Riyad travaille depuis des années sur différentes initiatives qui tournent autour du sport et qui la rapprochent des pays occidentaux

L'Arabie saoudite et son engagement dans le sport, clé du rapprochement avec l'Occident

photo_camera AFP/FAYEZ NURELDINE - Un panneau d'affichage accueillant le nouvel attaquant portugais du club de football saoudien al-Nassr, Cristiano Ronaldo, est affiché le long d'une route à Riyad, capitale de l'Arabie saoudite, le 3 janvier 2023.

L'Arabie saoudite est le pays le plus attractif pour le sport dans le Golfe.

La projection de l'Arabie saoudite est aussi grande que son analyse est complexe. Les initiatives ambitieuses que le Royaume a mises en œuvre - et entend continuer à mettre en œuvre - afin de consolider sa position de leader régional sont nombreuses. Dans une situation où les Émirats apparaissent comme le grand rival pour le leadership du Golfe, Riyad a trouvé dans le sport un moyen de s'ouvrir à l'Occident et de se faire une place parmi les partenaires les plus solides de nombreux pays européens.

Les pistes explorées par les Saoudiens pour renforcer leur position et faire progresser leurs liens avec les pays occidentaux s'appuient sur le développement à l'intérieur de leurs frontières. La Vision 2030 est le plus grand exemple de ce à quoi l'Arabie aspire, mais pas le seul. Sa candidature à l'Expo et à la Coupe du monde, toutes deux en 2030 - l'importance de cette année pour le pays apparaîtra clairement plus loin dans ce texte -, se veut le point culminant d'une série de projets qui comprend déjà les Jeux asiatiques d'hiver de 2029. Pour préparer le terrain, l'Arabie saoudite tente depuis des années de pénétrer le sport européen, et c'est le football qui a été le premier à en faire l'expérience. 

mohamed-bin-salman-the-line
Son entrée dans le football 

Riyad a choisi le football - comme son voisin émirati l'avait fait en 2008 en rachetant Manchester City - pour entrer dans le sport européen. La cible, un club historique de la Premier League anglaise, Newcastle United. Un club au plus bas, en position de relégation en Championship (deuxième division du football anglais), qui a été racheté par le Fonds d'investissement public saoudien pour un montant avoisinant les 350 millions d'euros. Mohammed bin Salman et sa fortune de 320 milliards d'euros débarquent en Premiership pour redonner de la gloire à un géant endormi.

Depuis l'arrivée des Saoudiens, l'équipe a complètement changé. Les Magpies, qui étaient relégués, se battent désormais avec les meilleures équipes d'Angleterre pour une place en Ligue des champions de l'UEFA. Sixièmes du classement - avec deux matches d'avance sur leurs rivaux - ils ont perdu le moins de matches en championnat, à égalité avec le leader Arsenal de Mikel Arteta. Le retournement de situation, mené par Eddie Howe (manager) et une génération de jeunes talents comme Bruno Guimaraes, Alexander Isak et Sven Botman, a propulsé Newcastle en tête du classement. 

newcastle-united-arabia-saudi

L'acquisition du club de St James' Park est certainement l'étape la plus importante franchie par l'Arabie saoudite dans le football européen, mais ce n'est pas la seule. L'accent a été mis sur le sport le plus suivi au monde, mais le rapprochement de Riyad avec cette culture footballistique enracinée sur le Vieux Continent depuis plus d'un siècle ne pouvait pas s'arrêter là. L'Arabie saoudite, en plus d'aller au football européen, voulait amener le football européen et ses stars sur son territoire, et a trouvé dans le modèle renouvelé de la Supercoupe d'Espagne et d'Italie une nouvelle occasion de s'ouvrir à l'Occident. 

presentacion-cristiano-ronaldo-al-nassr
Supercoupes et Superfootballeurs 

La Supercoupe d'Espagne a été organisée pour la première fois en Arabie en 2020. Depuis, à l'exception de 2021 qui, en raison de la pandémie, s'est déroulée en Espagne, la Supercoupe s'est jouée sur le sol saoudien, et continuera à le faire au moins jusqu'en 2030, bien sûr. Trente millions d'euros par an ont permis à Riyad d'accueillir les quatre meilleures équipes d'Espagne en trois matchs - demi-finales et finale - dans leur pays. La décision de la Fédération royale espagnole de football (RFEF), par l'intermédiaire de Kosmos de Gerard Piqué, a amené le football espagnol en Arabie, favorisant un rapprochement entre les pays d'un point de vue sportif.

C'est en tout cas ainsi que ce changement de lieu - et de format, puisque jusqu'alors seules deux équipes s'affrontaient dans une finale aller-retour - a été présenté aux supporters espagnols. Et ce n'est pas le seul. En 2023, l'Italie a rejoint cette tendance et a organisé la finale de la Supercoupe d'Italie dans le même stade que le Real Madrid et le FC Barcelone pour la Supercoupe d'Espagne, le King Fahd International Stadium à Riyad. De cette manière, l'Arabie a réussi à amener le football d'élite dans son pays, ce qu'elle n'a pas fait uniquement avec des équipes. 

luis-rubiales-supercopa-españa-arabia-saudi

Le meilleur exemple en est l'arrivée en Arabie saoudite de l'un des meilleurs sportifs de l'histoire, Cristiano Ronaldo. Considéré par beaucoup comme le plus grand footballeur de tous les temps, Ronaldo a signé pour Al-Nassr lors de la fenêtre de transfert d'hiver, faisant entrer le football saoudien dans une nouvelle dimension. La star portugaise est devenue le joueur le mieux payé de l'histoire et son arrivée a eu un impact sans précédent dans le pays. Huit buts et deux passes décisives en six matches de championnat, permettant à son équipe d'occuper la première place, et un spectacle à guichets fermés qui a rempli le stade Mrsool Park.

Tout porte à croire qu'il ne sera pas le seul. Ronaldo pourrait être rejoint par des stars qui ont partagé le vestiaire avec le Portugais lors de son passage au Real Madrid. Karim Benzema, Luka Modric et Sergio Ramos sont quelques-uns des joueurs qui ont reçu des offres de clubs saoudiens et il ne serait pas surprenant de les voir bientôt participer au championnat d'Arabie saoudite. Ce qui a commencé comme une immersion saoudienne dans le football européen tend à dériver vers le pays arabe lui-même en tant qu'attraction de grands joueurs pour augmenter le niveau de leur ligue et, pour le moment, il semble qu'ils y parviennent. 

supercopa-italia-arabia-saudi
Le sport automobile en tant que produit consolidé : Dakar et Formule 1 

À tous les projets lancés par Riyad s'ajoute l'un des fleurons du sport automobile, le rallye Dakar. La compétition remportée à trois reprises par Carlos Sainz se déroule en Arabie saoudite depuis 2020, date à laquelle l'Espagnol est devenu le premier à s'imposer à Jeddah. Depuis, elle est devenue l'un des événements sportifs les plus importants du pays. Cinq mille kilomètres de piste sont disputés dans cinq catégories différentes : voitures, motos, camions, quads et side-by-sides (SSV) ou véhicules légers.

Le rallye, qui a lieu depuis 1978, a commencé par un itinéraire reliant des villes européennes - d'abord Paris, puis Grenade, Lisbonne et Barcelone - à la capitale du Sénégal, Dakar, d'où le nom qui, malgré le changement de lieu, est resté le même. Le changement le plus important est dû à la menace terroriste de 2008. Face à la possibilité d'attaques d'Al-Qaïda en Mauritanie, la France a demandé la suspension de cette édition, ce qui a ouvert une nouvelle étape dans la compétition, qui s'est déplacée en Amérique du Sud. 

rally-dakar-arabia-saudi

Pendant dix ans (2009-2019), le Dakar s'est déroulé en Argentine, en Bolivie, au Chili, au Paraguay et au Pérou. Le changement est d'autant plus important qu'à partir de 2017, les catégories sont devenues les cinq mentionnées ci-dessus. Jusque-là, le rallye avait traversé 29 pays différents (21 en Afrique, trois en Europe et cinq en Amérique), avant d'arriver en Arabie saoudite, qui est devenue le premier pays asiatique à accueillir le Dakar. Mais ce n'est pas tout, l'Arabie Saoudite a réussi à s'approprier la compétition en exclusivité pour cinq ans, c'est-à-dire au moins jusqu'en 2024.

Si le Dakar est un produit international établi, la Formule 1 l'est encore plus. C'est pourquoi l'Arabie a voulu amener le Grand Cirque sur son territoire, plus précisément à Djeddah. Elle l'a fait avec le circuit de rue le plus rapide du calendrier et la deuxième piste la plus longue - un peu plus de six kilomètres, juste derrière les sept kilomètres de Spa Francochamps. Il accueillera le Grand Prix du week-end prochain pour la troisième fois, sur un circuit de 27 virages et trois zones DRS, disputé de nuit, ce qui en fait l'un des plus attrayants de tout le calendrier de la F1. 

arabia-saudi-sede-copa-asia-2027
L'ambitieux horizon 2030 

L'Arabie saoudite a pour horizon 2030. Ce ne sera pas forcément le moment où Riyad aura achevé son projet, mais c'est une date clé pour les aspirations saoudiennes. La Vision 2030 est la pierre angulaire d'un projet qui englobe toute une série d'initiatives visant à faire passer l'Arabie du statut de leader régional à celui de leader international. Et si le thème du sport est travaillé depuis des années, ce qui se profile pour les prochaines années ne le sera pas moins.

Certains sont confirmés, d'autres sont pour l'instant des aspirants, mais l'Arabie saoudite fait de gros efforts pour accueillir les meilleures compétitions dans toutes les disciplines au niveau international. L'une des plus importantes, que Riyad a déjà obtenue, est celle des Jeux asiatiques d'hiver de 2029. Ceux-ci seront possibles grâce au projet Neom, une ville futuriste dont les avancées technologiques permettront de transformer le sable en neige, et ce de manière durable, en acheminant de l'eau dessalée de la mer Rouge vers les montagnes. Ainsi, la chaîne de montagnes de Trojena cessera d'être un désert et deviendra une station de ski avec un centre de villégiature de luxe. 

jjoo-asitaicos-invierno-2029-arabia-saudi

Un autre événement sportif majeur en Arabie sera la Coupe d'Asie de football de 2027, une compétition spéciale pour le pays. Les Saoudiens sont la deuxième équipe à avoir remporté ce tournoi (trois), juste derrière le Japon (quatre). En 2023, le Qatar accueillera l'événement avant de céder la place à l'Arabie saoudite en 2027, ce qui devrait constituer une excellente préparation pour l'objectif encore plus ambitieux du Royaume, la Coupe du monde 2030.

Riyad a pour objectif de prendre le relais de la Coupe du monde 2026 au Canada, au Mexique et aux États-Unis. Et il compte le faire, comme lors de cette édition, avec le soutien de deux pays, l'Égypte et la Grèce. Cependant, à cette occasion, les adversaires auxquels le pays de Mohammed bin Salman devra faire face rendront les choses vraiment difficiles. L'Espagne, le Portugal et l'Ukraine sont parmi les principaux prétendants, mais pas les seuls. L'Uruguay, l'Argentine, le Chili et le Paraguay, conformément à la tendance qui consiste à se porter candidats ensemble pour plusieurs sites, cherchent à amener la Coupe du monde en Amérique du Sud. Le seul pays qui souhaite accueillir la Coupe du monde de manière indépendante est le Maroc. Cependant, ces derniers jours, l'idée de s'associer aux candidatures espagnole, portugaise et ukrainienne a été envisagée, en profitant de la montée en puissance du football marocain comme l'une des principales attractions.

jjoo-invierno-2029-arabia-saudi

En Arabie saoudite, la Coupe du monde est considérée comme le point culminant d'une décennie de progrès dans tous les domaines. Le développement économique et technologique du pays s'accompagne d'un engagement fort en faveur du sport. Et c'est ce qui permet à Riyad de se rapprocher de plus en plus de l'Occident, de nouer de bonnes relations avec les pays européens, d'ouvrir les portes de son pays à des visiteurs de plus en plus nombreux chaque année, de s'imposer comme un leader régional - sans rien enlever aux Émirats - et de viser à devenir, qui sait si après la Vision 2030, l'un des leaders au niveau international.  

Plus dans Reportages