Aujourd'hui, il n'y a que 14 % de chances de maintenir la température moyenne de la planète à 1,5 degré Celsius

Les mathématiques du changement climatique ne mentent pas : nous devons prendre des mesures radicales pour rectifier le tir

© UNICEF/Pun - Jóvenes activistas del clima en Maldivas destacan mensajes clave e instan a la acción climática
photo_camera UNICEF/Pun - Aux Maldives, de jeunes militants pour le climat mettent en avant des messages clés et appellent à l'action pour le climat

Les températures mondiales montent en flèche et les émissions de gaz à effet de serre (GES) atteignent des niveaux sans précédent, alors qu'aucun des pays du G20 ne réduit ses émissions à un rythme régulier. C'est pourquoi, plus que jamais, une action climatique drastique est nécessaire pour éloigner le monde d'un emballement du changement climatique et l'aligner sur les objectifs de l'Accord de Paris. 

Le rapport 2023 sur les écarts d'émissions, publié par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), envoie un message clair : si les pays n'intensifient pas leur action climatique et ne tiennent pas plus que promis dans leurs engagements pour 2030, le monde se dirige vers une augmentation de la température comprise entre 2,5 °C et 2,9 °C par rapport aux niveaux préindustriels. 

Un record battu 

Lors du lancement du rapport à Nairobi, le directeur exécutif de l'Agence a déclaré qu'aucune personne ou économie n'était épargnée par le changement climatique et a souligné la nécessité urgente de "cesser de battre des records indésirables en matière d'émissions de gaz à effet de serre, de pics de température mondiale et d'événements météorologiques extrêmes". 

"Au lieu de cela, nous devons lever l'aiguille du vieux record d'inopérabilité et commencer à établir de nouveaux records en matière de réduction des émissions, de transitions vertes et justes et de financement de la lutte contre le changement climatique", a souligné Inger Andersen. 

Pour revenir sur la voie d'une augmentation de la température de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels, les émissions doivent être réduites d'au moins 28% par rapport aux scénarios actuels. Pour rester dans la limite de 1,5 °C, une réduction de 42 % sera nécessaire. 

Si rien ne change, les émissions en 2030 seront supérieures de 22 gigatonnes à ce que permettrait la limite de 1,5 °C, soit à peu près le total des émissions annuelles actuelles des États-Unis, de la Chine et de l'Union européenne (UE) réunies. 

© UNICEF/Pouget
© UNICEF/Pouget

Rapprocher les continents 

Le message de Andersen en provenance d'Afrique a reçu un soutien sans équivoque à l'autre bout du monde, à New York, où le secrétaire général a lancé un vibrant appel aux dirigeants de la planète. 

"Le fossé des émissions ressemble davantage à un coup de canon, un coup de canon truffé de promesses non tenues, de vies brisées et de records non respectés", a déclaré António Guterres, soulignant que le changement doit commencer au sommet de la hiérarchie. 

"Tout ceci est un échec de leadership, une trahison des personnes vulnérables et une énorme opportunité manquée", a-t-il déclaré. 

Réaffirmant que les énergies renouvelables n'ont jamais été aussi peu chères et accessibles qu'aujourd'hui, il a exhorté les dirigeants à "arracher la racine empoisonnée de la crise climatique : les combustibles fossiles"

Il a appelé les pays à s'engager à éliminer progressivement les combustibles fossiles selon un calendrier précis aligné sur la limite de 1,5 °C, ainsi que ceux qui ne l'ont pas encore fait, à annoncer leurs contributions au Fonds vert pour le climat et au nouveau fonds pour les pertes et préjudices afin de "passer à l'action". 

Bilan de la COP28 

Cet appel intervient alors que la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP28) est sur le point de débuter à Dubaï, où aura lieu le premier bilan mondial de la mise en œuvre de l'Accord de Paris, qui servira de base à la prochaine série de contributions déterminées au niveau national que les pays devront soumettre en 2025, avec des objectifs pour 2035. 

L'ambition mondiale de la prochaine série de contributions devrait permettre de ramener les émissions de gaz à effet de serre en 2035 à des niveaux compatibles avec des trajectoires de maintien de la température mondiale entre 2° et 1,5°. 

Dans le scénario le plus optimiste, dans lequel tous les plans et engagements nationaux en matière d'émissions nettes nulles sont respectés, il serait possible de limiter l'augmentation de la température à 2°. 

Toutefois, les promesses d'émissions nettes nulles ne sont pas actuellement considérées comme crédibles : aucun des pays du G20 ne réduit ses émissions à un rythme compatible avec ses objectifs d'émissions nettes nulles. Même dans le scénario le plus optimiste, la probabilité de limiter le réchauffement à 1,5 °C n'est que de 14 %. 

Plus dans Société