Les autorités marocaines ont promu cette langue dans le secteur de l'éducation en raison des opportunités professionnelles qu'elle offre

Le Maroc commence à enseigner l'anglais dans les écoles publiques

AFP/STR - Colegio de primaria en Marruecos
photo_camera AFP/STR - École primaire au Maroc

Le ministère marocain de l'Éducation a commencé à inclure progressivement l'anglais dans les écoles publiques du Royaume afin de généraliser l'utilisation de cette langue dans le secteur de l'éducation. Depuis des mois, les autorités marocaines font la promotion de l'anglais auprès des élèves de tous les niveaux en raison des opportunités qu'offre cette langue dans la sphère professionnelle, notamment dans des secteurs tels que la technologie.

Le ministère de l'Éducation est également conscient du statut de l'anglais dans la société. Auparavant, l'anglais n'était enseigné que dans les écoles privées, ce qui créait des différences entre les élèves. Rabat souhaite éliminer ces inégalités entre les secteurs public et privé en offrant des chances égales à tous les jeunes.  

Le ministre de l'Éducation Mohamed Zerouali a expliqué que l'objectif de cette mesure est de "généraliser l'enseignement de l'anglais dans l'enseignement public selon une démarche spécifique et progressive", rapporte Al-Arab. Le ministère a commencé, dès cette année scolaire, à enseigner l'anglais aux trois niveaux du cycle préparatoire.

L'objectif du ministère de l'Éducation est, à partir de l'année scolaire 2023-2024, de commencer à introduire l'anglais avec un taux de couverture de 10 % pour la première année de l'école secondaire et de 50 % pour la deuxième année. Il est prévu qu'au cours du cycle 2024-2025, la mise en œuvre de l'anglais atteigne 50 % en première année et 100 % en deuxième année, pour être totalement généralisée au cours de l'année suivante.

Le ministère affirme que le nombre de professeurs enseignant l'anglais au niveau préparatoire est "suffisant" et qu'il n'y a "aucun problème à ce niveau". Toutefois, les autorités ont reconnu l'existence de difficultés dans les "ateliers sur la diffusion de l'enseignement de l'anglais dans l'enseignement public". Le ministère cherche à surmonter ce problème par des efforts conjoints, en mettant l'accent sur l'équipement pédagogique et les programmes d'études. 

PHOTO/ARCHIVO - Educación digital en Marruecos
PHOTO/FILE - Digital education in Morocco

"Actuellement, nous avons pu atteindre une couverture de 20 % en première année d'école secondaire, ce qui est plus que prévu", a annoncé le ministre marocain de l'Éducation. "Il y a aussi le défi de la formation continue, car nous essayons d'organiser régulièrement des cours de formation pour tenir les enseignants informés des nouveaux développements et des nouveaux programmes, et pour assurer la supervision et l'accompagnement sur le terrain dans les établissements d'enseignement", a-t-il ajouté.

Le potentiel des éléments de soutien, y compris la technologie, la communication et les plateformes numériques, a également été mis en évidence. Tous ces outils contribuent de manière significative et efficace à l'amélioration et au soutien des compétences linguistiques du personnel éducatif et des étudiants. 

PHOTO/FILE - Digital education in Morocco

Les jeunes, quant à eux, approuvent ces mesures, car ils sont conscients des avantages et des opportunités que leur apportera le fait de parler et de comprendre l'anglais. Selon un rapport publié l'année dernière par le British Council, les étudiants marocains considèrent l'anglais comme "vital" pour les opportunités éducatives, professionnelles et culturelles. 40 % des jeunes interrogés considèrent l'anglais comme la langue la plus importante, contre 10 % qui considèrent le français, la langue traditionnelle des élites du Royaume, comme la plus importante.

Dans ce contexte, plusieurs analystes suggèrent que l'anglais remplacera le français comme première langue étrangère en raison des nouveaux besoins et intérêts des jeunes générations.

Cependant, selon Zerouali, la décision du ministère de généraliser l'enseignement de l'anglais dans l'enseignement public "n'a jamais été une rupture avec la langue française". "Il s'agit d'une évolution importante car c'est un choix qui répond dans une large mesure aux attentes des citoyens marocains et à la demande sociale d'égalité des chances", a déclaré Zerouali. 

Plus dans Société