Le nouvel ordre du Kremlin provoque le désespoir des hommes russes en âge de servir. Les vols à l'étranger sont complets quelques heures seulement après le discours de Poutine

La Russie "échoue" en Ukraine : l'Occident réagit à une mobilisation militaire partielle

PHOTO/AP - Un convoi de véhicules blindés russes en Crimée en janvier 2022

Plus de 200 jours après le début de l'invasion de l'Ukraine et au milieu d'une contre-offensive majeure des forces de Kiev, le président russe Vladimir Poutine a décrété une mobilisation militaire partielle. "Les citoyens qui sont actuellement dans la réserve et en premier lieu ceux qui étaient dans l'armée et ont une expérience militaire seront recrutés", a déclaré Poutine, accusant l'Occident de tenter de "détruire, affaiblir et diviser" la Russie. Le dirigeant russe a également reproché à l'Occident de "pousser l'Ukraine à la guerre". "Le peuple ukrainien a été transformé en chair à canon", a-t-il déclaré.

Lors de son discours, Poutine a également fait allusion aux armes nucléaires, assurant qu'en cas de "menace pour l'intégrité territoriale" de la Russie, "tous les moyens disponibles" seront utilisés. "Ce n'est pas du bluff", a-t-il prévenu. Cette menace intervient quelques jours avant la tenue de plusieurs référendums sur l'annexion à la Russie à Donetsk, Lugansk, Kherson et Zaporiyia. Par conséquent, si Moscou annexe ces territoires, toute attaque contre eux sera considérée comme une attaque contre la Russie

Les réactions internationales au nouvel ordre du Kremlin ont été rapides. Le vice-chancelier et ministre allemand de l'Économie, Robert Habeck, a qualifié la décision de Poutine de "mauvais pas" dans Der Spiegel. Le chancelier Olaf Scholz a accusé la Russie d'"impérialisme" devant l'Assemblée générale des Nations unies. "L'autodétermination et l'indépendance politique ne comptent pas pour elle", a-t-il déclaré.

Toujours au siège de l'ONU, le président français Emmanuel Macron - qui a eu plusieurs entretiens avec Poutine depuis le début de la guerre - a annoncé que les référendums dans les territoires ukrainiens "ne seront pas reconnus par la communauté internationale"

Le Royaume-Uni a décrit les derniers développements comme "une escalade inquiétante" et a qualifié les avertissements de Poutine de "glaçants". "C'est une menace sérieuse, mais il l'a déjà fait auparavant", a déclaré la secrétaire d'État aux affaires étrangères, Gillian Keegan, à la BBC. Pour le secrétaire à la Défense Ben Wallace, cette mobilisation montre que l'invasion russe en Ukraine est "en train d'échouer". "Aucune quantité de menaces et de propagande ne peut cacher le fait que l'Ukraine est en train de gagner cette guerre, que la communauté internationale est unie et que la Russie est en train de devenir un paria mondial", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Les États-Unis ont également fait référence aux menaces de Poutine, affirmant qu'elles "doivent être prises au sérieux". "C'est une rhétorique irresponsable de la part d'une puissance nucléaire. Mais ce n'est pas atypique par rapport à la façon dont il parle depuis sept mois et nous prenons cela très au sérieux", a déclaré John Kirby, porte-parole du Conseil national de sécurité, à la chaîne ABC. Entre-temps, l'ambassadeur américain en Ukraine a indiqué que la mobilisation militaire partielle est un signe de la "faiblesse" de Moscou. 

john-kirby

De même, le conseiller présidentiel ukrainien Mykhailo Podoliak a déclaré que la guerre "ne se déroule pas selon le plan de la Russie", selon Reuters. "Cela ressemble à une tentative de justifier son propre échec", a-t-il déclaré.

Pour l'UE, la décision de mobiliser des réservistes est un geste qui témoigne d'un "désespoir" de la part du président russe. "Poutine n'est pas intéressé par la paix, il est intéressé par l'escalade de sa guerre d'agression", a déclaré Peter Stano, porte-parole du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, lors de la conférence de presse quotidienne de la Commission européenne, selon EFE. 

Des voix s'élèvent également sur le continent pour appeler au calme après le discours de Poutine. "Sa rhétorique sur les armes nucléaires est quelque chose que nous avons déjà entendu de nombreuses fois", a déclaré à Reuters le Premier ministre néerlandais Mark Rutte. "Je conseille de rester calme", a-t-il ajouté.

La Chine, l'un des principaux alliés commerciaux de la Russie, s'est également exprimée sur la mobilisation militaire et les derniers développements en Ukraine. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a appelé au "dialogue" et à un "cessez-le-feu" pour trouver "une solution" à la guerre, rapporte l'AFP.

Chute de la bourse de Moscou et désespoir des citoyens russes

L'annonce de la mobilisation militaire de la Russie - la première depuis la Seconde Guerre mondiale - a également affecté l'économie et les marchés de l'énergie. Après l'annonce de Poutine, la Bourse de Moscou (MOEX) a chuté de 10 %, tandis que les actions des géants de l'énergie Rosneft et Gazprom ont chuté de 12 %. Le rouble russe a également connu son plus bas niveau depuis plus de deux mois, selon le Moscow Times. 

Les citoyens russes ont, comme prévu, réagi au nouveau décret. 300 000 soldats vont rejoindre la guerre en Ukraine selon le ministre de la défense Sergei Shoigu, qui a également donné un nouveau bilan des morts parmi les troupes russes. "Nos pertes dans l'opération spéciale se sont élevées à 5 937 personnes", a annoncé Shoigu sur la chaîne russe Rossiya-24.

Quelques heures après le discours de Poutine, tous les vols au départ de la Russie vers des destinations étrangères qui n'exigent pas de visa pour les citoyens russes, comme la Géorgie, la Turquie et l'Arménie, étaient complets. Par la suite, les vols directs de Moscou vers l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizstan et l'Ouzbékistan ont également affiché complet. 

Cette situation a fait craindre une éventuelle fermeture de la frontière, bien que les compagnies ferroviaires russes et Aeroflot Airlines aient annoncé qu'elles n'avaient "pas encore" reçu l'ordre d'interdire aux hommes âgés de 18 à 65 ans d'acheter des billets, rapporte le Moscow Times. Cependant, une chaîne Telegram a rapporté plusieurs cas de gardes-frontières interdisant à des hommes d'âge militaire de quitter le pays.

Le désespoir des hommes russes se reflète également dans le classement des recherches sur Google. "Comment sortir de Russie" ou "comment se casser un bras" sont parmi les phrases les plus tapées par les Russes quelques heures avant et après le discours de Poutine.

Envíanos tus noticias
Si conoces o tienes alguna pista en relación con una noticia, no dudes en hacérnosla llegar a través de cualquiera de las siguientes vías. Si así lo desea, tu identidad permanecerá en el anonimato