Le royaume saoudien et le Royaume-Uni font don de 9 millions de dollars pour aider le Soudan en pleine crise humanitaire

L'Arabie saoudite et le Royaume-Uni unissent leurs forces pour aider le Soudan

PHOTO/AFP - La situación en Sudán continúa siendo grave
photo_camera PHOTO/AFP - La situation au Soudan reste désastreuse. Au moins 97 personnes ont été tuées et plus de 1 000 blessées

L'Arabie saoudite et le Royaume-Uni ont annoncé un don conjoint de 9,16 millions de dollars pour soutenir la réponse humanitaire au Soudan, qui fait face à de multiples crises, notamment le conflit, le déplacement, l'insécurité alimentaire et l'effondrement économique, nés des combats prolongés entre l'armée soudanaise et le groupe paramilitaire des Forces de soutien rapide (RSF).

La donation a été faite lors d'une cérémonie de signature à distance mercredi entre le Centre saoudien d'aide humanitaire et de secours du roi Salman (KSrelief) et le Bureau britannique des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement (FCDO). Abdullah al-Rabeeah, conseiller de la cour royale et directeur de KSrelief, et Andrew Mitchell, ministre d'État britannique chargé du développement et des affaires africaines, ont signé l'accord à distance.

Ce fonds d'aide répond à l'appel humanitaire lancé par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour le Soudan. Les fonds seront utilisés pour fournir une assistance d'urgence à des millions de personnes affectées par la situation humanitaire au Soudan, y compris les réfugiés, les personnes déplacées, les communautés d'accueil et les rapatriés.

Selon Asharq Al-Awsat, Mirjana Spoljaric Egger, présidente du CICR, a déclaré que "le financement aiderait l'organisation à fournir une réponse neutre et impartiale aux victimes de la crise, permettant aux équipes du Comité de répondre rapidement et efficacement aux besoins changeants de la population"

PHOTO/AFP - El humo se eleva durante los combates en la capital sudanesa, Jartum
PHOTO/AFP - De la fumée s'élève lors des combats dans la capitale soudanaise Khartoum

Selon un communiqué de KSrelief, le don couvrira une série de domaines, notamment la protection, l'éducation, l'eau, l'assainissement, l'hygiène et les abris. Ce don illustre le partenariat et la coopération solides entre l'Arabie saoudite et le Royaume-Uni pour aider les citoyens les plus vulnérables du Soudan et de l'ensemble de la région.

Mitchell s'est félicité de l'accord conclu avec le royaume saoudien pour aider le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Soudan. Selon lui, cet accord témoigne des liens humanitaires étroits et durables qui unissent les deux pays et de leur engagement en faveur des citoyens les plus vulnérables du monde. Mitchell a déclaré qu'en collaborant à ce projet commun, l'Arabie saoudite et le Royaume-Uni aideront le CICR à fournir une assistance vitale aux millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays qui subissent les conséquences du conflit armé au Soudan. Il a également exhorté toutes les parties impliquées dans ces conflits à respecter le droit international humanitaire et à faciliter l'accès de l'aide humanitaire aux personnes qui en ont un besoin urgent. 

3,7 millions de personnes ont été déplacées de force à l'intérieur du pays et on estime que près de 750 000 personnes ont dû fuir le territoire soudanais pour se réfugier dans les pays voisins. En outre, plus de 15 millions de personnes sont confrontées à une grave insécurité alimentaire.

Le Soudan est l'un des principaux bénéficiaires de l'aide humanitaire dans le monde, avec plus de 13 millions de personnes ayant besoin d'assistance. Le don conjoint du Royaume-Uni et de l'Arabie saoudite devrait permettre de répondre à certains besoins humanitaires du Soudan et contribuer à son redressement et à son développement. Il témoigne également de la solidarité et de l'amitié entre les deux pays et de leur soutien aux aspirations du Soudan à un avenir meilleur

 

Plus dans Société
PHOTO/PIXABAY
Robert Beaglehole et Ruth Bonita, deux anciens dirigeants de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont critiqué la position de l’organisme à l’égard de la cigarette électronique. Pour lutter contre le tabagisme, ils invitent l’institution à soutenir les initiatives visant à prioriser les modes alternatifs d’administration de nicotine

e-cigarette : 2 anciens cadres critiquent la position de l’OMS