La Bosnie-Herzégovine doit unir sa propre société en une seule nation bosniaque et se transformer ainsi en un État-nation

Pourquoi la Bosnie est-elle un avenir pour l'Europe ?

PHOTO/NURPHOTO VÍA AFP/GEORGE SCHINAS - Vista desde el puente de Mostar, el 17 de agosto de 2023. El puente de Mostar, también conocido como Stari Most, es un puente otomano del siglo XVI reconstruido en la ciudad de Mostar, Bosnia y Herzegovina. El puente cruza el río Neretva y conecta las dos partes de la ciudad de Mostar
photo_camera PHOTO/NURPHOTO VIA AFP/GEORGE SCHINAS - Vue du pont de Mostar le 17 août 2023. Le pont de Mostar, également connu sous le nom de Stari Most, est un pont ottoman du XVIe siècle reconstruit dans la ville de Mostar, en Bosnie-Herzégovine. Le pont traverse la rivière Neretva et relie les deux parties de la ville de Mostar

Les pamphlets pseudo-scientifiques ne méritent en soi aucune attention ou réaction : il s'agit généralement d'un mélange sans valeur d'ignorance médiocre, de constructions antilogiques, d'insinuations non argumentées et de mensonges et calomnies purs et simples. Cependant, le fait que l'Académie des sciences et des arts de Bosnie-Herzégovine (ANUBiH) ait été directement impliquée dans la promotion de l'une d'entre elles, qu'elle ait fourni les réviseurs de la brochure parmi ses propres membres, y compris même son vice-président et chef du département des sciences sociales, indique que l'ANUBiH a activement soutenu un tel travail hautement dilettante, mais en même temps hautement déshonorant 1.  

Dans ce contexte, et compte tenu de la réputation passée de cette institution et de sa position assumée dans la vie intellectuelle de ce pays, il y a une obligation morale de réagir. Il est grand temps que le public soit averti que cette institution, sous la direction actuelle, est tombée à un niveau si bas que toute distanciation par rapport à la science elle-même, ou même à la vérité elle-même, ne représente pas un problème éthique ou académique si elle sert un certain agenda politique - dans ce cas, l'agenda de la partition ethnique de la Bosnie-Herzégovine comme seule solution constitutionnelle et politique souhaitable, comme ce pamphlet le propage habilement.

Voyons voir ce que cette brochure a à offrir. Tout d'abord, il faut dire que l'auteur n'a pas lu les ouvrages de base du domaine scientifique traitant des nations et du nationalisme, que l'on appelle généralement les études sur le nationalisme, bien qu'il cite certains de leurs titres dans la bibliographie. Cependant, chaque fois qu'il fait référence à ces ouvrages, il le fait dans un contexte complètement erroné, de sorte que l'on a du mal à croire qu'il les a réellement lus. Prenons deux des noms les plus célèbres dans ce domaine, Ernest Gellner et Benedict Anderson, dont le statut pourrait être comparé à celui, par exemple, des Beatles et des Rolling Stones dans le domaine de la musique rock.  

PHOTO/HANS LUCAS VÍA AFP/BENJAMIN FURST - La fuente de Sebilj en el centro de Sarajevo, Bosnia y Herzegovina
PHOTO/HANS LUCAS VIA AFP/BENJAMIN FURST - La fontaine de Sebilj dans le centre de Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine

L'auteur n'a jamais lu les ouvrages d'Anderson, comme en témoignent l'index et la bibliographie. S'il avait au moins vu le titre du plus célèbre d'entre eux, le livre "Imagined Communities", il aurait peut-être appris que, selon Anderson, les nations ne sont pas des créations organiques, dérivées d'identités ethniques, mais des communautés artificielles, imaginées, créées à l'ère moderne, avec la naissance des outils de communication de masse.  

Gellner apparaît dans la bibliographie, mais le seul endroit où il apparaît est dans la déclaration suivante : "Selon Ernest Gellner, par exemple, l'unité politique et l'unité nationale devraient être identiques". L'auteur estime qu'il s'agit là de la thèse de Gellner lui-même. Cette citation fait d'ailleurs référence à la première phrase de l'ouvrage le plus célèbre de Gellner, Nations et nationalisme. Sa version exacte est la suivante : "Le nationalisme est avant tout un principe politique, selon lequel l'unité politique et l'unité nationale doivent être congruentes". Gellner essaie en fait de dire que le nationalisme en tant que tel part du principe que l'unité politique et l'unité nationale doivent être congruentes. Ainsi, Gellner tente d'expliquer la logique du nationalisme en général, et l'auteur prétend qu'il s'agit de sa propre logique. Le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est absurde. 

L'auteur du pamphlet cite volontiers l'un des spécialistes les plus populaires du nationalisme, Anthony D. Smith. L'ouvrage clé de Smith, et de loin le plus célèbre, s'intitule " L'origine ethnique des nations ". Comme le titre l'indique, pour Smith, les nations sont nécessairement fondées sur des identités ethniques. En soi, cela implique que les nations naissent de communautés ethniques, c'est-à-dire que les groupes ethniques "mûrissent" à un moment donné pour devenir des nations. Pour que les nations émergent des communautés ethniques, il est donc nécessaire que les nations et les communautés ethniques soient considérées comme deux notions distinctes.  

Nous ne prendrons pas la peine d'analyser la théorie de Smith et son (in)fondement historique ; il suffit de dire que le pamphlet place explicitement le signe de l'égalité entre l'ethnie et la nation à plusieurs endroits, en utilisant l'expression "l'ethnie ou la nation". Cependant, si un signe d'égalité pouvait réellement être placé entre l'ethnie et la nation, demandons-nous pourquoi de nombreuses ethnies tentent d'être reconnues en tant que nations depuis 200 ans, comme Smith l'explique en détail dans le livre. En même temps, pourquoi comprennent-ils la qualification d'ethnie comme une disqualification ? 

PHOTO/AFP/ELVIS BARUKCIC - Unos 1.000 bosnios se reúnen frente al Parlamento de la Federación de Bosnia y Herzegovina para protestar contra las últimas soluciones legales impuestas por el Alto Representante Internacional para Bosnia y Herzegovina, el diplomático alemán Christian Schmidt, en Sarajevo, el 28 de abril de 2023
PHOTO/AFP/ELVIS BARUKCIC - Un millier de Bosniaques se rassemblent devant le Parlement de la Fédération de Bosnie-Herzégovine pour protester contre les dernières solutions juridiques imposées par le Haut représentant international pour la Bosnie-Herzégovine, le diplomate allemand Christian Schmidt, à Sarajevo, le 28 avril 2023

Un autre auteur populaire dont le nom est mentionné dans cette brochure est Will Kymlicka. Cependant, Kymlicka n'est en aucun cas une autorité en matière d'études sur le nationalisme. En effet, Kymlicka tente d'affirmer l'existence d'un État "plurinational" plutôt que "mononational" et considère la Suisse comme l'État "plurinational" idéal. Mais la Suisse est-elle vraiment un État "plurinational" ? Pourquoi devrions-nous appeler les Suisses par un seul nom, si les Suisses ne sont pas une nation, mais une sorte de nation multiple ? Pourquoi les Suisses eux-mêmes devraient-ils insister sur le fait qu'ils sont tous Suisses, indépendamment de leurs différentes identités ethniques ? Kymlicka peut-il convaincre les Suisses de ne pas être suisses, mais, par exemple, allemands, italiens ou français, et de se rejoindre dans une sorte de somme mécanique, une sorte de nation multiple, sans nom ni identité communs ? Peut-il convaincre l'Allemagne, l'Italie et la France de considérer les Suisses comme faisant partie de leurs nations, de sorte qu'ils entrent en guerre pour décider quel canton suisse ils doivent occuper et leur céder ? Ou laissera-t-on les Suisses être des Suisses et vivre en paix, comme la seule et unique nation suisse ? Malgré la confusion créée par cette terminologie, Kymlicka laisserait probablement les Suisses tranquilles et leur accorderait le droit d'être suisses. Mais pourquoi les Suisses auraient-ils le droit d'être suisses, et non allemands, italiens ou français, et les Bosniaques n'auraient-ils pas droit à la même liberté d'expression ? Au contraire, les Bosniaques sont en permanence contraints d'être Serbes, Croates, Bosniaques ou autres, mais pas Bosniaques ! Selon cette brochure, une Bosnie pacifique ne peut être qu'une Bosnie dans laquelle il n'y a pas de Bosniaques, dans laquelle les Bosniaques ne sont pas autorisés à être des Bosniaques, mais sont forcés d'être des Serbes, des Croates et des Bosniaques, puis poussés dans les trois territoires séparés.  

Mais avant de revenir à la question de savoir pourquoi l'idée même de nation bosniaque pose un tel problème à l'ANUBiH, clarifions d'abord : qu'est-ce que le groupe ethnique et qu'est-ce que la nation ? Et pourquoi ces deux concepts ne peuvent être mis sur un pied d'égalité dans aucun discours scientifique ? Comment définir le groupe ethnique de la manière la plus concise possible ? Et comment définir la nation de la même manière ? Essayons : 

  1. Les groupes ethniques sont fondés et unis par un mythe de descendance commune. 
  2. Les nations sont fondées et unies par le mythe du droit à la souveraineté. 

Dans les deux cas, le mot clé est "mythe". Ce mot signifie que les deux formations sociales sont unies et liées par une persuasion socialement construite, qui ne correspond pas nécessairement à des faits historiques ou sociaux. Dans un cas, la persuasion d'une ascendance commune se développe au cours du processus historique et est généralement transmise par des symboles et des rituels communs (le "complexe mythe-symbole" de Smith) qui, au fil du temps, forment une culture commune. Dans le second cas, la persuasion du droit à un État-nation propre est articulée comme un acte volontaire d'élites politiques organisées, et en tant que processus politique, elle est transmise principalement par un système d'éducation organisé, de sorte que tout groupe qui développe cette persuasion évolue vers une nation. En pratique, un groupe qui possède un mythe articulé d'ascendance commune peut également articuler un mythe de droit à la souveraineté, de sorte qu'il évolue d'un groupe ethnique vers une nation. Inversement, un groupe qui a articulé un mythe du droit à la souveraineté et qui est en train de créer ou a déjà créé son propre État-nation peut, avec le temps, articuler également un mythe de sa propre ascendance commune et développer ainsi une identité qui rappelle l'ethnicité. En fin de compte, c'est la volonté d'articuler les deux mythes qui décide, et aucun pamphlet ne peut s'y opposer. 

Il convient également de souligner qu'à l'ère moderne, caractérisée par le système capitaliste, l'État-nation est devenu la forme exclusive de l'État. Cela est particulièrement visible dans le cas des anciens États socialistes complexes et multinationaux, tels que l'Union soviétique, la Yougoslavie et la Tchécoslovaquie : la pénétration du capitalisme dans leur espace politique et économique a également signifié leur désintégration et la création d'États-nations à partir de leurs anciens éléments constitutifs (à l'exception de la Bosnie-Herzégovine, qui ne s'est pas définie comme un État-nation et est donc constamment exposée à des tentatives de partition ethnique). J'ai écrit davantage sur les États-nations en tant que seule forme d'existence politique au sein du système capitaliste, ainsi que sur la distinction entre les groupes ethniques et les nations, dans le livre "Nations and Capital : The Missing Link in Global Expansion" (Abingdon-New York : Routledge 2022).

PHOTO/AFP/DENIS LOVROVIC - Esta fotografía tomada en el este de Croacia el 25 de noviembre de 2022 muestra vehículos haciendo cola para entrar en Croacia, en un puente sobre el río Sava, frontera natural con Bosnia y Herzegovina, en Stara Gradiska
PHOTO/AFP/DENIS LOVROVIC - Cette photo prise dans l'est de la Croatie le 25 novembre 2022 montre des véhicules faisant la queue pour entrer en Croatie sur un pont enjambant la rivière Sava, la frontière naturelle avec la Bosnie-Herzégovine, à Stara Gradiska

Il s'ensuit que la classification même d'un groupe en tant que nation reconnaît implicitement le droit du groupe désigné à la souveraineté et à son propre État-nation. Inversement, la classification même d'un groupe en tant que groupe ethnique nie implicitement au groupe désigné le droit à la souveraineté et à son propre État-nation. C'est précisément en raison de ce droit implicitement reconnu ou implicitement non reconnu que même des auteurs qui ne connaissent même pas la distinction entre les notions d'ethnie et de nation insistent sur le fait qu'un groupe auquel ils veulent attribuer le droit de se qualifier de nation a le droit de former son propre État-nation. En Bosnie, ce sont les trois principaux groupes ethno-religieux - les Croates catholiques, les Serbes orthodoxes et les Musulmans bosniaques - qui se voient ainsi implicitement accorder le droit à la souveraineté et à la création de leur propre État-nation (et éventuellement à l'unification avec la Serbie et la Croatie, dans le cas des Serbes orthodoxes et des Croates catholiques), ainsi qu'à la dissolution de l'État existant, la Bosnie-et-Herzégovine.  

En même temps, en insistant sur l'"impossibilité" de la nation bosniaque, la brochure nie explicitement le droit à la souveraineté et le droit d'exister au sein de l'État unique de Bosnie-Herzégovine à tous les Bosniaques, c'est-à-dire à tous les citoyens de Bosnie-Herzégovine qui ne veulent pas de sa partition ethnique. Cette thèse, paradoxalement, bénéficie du soutien non dissimulé de l'Académie des sciences et des arts de Bosnie-Herzégovine. Dans ce contexte, rappelons les propos de Dobrica Ćosić, père fondateur du nationalisme serbe du XXe siècle, ancien président de l'ex-Yougoslavie (Serbie et Monténégro) et membre éminent de l'Académie serbe des sciences et des arts (SANU) : "Les Serbes n'ont plus rien à demander en Bosnie si la nation bosniaque, les Bosniaques, est adoptée et proclamée. Notre première priorité est d'empêcher à tout prix la reconnaissance officielle de cette nation bosniaque". A en juger par cette brochure, cette priorité de l'Académie serbe des sciences et des arts est devenue entre-temps une priorité de l'Académie des sciences et des arts de Bosnie-Herzégovine. 

J'ai écrit plusieurs textes dans lesquels je soutiens que la Bosnie-et-Herzégovine - pour survivre dans un monde composé exclusivement d'États-nations, puisque le système capitaliste les reconnaît comme la seule forme légitime d'États - doit unir sa propre société en une seule nation bosniaque et se transformer ainsi en un État-nation. J'ai également écrit deux livres dans lesquels j'explique le contexte dans lequel les États-nations sont devenus la norme. Outre le livre susmentionné, il y a également le livre "Forced to be Free : The Paradoxes of Liberalism and Nationalism" (Baden-Baden : Deutscher Wissenschafts-Verlag 2012), dans lequel j'explique le rôle de l'idéologie qui s'appelle le libéralisme dans la création d'une autre idéologie, celle du nationalisme.  

Comme le soulignent ces deux ouvrages, je considère toute nation, y compris la nation bosniaque, comme un mal nécessaire qui, seul moyen de survie dans un monde d'États-nations, est dicté par le système capitaliste et promu par les idéologies du libéralisme et du nationalisme qui s'interpénètrent mutuellement. En outre, je n'ai jamais caché que je pense que la désignation du futur État-nation en tant que Bosnie est également un mal politique nécessaire, car il ne peut y avoir une seule nation composée de deux parties, les Bosniaques et les Herzégoviniens. En théorie, cet État-nation pourrait également s'appeler Herzégovine, et tous les citoyens y seraient des Herzégoviniens, quelle que soit leur identité ethno-religieuse. Cependant, le nom historique de ce pays au cours des siècles était Bosnie, et donc, une fois encore, le pragmatisme politique recommanderait que nous préférions utiliser le nom déjà bien établi et en déduire le nom d'une seule et unique nation, les Bosniaques. Après tout, pendant des siècles, l'Herzégovine - comme la Krajina, la Posavina ou la Podrinje - n'a jamais été qu'une région au sein de la Bosnie. 

PHOTO/AFP/ELVIS BARUKCIC - Miembros de la fuerza militar de la Unión Europea (EUFOR) en Bosnia y Herzegovina permanecen en posición de firmes antes de una inspección durante un ejercicio de simulación de disturbios en el campamento “Butmir”, cerca de Sarajevo, el 24 de octubre de 2022
PHOTO/AFP/ELVIS BARUKCIC - Des membres de la force militaire de l'Union européenne (EUFOR) en Bosnie-Herzégovine se mettent au garde-à-vous avant une inspection lors d'un exercice de simulation d'émeutes au camp Butmir près de Sarajevo, le 24 octobre 2022

Pourtant, selon cette brochure, toute défense de la nation bosniaque représente un "grand projet d'État bosniaque" caché. Une telle construction est en soi extrêmement illogique : de quel grand État s'agit-il si les porteurs de ce projet supposé prônent la survie de la Bosnie-Herzégovine dans ses frontières actuelles ? Cela signifie-t-il que toute Bosnie-Herzégovine est trop grande ? Et encore une fois, s'il s'agit effectivement d'un projet nationaliste bosniaque secret, un tel projet, comme toute entreprise nationaliste, ne viserait-il pas intrinsèquement la création d'un État-nation exclusivement bosniaque ? Cela pourrait impliquer une forte idéologie islamiste qui exclut les autres composantes ethno-religieuses de la Bosnie-Herzégovine. Par conséquent, elle pourrait prôner une partition ethno-religieuse définitive de l'État, une position fondamentalement opposée à l'idée d'une nation bosniaque unifiée et multiethnique. Cette vision unifiée promeut la dévolution de la souveraineté à tous les citoyens du pays, indépendamment de leur identité ethno-religieuse ou autre. 

En outre, cette brochure tente d'identifier l'origine de ce "nationalisme bosniaque" caché dans une autre brochure, la Déclaration islamique d'Alija Izetbegović, qui défend ouvertement des points de vue panislamistes. Un nationalisme issu du panislamisme est, pour le moins, un oxymore. Le panislamisme est par définition transnational, prônant un État islamique s'étendant "du Maroc à l'Indonésie", comme l'a écrit Izetbegović. L'affirmation selon laquelle un nationalisme, quel qu'il soit, peut s'inspirer des idées panislamistes est aussi absurde que l'affirmation selon laquelle l'idéologie antijuive du nazisme allemand s'est inspirée de l'internationalisme prolétarien de Karl Marx, qui était lui-même allemand et juif.  

Bien entendu, les affirmations d'Izetbegović dans la Déclaration islamique selon lesquelles l'islam ne peut coexister avec d'autres religions sont également absurdes. S'il avait étudié le Coran et les Hadiths en profondeur, il serait tombé sur des messages totalement opposés : encourager l'islam à coexister harmonieusement avec toutes les religions monothéistes. De plus, un examen rapide de l'histoire de l'Empire ottoman lui apprendrait que les sultans ottomans, agissant en tant que califes, avaient l'intention d'établir une coexistence avec les autres religions monothéistes. Dans le cas contraire, il est peu probable que les chrétiens et les juifs aient survécu à des centaines d'années de domination ottomane. Bien entendu, il s'agit là d'une question distincte. Mais l'absurdité du pamphlet d'Izetbegović, qui est censé être la source d'inspiration supposée du "projet d'État bosniaque des anciens" prétendument secret, souligne encore davantage l'absurdité du pamphlet en question.

PHOTO/AFP/TIMOTHY A. CLARY - El presidente bosnio Alija Izetbegovic habla ante la Asamblea General de las Naciones Unidas (AGNU)
PHOTO/AFP/TIMOTHY A. CLARY - Le président bosniaque Alija Izetbegovic s'adresse à l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU)

Enfin, en réponse aux affirmations selon lesquelles certains intellectuels bosniaques ont récemment inventé le récit selon lequel l'identité bosniaque s'appliquait également aux catholiques et aux chrétiens orthodoxes bosniaques jusqu'au milieu du XIXe siècle, et que cela fait également partie du "projet bosniaque d'un État plus grand", je citerai deux ou trois phrases que le ministre de l'intérieur de la Principauté de Serbie, Ilija Garašanin, a écrit en 1844 dans son célèbre programme grand-serbe, Načertanije : "Ce ne sera pas une tâche difficile pour la Serbie d'exercer une plus grande influence sur les Bosniaques de confession chrétienne orientale. La conquête des Bosniaques catholiques exige plus de prudence et d'attention. Car, les frères franciscains sont à la tête de ces derniers". Etc. Les académiciens qui ont participé à la rédaction et à la promotion de ce pamphlet placeraient-ils également Garašanin parmi les conspirateurs qui ont tenté d'imposer le "projet du grand Etat bosniaque" ? Et l'ensemble de l'Académie des sciences et des arts de Bosnie-Herzégovine les soutiendrait-elle également dans cette démarche ? 

1.    Le titre de la brochure est Narod i nacija. L'auteur est Blavo Lukić 

Zlatko Hadžidedić est le fondateur et le directeur du Centre pour l'étude du nationalisme, Sarajevo, Bosnie-Herzégovine (www.nationalismstudies.org). 

Plus dans Reportages
PORTADA 

Una combinación de imágenes creadas el 9 de febrero de 2024 muestra a ucranianos fotografiados entre edificios y casas destruidos durante los dos años de la invasión rusa de Ucrania - PHOTO/AFP
Dans un scénario post-pandémique, le président russe Vladimir Poutine a lancé une offensive majeure contre l'Ukraine, provoquant en Europe la première guerre de grande ampleur depuis la Seconde Guerre mondiale

Cartographie d'une invasion ratée