023 - Oficina del Líder Supremo iraní WANA (Agencia de Noticias de Asia Occidental) vía REUTERS
Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, assiste à une réunion lors de l'exposition des réalisations de la force aérospatiale de l'IRGC à Téhéran, en Iran, le 19 novembre 2023 - Bureau du guide suprême iranien WANA (Agence de presse de l'Asie de l'Ouest) via REUTERS

Un gouvernement palestinien fort et modéré est essentiel pour contrecarrer les plans de l'Iran

La deuxième voie doit consister à empêcher Gaza de suivre le chemin du Liban et de la Syrie, où des vides de pouvoir ont permis à l'Iran de gagner en influence. En ce sens, le principal obstacle de l'Iran à la résurgence du Hamas sera la mise en place d'une force de sécurité palestinienne légitime en Cisjordanie et à Gaza, à laquelle les États arabes et l'Occident pourront apporter leur aide et leur soutien.  

Cependant, cela démontre également un dilemme clé pour Jérusalem, car alors que l'armée se retire de Gaza, Israël reste réticent à soutenir la création d'une autorité palestinienne dans la bande de Gaza. Cependant, plus il attendra pour le faire, plus il donnera à l'Iran la possibilité de combler le vide qui en résultera avec un Hamas reconstruit ou avec des groupes entièrement nouveaux et tout aussi nuisibles sous la direction de Téhéran.   

Les élites du Hamas ont prévenu qu'elles répéteraient les attaques du 7 octobre "encore et encore". Si Israël et l'Occident ne font rien à ce sujet et ne prennent aucune mesure claire, l'Iran en profitera et s'assurera de pouvoir le faire. 

Plus dans Reportages
PORTADA 

Una combinación de imágenes creadas el 9 de febrero de 2024 muestra a ucranianos fotografiados entre edificios y casas destruidos durante los dos años de la invasión rusa de Ucrania - PHOTO/AFP
Dans un scénario post-pandémique, le président russe Vladimir Poutine a lancé une offensive majeure contre l'Ukraine, provoquant en Europe la première guerre de grande ampleur depuis la Seconde Guerre mondiale

Cartographie d'une invasion ratée