Avec 35 pays signataires des accords Artémis, Washington l'emporte haut la main sur le projet de station lunaire de Pékin et Moscou, qui en totalise six

L'autre course à l'espace entre la Chine et les Etats-Unis

La República Oriental del Uruguay es la última nación que ha suscrito los Acuerdos Artemis de Estados Unidos. Fue el 15 de febrero en Washington, por parte de su ministro de Exteriores, Omar Paganini, a la derecha - PHOTO/NASA-Keegan Barber
La République orientale de l'Uruguay est le dernier pays à avoir signé les accords américains Artemis. Cette signature a été faite le 15 février à Washington par son ministre des Affaires étrangères, Omar Paganini, à droite - PHOTO/NASA-Keegan Barber

Les États-Unis et l'alliance d'intérêts entre la Chine et la Russie sont engagés dans une course cachée les uns contre les autres. Elle est pratiquement inconnue, car elle se déroule dans l'arène diplomatique discrète, bien qu'elle soit directement liée à l'hégémonie spatiale que l'un cherche à maintenir et les deux autres à atteindre. 

  1. Réaction de Xi Jinping et Vladimir Poutine
  2. D'un côté, 35 nations, de l'autre, six

Washington, d'une part, et la coalition de Pékin et Moscou, d'autre part, mettent tout en œuvre pour associer les dirigeants politiques des nations sur lesquelles ils exercent une influence ou entretiennent des liens étroits à leurs projets respectifs d'exploration lunaire et spatiale.  

La recherche de partenaires par la Maison Blanche se fait conformément aux instructions du secrétaire d'État américain Antony Blinken et de l'administrateur de la NASA Bill Nelson.  

Los presidente de China y Rusia han apostado por dar luz verde a una estación de investigación sobre la superficie de la Luna. La agencia espacial de Pekín lanzará en mayo la primera misión en el marco del proyecto ILRS - PHOTO/Kremlin
Les présidents chinois et russe se sont engagés à donner le feu vert à la construction d'une station de recherche sur la surface de la lune. L'agence spatiale de Pékin lancera la première mission dans le cadre du projet ILRS en mai - ILRS - PHOTO/Kremlin

Les États-Unis ont conçu, encouragé et dirigé ce qu'ils ont appelé les accords d'Artemis. Il s'agit d'une initiative multilatérale non contraignante visant à réunir avec la NASA et son programme d'exploration lunaire Artemis des nations désireuses d'assumer volontairement la responsabilité de la durabilité et de la sécurité des activités dans l'espace extra-atmosphérique. 

Ces accords ont été présentés à la société en octobre 2020 sous une forme virtuelle grâce à COVID-19. Ils ont été signés immédiatement par les représentants plénipotentiaires de sept des nations les plus fiables des États-Unis : l'Australie, le Canada, l'Italie, le Japon, le Luxembourg, les Émirats arabes unis et le Royaume-Uni. Un mois plus tard, le 12 novembre, il a été signé par l'Ukraine. 

Los Acuerdos Artemis propugnan que las futuras misiones de explotación del cosmos se dediquen a fines pacíficos, que las naciones que participen  eviten conflictos y caso de emergencias proporcionen asistencia - PHOTO/ESA
Les accords d'Artemis prévoient que les futures missions exploiteront le cosmos à des fins pacifiques, que les nations participantes éviteront les conflits et qu'elles fourniront une assistance en cas d'urgence - PHOTO/ESA

Réaction de Xi Jinping et Vladimir Poutine

Les accords d'Artemis sont un ensemble de principes généraux qui servent de "règles de conduite pour le maintien d'une présence humaine durable sur la Lune et pour les activités futures dans l'espace extra-atmosphérique". Quelles sont les règles qu'ils préconisent ? Ils demandent aux nations d'être "transparentes" dans leurs plans et politiques d'exploration spatiale, de développer des technologies "interopérables" et d'éviter les "interférences nuisibles entre les pays" pendant la conduite de leurs activités.  

Elle vise également à "garantir" que les missions spatiales sont dédiées "à des fins pacifiques" conformément au droit international, à "enregistrer" les objets lancés dans l'espace, à "diffuser" les données scientifiques obtenues, à "éviter les conflits" par la création de "zones de sécurité" et à "fournir une assistance" en cas d'urgence dans le cosmos.

Au bout de six mois et grâce à l'action diplomatique de Washington, trois autres nations se sont jointes à l'initiative en 2021 : La Corée et la Nouvelle-Zélande fin mai et, le 15 juin, le Brésil de Jair Bolsonaro est devenu le premier pays d'Amérique du sud à signer les accords.  La Pologne et le Mexique ont suivi peu après. 

La iniciativa ILRS chino-rusa fue presentada en junio de 2021 en San Petersburgo durante la Conferencia Mundial de Exploración Espacial (GLEX). En imagen, el entonces director general de Roscosmos, Dimitri Rogozin - PHOTO/IAFASTRO
L'initiative sino-russe ILRS a été lancée en juin 2021 à Saint-Pétersbourg lors de la conférence mondiale sur l'exploration spatiale (GLEX). Sur la photo, Dmitry Rogozin, alors directeur général de Roscosmos - PHOTO/IAFASTRO

La Chine et la Russie, d'abord surprises, ont décidé de lancer un projet commun, très différent de celui de la NASA, mais également ouvert à la coopération avec des pays tiers. Elles l'ont annoncé le 16 juin 2021, lors de la Conférence mondiale sur l'exploration spatiale (GLEX) à Saint-Pétersbourg. Au palais Tavrichesky, l'agence spatiale de Pékin (CNSA) et l'agence spatiale de Moscou (Roscosmos) présentent la station internationale de recherche lunaire (ILRS), une initiative très ambitieuse en trois étapes, dont la construction est prévue entre 2028 et 2036. La course de fond est lancée. 

Cependant, contrairement aux États-Unis, le projet sino-russe n'a pas été immédiatement suivi par l'adhésion d'autres nations. Néanmoins, Washington accélère ses contacts et en 2022, neuf États rejoignent les accords d'Artémis : Israël, la Roumanie, Bahreïn, Singapour, un deuxième pays d'Amérique latine, la Colombie, la France, l'Arabie saoudite et les deux premiers pays africains, le Nigéria et le Rwanda. 

Pakistán se decidió a formar parte del proyecto ILRS chino-ruso tras la adhesión a los Acuerdos Artemis de India, firmados en junio de 2023 por su embajador en Washington, Taranjit Sandhu - PHOTO/NASA-Bill Ingalls
Le Pakistan a décidé de rejoindre le projet ILRS sino-russe suite à l'adhésion de l'Inde aux accords d'Artemis, signés en juin 2023 par son ambassadeur à Washington, Taranjit Sandhu - PHOTO/NASA-Bill Ingalls

D'un côté, 35 nations, de l'autre, six

L'invasion illégale de l'Ukraine par le Kremlin en février 2022 a modifié les priorités de Moscou et de Pékin. Le programme de coopération spatiale entre Roscosmos et la CNSA pour la période 2023-2027 n'a pu être approuvé que fin 2022. Et au 31 décembre, l'entreprise russo-chinoise ILRS n'avait pas d'autres partenaires que ses fondateurs.

D'autre part, le nombre de pays tiers affiliés aux accords Artemis augmentait rapidement. L'année 2023 a vu l'adhésion de la République tchèque au début du mois de mai, suivie par celle de l'Espagne. La ministre de la Science et de l'Innovation, Diana Morant, a signé les accords le 30 mai, à l'occasion d'une visite de Bill Nelson au Palais de la Moncloa. Viennent ensuite l'Équateur, l'Inde, l'Argentine... Et le tournant est pris.

Con sus satélites de comunicaciones y observación de la Tierra fabricados y puestos en órbita por la industria espacial de Pekín, la Venezuela de Nicolás Maduro fue el primer país en acceder a ILRS - PHOTO/ABAE
Avec ses satellites de communication et d'observation de la Terre fabriqués et mis en orbite par l'industrie spatiale de Pékin, le Venezuela de Nicolás Maduro a été le premier pays à adhérer à l'ILRS - PHOTO/ABAE

Les diplomates chevronnés en charge de la politique étrangère à Pékin, Wang Yi, et à Moscou, Sergueï Lavrov, ont insisté auprès de leurs ambassadeurs respectifs et la situation a commencé à changer à la mi-2023. Le premier gouvernement à adhérer au projet ILRS a été le Venezuela de Nicolás Maduro, suivi par l'Afrique du Sud - l'un des États des BRICS -, la Biélorussie - un allié fidèle de la Russie -, le riche Azerbaïdjan et le Pakistan, qui comptait trois décennies de coopération spatiale avec la Chine et venait de voir New Delhi s'associer à Washington. En décembre, l'Égypte, nouveau membre des BRICS depuis le 1er janvier, a rejoint le groupe.

Le rythme des adhésions aux accords d'Artemis ne s'est pas arrêté. Après l'Espagne, l'Allemagne, l'Islande, les Pays-Bas, la Bulgarie et l'Angola ont adhéré. Cette année, la Belgique, la Grèce et l'Uruguay ont adhéré, ce dernier pas plus tard que le 15 février. À ce jour, 35 membres sont du côté de Washington : 15 nations européennes, 8 asiatiques, 7 américaines, 3 africaines et 2 océaniennes. Depuis décembre, le duo Pékin-Russie se limite à six pays : deux asiatiques, deux africains, un européen et un latino-américain

Con la presencia de la embajadora de Estados Unidos, Julissa Reynoso, y del administrador de la NASA, Bill Nelson, la ministra de Ciencia e Innovación, Diana Morant, firma en mayo de 2023 la adhesión de España - PHOTO/NASA-Jackie McGuiness
En présence de l'ambassadrice des États-Unis Julissa Reynoso et de l'administrateur de la NASA Bill Nelson, la ministre des sciences et de l'innovation Diana Morant signe l'adhésion de l'Espagne en mai 2023 - PHOTO/NASA-Jackie McGuiness

La course vers le bas se poursuivra à l'approche de 2027, année où la Maison Blanche espère que la première femme posera le pied sur la lune. En attendant, les incursions vers Séléné se poursuivent de part et d'autre. Avec le soutien de la NASA, la société américaine Intuitive Machines a partiellement réussi l'atterrissage de son module de surface Nova-C Odysseus, le 22 février dernier, à quelque 200 kilomètres du pôle sud lunaire. La Chine se prépare au lancement en mai de sa sonde lunaire Chang'e-6, première mission chinoise dans le cadre du projet ILRS.

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato