Dakar a accueilli la 2ème Conférence internationale sur le Sahara pour le dialogue et la paix, organisée par le Mouvement sahraouis pour la paix avec une proposition concrète de contenu pour l'autonomie sous la souveraineté du Maroc

Le Sahara occidental a besoin d'une solution de compromis où il n'y a ni gagnants ni perdants

Hach Ahmed Bericalla
photo_camera Hach Ahmed Bericalla

Dakar, la capitale du Sénégal, accueille la deuxième Conférence internationale sur le Sahara pour le dialogue et la paix. Il s'agit d'une conférence organisée par le Mouvement sahraoui pour la paix et le message est clair, surtout tourné vers l'avenir, il s'agit de donner de l'espoir au peuple sahraoui avec une négociation qui doit avoir son contenu, et surtout une amélioration du mode de vie et des relations politiques, humaines et sociales du peuple sahraoui.

Un scénario qui débloquerait le conflit du Sahara occidental aux Nations unies afin que les parties puissent négocier en vue de faire aboutir toute une série de revendications, du regroupement familial aux droits politiques, au logement, à l'éducation, à la sécurité et à la santé du peuple sahraoui, en ce sens, avec le Maroc qui propose l'autonomie du territoire sahraoui, mais en exigeant du Maroc qu'il donne corps à cette autonomie.

La première conférence a eu lieu à Las Palmas, en Espagne, et cette 2ème Conférence internationale sur le sahara pour le dialogue et la paix à Dakar offre des réponses et aussi des exigences à toute une série de personnes.

Atalayar a pu s'entretenir avec le premier secrétaire du Mouvement sahraouis pour la paix, Hach Ahmed Bericalla, pour discuter de toutes ces questions.

hach ahmed bericalla
Hach Ahmed Bericalla, premier secrétaire du Mouvement sahraoui pour la paix

Quels sont les objectifs de cette 2ème Conférence internationale pour le dialogue et la paix ?

Les objectifs de cette conférence ont pris la forme de cette série de discours, de résolutions et d'approches qui ont trait à la proposition défendue par le Mouvement sahraoui pour la paix pour une solution pacifique, une solution de compromis qui mettra fin à ce voyage vers nulle part que nous avons entrepris depuis un demi-siècle. 

La proposition que nous avons présentée à cette occasion, que nous avons lancée lors de la conférence des Canaries l'année dernière, a été élargie et je crois qu'elle contient, d'une certaine manière, un plan global de résolution du problème qui mérite d'être pris en compte par les parties, le Maroc, l'Algérie, le Front Polisario et les pays influents, bien sûr, l'Espagne, les États-Unis et la France, parce qu'il pourrait s'agir de la formule magique pour résoudre ce problème une fois pour toutes. 

Elle part évidemment de la nécessité d'une solution de compromis dans laquelle il n'y a ni gagnant ni perdant, mais elle entre dans un contenu très spécifique dans lequel elle teste la volonté du Maroc de chercher une solution. Elle propose l'autonomie, mais elle la propose en termes larges si nous voulons provoquer l'autorité marocaine pour qu'elle sache jusqu'où elle veut aller. 

Il s'agit donc de tester l'ampleur, l'élasticité de cette proposition et jusqu'où elle peut aller. Nous sommes prêts à explorer cette proposition dans les moindres détails et nous avons la solution proposée et nous voulons qu'elle reprenne en termes généraux les demandes du peuple sahraoui de manière globale, mais en respectant en même temps les intérêts stratégiques du Maroc dans le territoire. 

HACH AHMED DAKAR
Hach Ahmed Bericalla. Dakar

Il faut dire que, d'année en année, le Mouvement sahraoui pour la paix se développe et se présente comme une véritable alternative de représentation du peuple sahraoui, qui a toujours été monopolisée par le Front Polisario, et que maintenant les propositions et les demandes qu'ils mettent sur la table ont le soutien populaire et la légitimité et, surtout, ils ont le courage de donner un contenu et d'apporter des solutions au problème. 

En deux ans, nous avons fait un saut qualitatif en termes de présence du mouvement au niveau international. Cette conférence réunit des représentants de tous les continents, des dirigeants politiques de Mauritanie, de tous les pays africains, du Tchad, du Ghana, du Nigeria, de l'Afrique du Sud, du Sénégal, un bon nombre de pays africains et aussi d'Amérique latine. Et c'est la preuve que le mouvement sahraoui suscite l'intérêt par son message et la solution qu'il propose. 

Le fait qu'il s'engage pour une solution pacifique, le fait qu'il s'oppose à la violence et appelle donc à la fin de la guerre, a généré cette confiance dans de nombreuses parties du monde et c'est évidemment une bonne crédibilité à faire valoir auprès de l'actuel. Et puis il est vrai que cela fait trente ans que les Nations Unies essaient de trouver une solution.

HADJ AHMED DAKAR
Intervention de Hadj Ahmed Bericalla à Dakar

Il y a maintenant le douzième envoyé spécial, Staffan de Mistura, qui essaie de jouer un peu le rôle de médiateur pour faire avancer le processus politique. Je crains qu'il n'ait pas eu l'audace de sortir du scénario que lui ont laissé les envoyés spéciaux précédents, qui ont tous échoué, y compris les poids lourds de la diplomatie internationale, et c'est pourquoi nous lui conseillons de sortir un peu, de chercher des méandres, de chercher des chemins qui peuvent mener à une solution. 

Et nous pensons que ce qu'il faut faire, c'est élargir le format du processus politique, permettre à d'autres courants politiques d'y participer. Nous ne sommes plus à l'époque des partis et des représentations uniques. Nous sommes au XXIe siècle, dans la troisième décennie de ce siècle, et nous pensons également qu'il est très important que nous ayons l'avis de l'autorité traditionnelle, la seule autorité légitime qui existe, à savoir les chefs de tribus. Leur présence à cette conférence est la preuve que nous sommes sur la bonne voie.

Nous parlons également de la représentation espagnole, car l'Espagne a un rôle à jouer. D'importants dirigeants politiques espagnols ont manifesté leur soutien aux initiatives du mouvement de paix sahraoui. L'Espagne est là, et je ne veux pas me concentrer uniquement sur le soutien du PSOE, car nous devrions également inclure le Parti populaire, dont je ne sais pas s'il sera en mesure de le faire dans un avenir plus ou moins proche, mais cette question devrait être une question d'État, une politique étrangère convenue par les deux principaux partis espagnols.

Je crois que la réalité, qui s'est reflétée dans ces discours des hauts dirigeants du PSOE, définit une politique d'État qui est valable pour tout parti à vocation gouvernementale et qui, par conséquent, défie également le Parti populaire, et nous croyons qu'il serait difficile pour le Parti populaire d'adopter une politique différente une fois qu'il sera au pouvoir. Il y a aussi le jeu de l'opposition. 

Nous tenons à ouvrir ce canal avec le Parti populaire et d'autres partis politiques, y compris ceux qui sont les plus proches du Front Polisario, comme les forces de gauche et les forces nationalistes. Nous pensons qu'il est bon d'écouter l'autre côté, qu'il est bon d'écouter une opinion différente, et nous pensons qu'en exigeant la pluralité, en exigeant l'ouverture, en exigeant le multipartisme, nous n'exigeons rien d'impossible. Nous pensons que nous avons le droit d'avoir une opinion sur la question du Sahara occidental. Cela ne diminue pas la représentativité du Polisario, mais, en fin de compte, les représentations se décident par les urnes, pas par les armes, pas par l'exercice de la violence. 

hach ahmed dakar
Hach Ahmed Bericalla à la Deuxième Conférence internationale sur le Sahara à Dakar

Et aussi de procéder à un véritable recensement des camps. Vous avez dénoncé la situation très grave de répression vécue par les Sahraouis dans les camps de Tindouf. 

Ce que je voudrais savoir, c'est la crainte du Polisario de participer à un débat public ouvert. Nous avons invité pour la deuxième fois les hauts responsables du Polisario à participer à ce dialogue sahraoui pour les écouter et échanger des points de vue, et ils n'ont pas osé se présenter. En d'autres termes, ils sont capables d'aller à n'importe quel forum, n'importe où, aussi insignifiant soit-il, aussi insignifiantes que soient les parties qui le promeuvent, et ils ne sont pas capables de s'asseoir avec une très large représentation des sociétés sahraouies pour discuter de l'avenir du Sahara. Cette peur du débat ouvert sera, je crois, le début de la fin du Polisario en tant qu'organisation politique. 

conferencia mso dakar
IIe Conférence internationale sur le Sahara à Dakar

Vous avez parlé de la gestion de M. De Mistura, les États-Unis aussi, ces derniers jours, ont bougé et soudain toute la crise en Israël a éclaté. Pensez-vous que cette situation pourrait avoir une influence négative sur le fait que la question du Sahara puisse aller de l'avant aux Nations Unies, qu'elle soit soulevée ? Je ne sais pas si c'est bénéfique ou préjudiciable, je pense que c'est préjudiciable parce que l'attention est ailleurs. Je ne sais pas si c'est bénéfique ou préjudiciable, je pense que c'est préjudiciable parce que l'attention est ailleurs. Comment vous abordez cette situation et, surtout, comment vous essayez de la débloquer une fois aux Nations unies pour y mettre un terme. 

Il est certain que la situation au Moyen-Orient a attiré l'attention du monde et a même relégué au second plan d'autres questions qui étaient en suspens... même l'Ukraine. Je ne suis donc pas surpris que la question du Sahara occidental soit également éclipsée par ces développements, même si, dans deux jours, le Conseil de sécurité se réunira pour renouveler le mandat de la MINURSO et que ce sera l'occasion d'aborder cette question. 

Je pense que la situation au Moyen-Orient est temporaire, qu'elle cessera à un moment donné d'éclipser les autres questions et que l'envoyé spécial des Nations unies doit certainement se déplacer. Je crains qu'il ne soit pas capable d'innover, qu'il ne soit pas assez audacieux pour poser de nouvelles questions et cela m'inquiète car, en outre, s'il ne le fait pas, il finira par se lasser et par jeter l'éponge. 

Bono Dakar MSP
José Bono à la IIe Conférence internationale sur le Sahara à Dakar

Ce qui est nouveau et très positif, c'est ce nouvel intérêt de la part de l'administration américaine dans la mesure où elle a présenté une solution politique qu'elle a présentée au Polisario, et il semble que le Polisario n'en ait pas tenu compte. En outre, nous la considérons comme positive, bien que nous n'ayons pas beaucoup de détails à son sujet, mais le fait qu'il s'agisse d'une solution politique pacifique assortie de garanties internationales constitue les trois éléments clés permettant d'avancer vers une solution pacifique. Nous pensons qu'il serait utile de connaître plus de détails, et bien sûr, si elle a les garanties d'une puissance comme les États-Unis, c'est suffisant. 

D'autre part, parce que la situation au Sahel comporte trop de dangers nés de l'instabilité et des groupes terroristes qui représentent une menace sérieuse, sans compter les mouvements des mercenaires de Wagner et l'influence de la Russie. Cela influe également sur la nécessité d'une solution pacifique négociée pour le Sahara. 

Bien sûr, la situation au Sahel et la crise presque généralisée dans cette partie de l'Afrique impliquant des pays est un élément de préoccupation. Nous voulons voir une solution au conflit du Sahara occidental dès que possible et nous voulons essayer de protéger l'ensemble de l'Afrique du Nord-Ouest, dans une certaine mesure, de la possibilité d'une propagation de l'instabilité dans cette région. Et, bien sûr, c'est pourquoi nous sommes pressés d'avancer dans nos efforts vers une solution pacifique. 

dakar msp conferencia
IIe Conférence internationale sur le Sahara à Dakar

Je pense que nous demandons une réunion avec M. De Mistura ni en Algérie ni au Maroc parce que nous nous considérons comme une troisième voie, nous considérons que nous avons une plus grande marge de liberté si nous nous voyons en dehors de ces pays, même si nous avons de nombreux militants dans ces nombreux pays dans les camps et dans les territoires contrôlés par le Maroc, mais nous nous sentons plus libres si nous nous rencontrons à Madrid, à Bruxelles ou à Genève et je ne connais pas cette peur qu'il a en tant que médiateur d'un pays, d'une influence qu'il exerce sur lui de sorte qu'il n'a pas de liberté d'action pour pouvoir écouter toutes les voix, toutes les opinions. 

Un médiateur doit s'ouvrir à tous, comme l'ont fait d'autres envoyés spéciaux, même si cela n'a rien donné, mais le fait qu'il ne soit pas capable de faire ce pas nous inquiète quant à ses chances d'avancer vers une solution. Je pense que ses jours sont comptés s'il n'est pas capable d'innover.

Plus dans Politique