Le roi Mohammed VI et le cheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyan ont paraphé une déclaration commune qui renforce au maximum les liens entre les deux nations arabes

Le Maroc et les Emirats s'orientent vers un partenariat innovant, renouvelé et consolidé

PHOTO/AFP/TRIBUNAL PRESIDENCIAL DE EAU – Mohamed VI y Mohamed bin Zayed al-Nahyan
photo_camera PHOTO/AFP/EAU TRIBUNAL PRÉSIDENTIEL – Mohammed VI et Mohammed bin Zayed al-Nahyan

Mohammed VI, roi du Maroc, et Mohammed bin Zayed al-Nahyan, président des Émirats arabes unis (EAU), ont signé à Abou Dhabi la déclaration "Vers un partenariat innovant, renouvelé et consolidé entre le Royaume du Maroc et l'État des Émirats arabes unis". 

Ce pacte vise à renforcer les liens entre les deux nations et leur coopération commune, qui s'étend à des dimensions plus larges par le biais d'accords économiques servant les intérêts mutuels et visant à générer de la prospérité pour les deux pays. 

Les deux chefs d'État ont souligné l'ambition des deux pays frères d'établir des partenariats économiques stratégiques conjoints et pionniers sur les marchés régionaux et internationaux, en particulier dans l'espace africain. 

PHOTO/AFP/TRIBUNAL PRESIDENCIAL DE EAU – Mohamed VI y Mohamed bin Zayed al-Nahyan
PHOTO/AFP/EAU TRIBUNAL PRÉSIDENTIEL – Mohammed VI et Mohammed bin Zayed al-Nahyan

Les deux chefs d'État ont exprimé leur volonté de mettre en œuvre des accords économiques et d'investissement mutuellement bénéfiques pour les deux nations. L'objectif est clairement d'élever les relations économiques, commerciales, industrielles et d'investissement bilatérales au niveau des liens politiques et populaires profonds qui unissent les deux nations.  

Ils ont également convenu de collaborer dans un certain nombre de domaines spécifiques tels que les infrastructures, y compris les projets d'extension des chemins de fer, en donnant notamment la priorité au train à grande vitesse Kénitra-Marrakech, le développement des aéroports, y compris ceux de Casablanca, Marrakech, Dakhla (Dakhla Hub) et Nador, et la réhabilitation des ports en investissant dans leur gestion, en particulier le port de Nador West Med et le port de Dakhla Atlantique.

Il a également été convenu d'explorer les opportunités d'investissement dans les secteurs de l'eau, de l'énergie, y compris le gazoduc Afrique-Atlantique, et du développement durable, avec un accent particulier sur les énergies renouvelables. Il a également été question de poursuivre l'aide pour atténuer les effets du terrible tremblement de terre au Maroc, qui a touché plusieurs régions du pays, y compris les montagnes du Haut Atlas.  

Une attention particulière a été accordée à la région de Dakhla, à proximité du Sahara occidental. Il s'agit d'une région très importante pour le Maroc, qui propose une formule de large autonomie pour le territoire sahraoui sous souveraineté marocaine comme solution crédible et réaliste pour résoudre le conflit du Sahara et développer au maximum le territoire sur le plan social et économique. Une proposition qui a reçu un large soutien international, y compris celui des Émirats arabes unis. 

PHOTO/AFP/TRIBUNAL PRESIDENCIAL DE EAU – Mohamed VI y Mohamed bin Zayed al-Nahyan
PHOTO/AFP/EAU TRIBUNAL PRÉSIDENTIEL – Mohammed VI et Mohammed bin Zayed al-Nahyan

Le texte de la Déclaration est reproduit ci-dessous, fourni par l'agence de presse officielle marocaine MAP : 

«Sur aimable invitation de Son Altesse Cheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyane, Président de l’Etat des Emirats Arabes Unis, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Souverain du Maroc, a effectué une visite de travail et de fraternité à l’Etat des Emirats Arabes Unis, les 4 et 5 décembre 2023. 

- Cette visite bénie intervient en consécration des relations profondes entre les deux pays frères, dont les fondements ont été posés par Feus SM Hassan II et SA Cheikh Zayed bin Soltane al-Nahyane, consolidées et rehaussées par les liens de fraternité authentique et d’affection sincère entre les Chefs d’Etat des deux pays, Sa Majesté le Roi Mohammed VI et Son Altesse Cheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyane, que Dieu Les préserve. 

- Durant Leurs entretiens bilatéraux, marqués par la confiance totale et une pleine convergence de vues sur les opportunités et les possibilités de complémentarité et de coopération pragmatique entre les deux pays dans le cadre d’une synergie et d’une intensification des échanges, les deux Chefs d’Etat ont réitéré Leur volonté ferme et résolue de rehausser les relations entre les deux pays et leur coopération commune vers des horizons plus larges, par le biais de partenariats économiques agissants au service des intérêts suprêmes mutuels, et générateurs de progrès et de prospérité pour les deux peuples frères. 

- Les deux Chefs d’Etat ont insisté sur l’ambition des deux pays frères à mettre en place des partenariats économiques stratégiques communs et pionniers au niveau des marchés régionaux et internationaux, notamment dans l’espace africain. 

- Capitalisant sur les relations bilatérales et les succès des investissements émiratis au Maroc, en appui au programme du développement économique et social au titre des années 2024-2029 et en accompagnement de l’évolution de l’arsenal législatif et réglementaire garantissant des opportunités d’investissement prometteuses et un climat d’affaires attractif, les deux Chefs d’Etat, que Dieu Les préserve, ont décidé ce qui suit conformément aux arrangements consignés dans cette Déclaration : 

Œuvrer à mettre en place un partenariat novateur, renouvelé et enraciné entre le Royaume du Maroc et l’Etat des Emirats Arabes Unis : 

Premièrement : Les objectifs et les principes : 

1. Le partenariat vise à réaliser ce qui suit : 

a- Œuvrer à traduire la complémentarité entre les deux pays en une solidarité qualitative et en un investissement durable, dans le but de hisser les relations bilatérales aux plans économique, commercial, d’investissement et d’industrie au rang des liens politiques et populaires profonds et ce, au service des objectifs de développement et de prospérité communs ; 

b- Instaurer un modèle de coopération économique et d’investissement global et équilibré, ouvert sur le secteur privé et générateur de bienfaits et de développement pour tous ; 

c- Activer une coopération pragmatique et concrète par le biais de projets structurants répondant aux intérêts des deux parties notamment dans les secteurs sociaux économiques et des infrastructures, des transports, de l’eau potable, de l’agriculture, de l’énergie, du tourisme, de l’immobilier ainsi que dans les domaines de la formation et de l’emploi. 

2. Les deux parties s’appuient dans leur coopération sur les principes suivants : 

a- Donner une impulsion forte et renouvelée au partenariat, au développement économique et à l’investissement entre les deux pays, conformément aux législations en vigueur ainsi qu’à leurs engagements internationaux ; 

b- Tenir compte des intérêts suprêmes et des préoccupations communes des deux parties, tout en appréciant hautement la confiance mutuelle en vue de la réalisation d’une coopération concrète au service du développement des intérêts mutuels sur la base du principe gagnant-gagnant ; 

c- Activer des modèles de coopération pragmatiques et novateurs en conformité avec l’entente mutuelle en vue de soutenir et mettre en œuvre des projets qualitatifs, en mobilisant le soutien financier à travers des financements et des partenariats entre les secteurs public et privé et les capitaux d’investissement. 

Deuxièmement : Eléments de partenariat et de coopération 

Les deux parties s’engagent à œuvrer sur la base d’une entente mutuelle en vue de donner la priorité aux secteurs suivants : 

1. Identification des opportunités d’investissement dans le domaine des infrastructures, 

a- Extension des chemins de fer, en donnant la priorité plus particulièrement au Train à Grande Vitesse Kénitra-Marrakech ; 

b- Développement des aéroports, dont ceux de Casablanca, Marrakech, Dakhla (Dakhla Hub) et Nador ; 

c- Aménagement des ports tout en investissant dans leur gestion, particulièrement le port Nador West Med et le Port de Dakhla Atlantique ; 

d- Les deux parties conviendront ultérieurement de la faisabilité de tout projet y afférent.

2. Exploration des opportunités d’investissement dans les secteurs de l’eau, de l’énergie et du développement durable : 

a- Les projets, présents et à venir, de transferts des eaux, de réalisation de barrages destinés à l’eau potable, à l’agriculture et aux barrages hydro-électriques; 

b- Les énergies renouvelables et la production de l’hydrogène vert et ses dérivés ; 

c- Transport de l’énergie, en particulier la réalisation et l’exploitation des lignes de transport de l’électricité ; 

d- Les deux parties conviendront ultérieurement de la faisabilité de tout projet y afférent. 

3. Identification des opportunités de coopération stratégique dans le domaine de la sécurité alimentaire, à travers l’exploration des opportunités de partenariat avec l’Office Chérifien des Phosphates dans le domaine des fertilisants. 

4. Développement de projets communs dans les domaines du tourisme et de l’immobilier, en particulier sur la côte méditerranéenne et dans les régions de Dakhla et de Tarfaya. 

5. Examen de la coopération en matière de développement et des possibilités de réalisation de projets socio-économiques : 

a- Les opportunités de contribuer à la reconstruction et au réaménagement des régions touchées par le séisme d’Al Haouz ; 

b- L’exploration de la réalisation et le financement de projets dans le domaine de construction des établissements scolaires, universitaires et de santé ; 

c- L’étude de réalisation et de financement de projets dans le domaine des communications et de l’économie numérique ; 

d- Examen d’autres projets à portée économique et la coopération dans le cadre d’un partenariat entre les secteurs public et privé. 

6. Exploration des opportunités de coopération dans les domaines de l’industrie, de l’agriculture et l’agro-alimentaire et l’encouragement de ces secteurs à contribuer à la promotion des relations économiques et commerciales. 

7. Examen des opportunités de coopération dans le domaine financier et des marchés des capitaux. 

8- Examen de la coopération et exploration des perspectives de partenariat entre les Fonds souverains et d’investissement des deux pays ; 

9- Examen des possibilités de coopération dans le domaine des partenariats économiques et de développement des infrastructures énergétiques avec les pays africains, conformément aux systèmes juridiques et législatifs, particulièrement en ce qui concerne : 

a- Le projet du gazoduc Afrique-Atlantique ; 

b- L’aménagement et le développement du projet intégré "Dakhla Gateway to Africa" ; 

c- La création et la gestion d’une flotte maritime commerciale. 

10- Pour tous les projets y afférents, les deux parties conviendront ultérieurement de leur faisabilité. 

Troisièmement : Mémorandums d’entente 

Les deux parties œuvreront à travers les institutions compétentes à examiner les projets stratégiques évoqués dans cette Déclaration. Les projets précités et autres feront l’objet de mémorandums d’entente spécifiques, en commun accord, répondant aux attentes et objectifs des deux parties, et définissant les caractéristiques du projet et les modes de son financement, le calendrier nécessaire à sa réalisation ainsi que les engagements de toutes les parties qui y contribuent. Ces mémorandums seront examinés et conclus dans un délai ne dépassant pas trois mois à compter de la date de cette Déclaration.

Quatrièmement : Le financement des investissements mentionnés dans la Déclaration 

1- Les deux parties conviendront en commun accord des modes de financement des projets conformément aux visions définies par les deux parties, de concert avec leurs éventuels partenaires le cas échéant ; 

2- Les deux parties conviennent que ces financements d’investissement combineront : 

a- Capitaux ; 

b- Prêts concessionnels ; 

c- Prêts commerciaux compétitifs ; 

d- Mécanismes de financement innovants ; 

e- Dons. 

Cinquièmement : les mécanismes de mise en œuvre et de suivi 

1- Les deux parties mettent en place, à travers un mémorandum d’entente spécifique, un mécanisme de mise en œuvre et de suivi des projets qui seront programmés conformément aux dispositions de cette Déclaration ; 

2- Ce mécanisme comprend des représentants des deux parties qui définiront sa composition selon le besoin ; 

3- Ce mécanisme se réunit de manière régulière et en alternance entre le Maroc et les Emirats Arabes Unis, selon un format convenu entre les deux parties, et soumettra ses rapports aux parties compétentes". 

Plus dans Politique