Gaza : l'économie apportera et maintiendra la paix

PHOTO/FILE - Gaza
PHOTO/FILE - Gaza

En 2007, la bande de Gaza a été soumise à un blocus maritime, terrestre et aérien, et depuis lors, les conditions de vie n'ont cessé de se dégrader. En résumé, à Gaza, la population a accès à une moyenne de 13 heures d'électricité par jour, le taux de chômage est de 45 % et, en raison de la pauvreté, 80 % des Gazaouis dépendent de l'aide humanitaire. L'ONU avait déjà prévenu que la situation rendrait le territoire inhabitable d'ici 2020. Le 28 janvier de la même année, le président américain Donald Trump a présenté "Peace to Prosperity", connu sous le nom de "plan de paix Trump". 

Le "plan de paix", également connu sous le nom de "l'accord du siècle", a suscité un large éventail d'opinions. Certains l'ont considéré comme la "gifle du siècle", tandis que d'autres l'ont applaudi comme le seul "moyen réaliste" de résoudre le conflit israélo-palestinien.

On peut se demander si un tel "plan de paix" n'aurait pas pu s'appeler "plan économique pour mettre fin au conflit". Oser lui donner cette nomenclature peut ou non sembler approprié après un examen plus approfondi. Dans son "cadre général", le plan est défini comme "la voie vers la prospérité, la sécurité et la dignité pour les personnes concernées". Il semble cohérent de souligner que loin d'être un plan prédéterminé, il a acquis le statut de "base" sur laquelle les parties pourraient s'orienter vers de futures négociations qui leur permettraient de parvenir à la paix et de développer leur potentiel. 

Pour cette raison, le plan était composé de deux axes : le cadre politique et le cadre économique. Le cadre politique se caractérisait par la reconnaissance mutuelle de l'État d'Israël et d'un futur État palestinien, l'égalité des droits civils pour tous les citoyens, des frontières défendables pour l'État d'Israël, une expansion territoriale de la Palestine similaire à la superficie de Gaza et de la Cisjordanie, des liaisons de transport entre Gaza et la Cisjordanie, aucun déracinement d'Israéliens et de Palestiniens de leurs maisons et l'établissement d'une capitale palestinienne à Jérusalem-Est. Un accord que les critiques, y compris l'Union européenne, considèrent comme clairement biaisé en faveur d'Israël.  

L'axe économique repose sur trois piliers : la libération du potentiel économique, l'autonomisation du peuple palestinien et l'amélioration de la gouvernance palestinienne. À cette fin, le programme "De la paix à la prospérité" prévoit plus de 50 milliards de dollars de nouveaux investissements au cours des 10 prochaines années. 

Bien qu'à première vue il s'agisse de blocs hétérogènes, les deux axes semblent converger. Le conflit israélo-palestinien est si complexe qu'il est impossible d'éviter la nécessaire homogénéité entre l'économique et le politique. Chacune des propositions politiques nécessite une stabilité économique préalable qui leur permet de s'établir et donc de perdurer dans le temps. 

L'économie apporte la paix et la maintient. Après la Première Guerre mondiale, de nombreuses études académiques sont apparues pour comprendre les déterminants de la paix, comment la favoriser et la maintenir. Au départ, il s'agissait de déterminer quels éléments devaient être étudiés afin d'éviter de futures guerres. Par la suite, ce processus a évolué ; les guerres ont commencé à être comprises comme un long processus au cours duquel il convient de travailler à la fois sur leur origine et sur l'après-conflit. 

C'est ainsi que les études post-conflit sont apparues et se sont développées. Ces études ont montré qu'il ne suffit pas de négocier et de signer une paix, mais qu'il faut travailler sur une série d'aspects nécessaires au maintien de la paix. La grande majorité des études suivent la même ligne de travail dans laquelle l'économie acquiert une importance vitale.  

Les preuves empiriques et la littérature suggèrent que les variables qui influencent la paix sont nombreuses et pas nécessairement toutes observables à tout moment. Par exemple, les informations contenues dans les grandes bases de données telles que Codebook Uppsala Conflict Database Categorical (2006) enregistrent un total de 197 variables, mais seulement 37 % environ peuvent être classées, sur la base de critères socio-économiques, comme importantes pour déterminer une paix durable. Par conséquent, il convient de les regrouper en quelques variables ayant un fort pouvoir d'impact sur la paix dans une société. 

Selon des auteurs tels que Collier et Hoeffler et Djankov et Reynal-Querol, la pauvreté est la principale cause de déclenchement ou de reprise des conflits armés internes (...) l'échec du développement économique est la première cause de conflit. Les pays dont le revenu par habitant est faible, stagnant et inégalement réparti, et qui sont restés éternellement dépendants des produits de base pour leurs exportations, courent des risques dangereusement élevés de conflits prolongés. 

La science a donc montré que les facteurs économiques sont étroitement liés à l'assujettissement de la paix. Une gestion économique adéquate est une condition nécessaire, mais non suffisante, pour la reconstruction et la durabilité de la paix. 

Ainsi, le programme "Peace to Prosperity" aurait-il pu constituer une base solide sur laquelle bâtir un processus de paix durable ? Nous ne le saurons jamais ; peut-être qu'avec un axe politique approprié, équitable et conforme aux paramètres internationaux, les 50 milliards de dollars auraient permis d'éviter un tel statu quo. 

Cependant, comme nous l'avons mentionné plus haut, l'économie n'est pas tout pour trouver une solution ; des changements structurels doivent d'abord avoir lieu. Entre autres, la violence terroriste doit cesser dans le cadre d'un changement de gouvernement à Gaza, et tout porte à croire que l'ANP prendra le relais, à condition qu'elle puisse compter sur les ressources de la communauté internationale. Cependant, certains parient sur l'ONU, sans le soutien d'Israël, pour qu'elle joue un rôle important. Un rôle pertinent qui nécessitera un nouveau capital financier. 

"La guerre engendre la pauvreté, mais la pauvreté engendre aussi des guerres". 

Jacobo Salvador Micó Faus 

Analyste en terrorisme international et chercheur en antisémitisme. 

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato