Sous la pression des partenaires occidentaux, Pristina fait marche arrière et reporte des mesures qui avaient suscité l'hostilité de la minorité serbe

L'OTAN réagit pour apaiser les tensions à la frontière entre la Serbie et le Kosovo

photo_camera AFP/ARMEND NIMANI - Un soldat américain de l'OTAN servant au Kosovo patrouille près d'un barrage routier mis en place par des Serbes de souche près de la ville de Zubin Potok, le 1er août 2022

Le son des alarmes de raid aérien a de nouveau été entendu dimanche, mais cette fois-ci, il s'est répercuté à plus de 1 100 kilomètres de Kiev. Un nouveau changement juridique poussé par le gouvernement du Kosovo a réchauffé l'atmosphère dans l'enclave de Mitrovica, l'une des villes kosovares ethniquement divisées où réside une importante minorité serbe. De violents affrontements y ont éclaté entre manifestants et policiers, et des barricades ont été érigées aux postes frontières. Les tensions se sont ravivées dans le nid de frelons des Balkans et ont mis en garde la communauté internationale, notamment l'OTAN, qui s'est déclarée prête à intervenir. 

Dès lundi, les autorités du Kosovo ont décidé de délivrer des cartes d'identité valables pour une période de 30 jours à tous les citoyens serbes traversant la frontière. En contrepartie, ils devaient remettre leurs papiers serbes, y compris les 50 000 Serbes vivant au Kosovo qui n'ont pas de carte d'identité locale parce qu'ils ne reconnaissent pas la souveraineté du Kosovo. Ils prévoyaient également d'exiger le remplacement des plaques d'immatriculation serbes par celles émises par Pristina. Mais ces mesures, prises en réciprocité avec Belgrade, ont suscité la colère de la population serbe, obligeant le Kosovo à faire marche arrière en quelques heures. 

En vertu d'un accord bilatéral paraphé entre Pristina et Belgrade en 2011, le gouvernement kosovar a émis des plaques d'immatriculation portant les initiales "RKS", faisant référence à la République du Kosovo, et "KS", dans une concession claire aux demandes de la Serbie, faisant uniquement référence au Kosovo, le nom de son ancienne province sous souveraineté serbe. L'intentionnalité de cette cession était en réponse aux tentatives de Pristina d'encourager l'utilisation de plaques d'immatriculation kosovares parmi la minorité serbe installée au Kosovo, une cession prolongée par Pristina en 2016 pour les cinq prochaines années. Cependant, l'accord n'a jamais été honoré jusqu'à son expiration finale en 2021.

Frontera Kosovo

Ce différend "routier" remonte à loin. En septembre, le gouvernement kosovar du nationaliste Albin Kurti a choisi de ne pas renouveler une mesure manifestement inefficace et a ordonné la saisie des plaques d'immatriculation émises par les Serbes. Au cours de ces dix mois sans cadre juridique contraignant, les conducteurs traversant la frontière des deux côtés ont recouvert les symboles nationaux d'autocollants. Igor Novakovic, directeur de recherche de l'International Security and Affairs Centre (ISAC), a déclaré à Balkan Insight qu'"il s'agit de reconnaître les symboles du Kosovo". "La Serbie a accepté l'interprétation selon laquelle reconnaître les badges [du Kosovo], c'est-à-dire les tolérer, est un pas vers la reconnaissance du Kosovo, tandis que Pristina estime qu'en tant qu'État indépendant, de son point de vue, elle a tout à fait le droit à la réciprocité [de Belgrade]", a-t-il conclu. 

Cette fois, alors que la scène s'est enflammée suite à l'invasion de l'Ukraine par la Russie et qu'elle s'est encore enflammée suite aux déclarations du président serbe Aleksandar Vučić, qui a dénoncé des persécutions présumées contre la minorité serbe du Kosovo, les tensions dans la région sont plus inquiétantes que d'habitude. Le président kosovar Vjosa Osmani a dénoncé l'intention de Vučić de déstabiliser le Kosovo et a appelé les Serbes résidant dans le pays à ne pas tomber dans la propagande de Belgrade, car la décision "n'est dirigée contre personne, mais en faveur des citoyens, quelle que soit leur affiliation [ethnique]".

Vucic

Dans la nuit de dimanche à lundi, des dizaines de manifestants ont bloqué les postes-frontières de Brnjak, Jarinje et Merdare, dans la province septentrionale de Mitrovica, avec des camions-citernes et des engins lourds, en représailles aux mesures annoncées par le Premier ministre Albin Kurti. Selon les autorités, personne n'a été blessé, bien que des coups de feu aient été tirés sur les forces de sécurité et que des émeutes aient été signalées jusqu'aux premières heures du matin. Les chancelleries européennes et les institutions occidentales ont alors graissé les rouages pour désamorcer les tensions. L'ambassadeur américain à Pristina, Jeffrey Hovenier, a rencontré Kurti et Osmani pour les persuader de prolonger la décision. 

Sous la pression diplomatique de Washington et de Bruxelles, alarmés par les événements de Mitrovica, le gouvernement de Kurti a été contraint de reporter les mesures au 1er septembre et de donner 60 jours aux citoyens serbes pour obtenir des plaques d'immatriculation kosovares. Cette décision, saluée par le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell, a été annoncée dans un communiqué qui condamne également les "actes agressifs", "l'obstruction des routes dans le nord du Kosovo et les tirs", qui ont été "instigués et planifiés par les autorités de Belgrade". 

La mission de l'OTAN au Kosovo, connue sous le nom de KFOR, qui maintient un déploiement de 3 770 soldats dans la région, a averti qu'elle était "prête à intervenir si la stabilité est menacée". Quelques minutes plus tôt, des hélicoptères de l'Alliance atlantique ont survolé les régions du nord du Kosovo et des soldats de la paix italiens se sont rendus à Mitrovica, où ont eu lieu les troubles. L'une des missions de l'organisation transatlantique est précisément de protéger les minorités, c'est pourquoi elle dispose d'un contingent concentré dans cette enclave.

EEUU Kosovo

Les commandants supérieurs de la KFOR se sont entretenus avec Vučić depuis le quartier général de l'état-major serbe. À la fin de la réunion, le président serbe a espéré que la situation se calmera demain et que nous pourrons parvenir à une solution dans les prochains jours", a déclaré Vucic, ajoutant que le commandant de la KFOR s'entretiendra du démantèlement des barricades avec les autorités locales de Kosovska Mitrovica. 

90 % des 1,8 million d'habitants du Kosovo sont des Albanais de souche. En 2008, la région a déclaré son indépendance vis-à-vis de la Serbie, près de neuf ans après l'intervention de l'OTAN pour mettre un terme à l'offensive serbe contre les Albanais du Kosovo qui luttaient pour leur autonomie. Pendant cette période, Belgrade a toutefois maintenu une administration parallèle au Kosovo pour la minorité serbe du nord. Depuis 2011, les deux parties négocient à la demande de Bruxelles pour normaliser les relations bilatérales avec pour objectif ultime l'adhésion à l'UE. Leur adhésion a été subordonnée à la résolution du différend, mais peu de progrès significatifs ont été réalisés. 

Le sénateur Vladimir Dzhabarov, membre de Russie Unie, le parti du président Vladimir Poutine, a déclaré que la Russie aiderait la Serbie en cas de conflit. Quelques heures plus tôt, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, avait accusé le Kosovo de forcer l'escalade des tensions dans le cadre d'une stratégie de l'OTAN visant à attaquer la Serbie. Le discours du Kremlin est similaire à celui utilisé en Ukraine : une minorité favorable est persécutée. En Ukraine, la minorité russe ; au Kosovo, la minorité serbe. L'OTAN est responsable.

Plus dans Politique
Josua Harris usa argelia
A l’approche des élections présidentielles qui se dérouleront au mois de novembre prochain, le président Joe Biden ne compte pas quitter la Maison Blanche sans avoir marqué de son empreinte le rôle des Etats Unis d’Amérique dans le règlement du conflit algéro-marocain qui n’a que trop duré

Joe Biden choisit « Monsieur Sahara » ambassadeur à Alger