Le chef d'état-major sortant des FDI, Aviv Kochavi, passe le relais sur fond de tensions en Cisjordanie et au sein du gouvernement

Herzi Halevi, un philosophe à la tête des forces de défense israéliennes

AFP/GIL COHEN - Herzi Halevi, nommé lundi chef d'état-major des forces de défense israéliennes, en remplacement d'Aviv Kochavi

"Je ne pense pas qu'une guerre ou une opération militaire puisse résoudre le problème", a réfléchi Herzl Halevi il y a dix ans, alors qu'il parcourait le plateau du Golan avec ses troupes. Le général répondait aux questions du New York Times depuis la proximité de la frontière avec le Liban, qu'il définit comme la plus grande menace pour l'État d'Israël en raison de l'influence du Hezbollah. Pour Halevi, la question était de savoir "comment créer un intervalle plus long entre les guerres". Il a compris que le conflit armé était inévitable. En outre, il a compris que le conflit armé était nécessaire. L'objectif ne pouvait donc être autre que de prolonger les périodes de paix aussi longtemps que possible. 

Le profil du New York Times publié en 2013 indiquait que Herzl Halevi, plus connu sous le nom de Herzi Halevi, alors commandant de l'armée israélienne en Galilée, était un candidat de premier plan pour diriger un jour les Forces de défense israéliennes (FDI). On disait de lui qu'il était "plus intelligent que la plupart des officiers". Humble et aussi susceptible de parler d'histoire, de philosophie ou de la Bible que de combattre l'ennemi. Aujourd'hui, une décennie plus tard, le général a officiellement répondu aux attentes en prenant le poste le plus élevé de l'armée. 

M. Halevi a été nommé lundi chef d'état-major des forces de défense israéliennes, en remplacement d'Aviv Kochavi, le lieutenant général qui occupait ce poste depuis quatre ans. Il est devenu le 23e officier militaire à diriger les FDI, le premier né après la guerre des Six Jours de 1967. Il prend ses fonctions dans un contexte marqué par une augmentation exponentielle de la violence en Cisjordanie et des tensions au sein du sixième exécutif de Benjamin Netanyahu. L'aile radicale du gouvernement, représentée par la coalition ultra-nationaliste du sionisme religieux, cherche à restructurer l'autorité militaire en Cisjordanie, une prémisse qui suscite des critiques dans l'establishment militaire.

Herzl Halevi y Benjamín Netanyahu

La promotion de Halevi n'est pas une surprise. Le général, qui avait précédemment occupé le poste de chef adjoint des forces de défense israéliennes, a été choisi en septembre par le ministre de la défense de l'époque, Benny Gantz. L'officier militaire devenu politicien, qui a occupé le même poste jusqu'en 2015, a jugé que M. Halevi était le meilleur des trois candidats proposés, compte tenu de ses antécédents au sein du corps et des renseignements militaires. Le gouvernement sortant de Yair Lapid a donné son feu vert à cette nomination 10 jours avant les élections du 1er novembre, qui ont certifié le retour au pouvoir de Bibi. Personne ne s'y est opposé, à l'exception de l'universitaire Talia Einhorn, membre du comité chargé d'approuver sa nomination, qui a estimé que la proximité des élections mettait en péril l'intégrité du candidat. 

La cérémonie de nomination s'est déroulée, selon le scénario habituel, dans le bureau du Premier ministre. Netanyahu a clairement indiqué qu'Israël continuera à se défendre contre ses ennemis. "Face à ces menaces, nous devons poursuivre notre détermination, comme nous l'avons fait au cours de la dernière décennie, même avec Aviv [Kochavi] pendant son mandat de quatre ans en tant que chef d'état-major, et nous continuerons à le faire", a déclaré le chef en difficulté du parti conservateur Likoud, en faisant référence à l'Iran et aux milices qui lui sont liées. 

Dans son discours, Kochavi a mis en garde contre les projets de l'exécutif visant à réorganiser l'autorité militaire en Cisjordanie, connue en Israël sous le nom de Judée et Samarie. Le prédécesseur de Halevi a été un signal d'alarme pour Netanyahu, qui a donné à Bezalel Smootrich, chef de la liste du sionisme religieux, un bureau à part entière au sein du ministère de la défense dirigé par Yoav Gallant. Smootrich, considéré par les uniformes comme un jobnik, c'est-à-dire une personne sans réelle expérience du combat, détient le portefeuille des finances, dont les activités n'ont rien à voir.

Herzl Halevi y Yair Lapid

Kochavi a déclaré qu'il avait coordonné sa position avec Halevi. Mais le chef de l'armée nouvellement nommé s'est montré moins affirmatif que son prédécesseur. Il a toutefois envoyé un message aux ennemis d'Israël : "Nous préparerons les FDI à d'éventuelles guerres, proches ou lointaines. Nous élargirons le recrutement à toutes les couches de la population et augmenterons les réserves de l'armée tout en maintenant une unité d'esprit, concentrée et libre de toute considération autre que la sécurité". "Nos ennemis doivent savoir que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir, que nous sommes prêts à faire beaucoup plus", a-t-il insisté. 

L'un des objectifs de M. Halevi est de maintenir l'armée "libre de toute considération autre que la sécurité". L'actuel ministre de la défense, qui a également pris la parole lors de la cérémonie, s'est engagé dans son discours à garantir l'indépendance totale des forces armées. "Je m'assurerai que les pressions extérieures - politiques, juridiques et autres - s'arrêtent à moi et n'atteignent pas les portes de l'IDF", a déclaré Gallant lors d'une conversation confidentielle, au cours de laquelle il a cherché à rassurer les commandants de l'armée sur le fait qu'il n'avait pas l'intention de céder ses prérogatives à Smootrich. 

M. Halevi a suivi le protocole et s'est rendu au Mur occidental. Il a rencontré le président Isaac Herzog à sa résidence de Jérusalem avant de se rendre à Tel Aviv pour recevoir officiellement le bâton. 

Un leadership discret 

Le général de 55 ans s'est engagé dans les forces de défense israéliennes en tant que parachutiste, sans rien prévoir. Il l'a fait avec conviction après avoir effectué son service militaire obligatoire. Il a alors juré de maintenir son engagement dans la force "tant qu'elle sera importante pour l'État d'Israël, tant que je croirai la faire de manière correcte et tant qu'elle sera intéressante pour moi". Près de quarante ans plus tard, après avoir accumulé les promotions et gravi les échelons, cet engagement tient toujours. 

Herzl Halevi y Aviv Kochavi

On sait que son refus de mener à bien l'opération visant à capturer le président de l'Autorité palestinienne, Yasser Arafat, dans son quartier général à Ramallah en 2002, a été déterminant pour sa suspension. Il a averti que cette action pourrait blesser ou tuer le défunt leader palestinien et provoquer une catastrophe diplomatique. Dans l'article du New York Times cité ci-dessus, ses collègues ont accusé M. Halevi d'être "trop politique". Il était, selon leur version, trop impliqué dans la connaissance des rendez-vous, dans la proximité des décisions. Sa prétendue ambition ne l'a toutefois pas conduit à accepter une offre pour devenir l'attaché militaire de Netanyahou en 2012. Il a donné des citrouilles à l'actuel premier ministre. 

"Il est admiré comme un penseur créatif et aimé pour sa participation aux événements annuels de commémoration des soldats morts au combat. Pourtant, certains le considèrent comme distant, carré ou suffisant, avec un style de leadership tranquille qui peut rebuter les jeunes recrues", écrit le quotidien new-yorkais à son sujet. Diplômé en administration des affaires et en philosophie de l'université hébraïque de Jérusalem, et formé à la prestigieuse université américaine de la défense nationale à Washington, M. Halevi est triathlète et père de quatre enfants. Il est religieux, va toujours à la synagogue le samedi, mais ne porte pas de kippa. Il vit avec sa famille dans la colonie de Kfar HaOranim, qui chevauche la frontière de la Cisjordanie, près de la ville de Modiin. Il a le problème à la maison. 

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato